Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Temps magnifique, sans nuage ni vent, de l’aube jusqu’aux environ de midi où un nuage s’est accroché au sommet et n’a plus jamais voulu le quitter !!

Récit de la sortie

Jeune trentenaire, j’ai redécouvert (après avoir beaucoup pratiqué dans l’enfance) la rando il y a 6 ans. Monter à la Grande Sassière représentait pour moi, qui aime l’altitude mais qui a peur du vide, autant un défi qu’un rêve.

Après une première tentative ratée au mois d’août 2014 dans de mauvaises conditions, j’ai eu l’opportunité de retenter ma chance en septembre.

6h15 du matin, le réveil sonne dans la voiture qui me sert de campement de base. Il fait encore nuit mais j’aperçois derrière la buée de la vitre la silhouette de la Sassière : "Chouette, le brouillard d’hier s’est dissipé et les conditions s’annoncent excellentes".

7h, je commence la montée. Un peu trop enthousiaste, j’oublie de démarrer en douceur et très vite, je m’essouffle.

8h, j’arrive à la première barre rocheuse. Plutôt habitué aux sentiers, je suis un peu impressionné mais en mettant les mains, ça passe.

La montée se poursuit et je vois le soleil éclairer petit à petit les sommets de la Vanoise. À ce stade, c’est déjà tellement beau que même si je devais m’arrêter là, je ne regretterais rien.

9h30, j’arrive au niveau de la seconde barre rocheuse, celle qui se situe juste avant l’arrivée au glacier et qui m’avait posé bien des problèmes lors de ma première tentative, un névé récalcitrant obligeant à franchir la barre par un passage exposé. Mais point de soucis aujourd’hui, le névé ayant fondu, a laissé la place au sentier qui me permet de me hisser sans difficulté au niveau du glacier.

La vue que l’on a en cheminant au bord du glacier en direction de la pyramide finale est tout simplement magnifique.

10h30, je passe l’endroit ou j’avais renoncé la première fois et quelques minutes plus tard je commence à attaquer la pente finale. La terre est encore dure et accroche bien mais j’ai peur que cela se transforme ensuite en boue avec l’arrivée du soleil alors je ne traîne pas trop.

N’étant pas habitué à la haute montagne, le paysage m’impressionne. J’ai à ma droite une falaise d’environ 1500m de haut et à ma gauche un toboggan géant en direct sur le glacier, si bien qu’aux environ de 11h, je finis par faire demi-tour à environ 100 ou 150 m du sommet.

J’ai croisé à ma descente pas mal de monde qui montait mais je pense que la plupart ont été devancés par le nuage qui s’est accroché vers midi au sommet et qui n’a plus voulu partir par la suite, comme s’il m’avait attendu !

En résumé, je pense que la Sassière constitue une rando magnifique mais à réserver aux personnes averties. Un peu plus qu’une simple rando en somme.

Dernière modification : 17 septembre 2014

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 14 septembre 2014

Publiée le 17 septembre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 17 septembre 2014 à 11h24

    Bonjour john, c’est un retour après 4 ans ! J’aime beaucoup le récit, il faudra donc retenter une prochaine fois, et que de belles photos...

  • par Le 1er novembre 2014 à 19h22

    dommage que tu n’es pu assouvir ton rêve, une autre fois peut-être.....pour moi çà fait parti des sommets à tenter avec ma fille avant d’accéder à un "4000"

  • par Le 3 novembre 2014 à 08h15

    C’est vrai que je n’ai pas réalisé mon rêve , mais je suis redescendu heureux d’avoir vu autant de paysage.Il faut savoir s’arreter tant qu’il en est temps.
    J’aimerai bien y monter un jour avec mon fils, mais ce sera dans longtemps, très longtemps ... vu qu’il n’a que 5 ans. Il marche déja mais on ne dépasse pas 300 m de dénivellé, histoire de ne pas le dégouter !

  • par PierrickLe 25 décembre 2014 à 20h58

    Avec plusieurs sommet aux alentours de 3000 mètre parcouru, est il possible de faire la grande sassiere ?

  • par Le 26 décembre 2014 à 09h31

    Tout dépend de votre forme et de votre expérience. Il y a des sommets de 3000 faciles.

    Pour la forme, il y a un peu plus de 1500 m de dénivellé et ça grimpe direct sans marche d’approche.

    Ensuite, il y a quelques passages exposés notamment les 300 derniers mètres ou en ce qui me concerne j’ai du renoncer car je ne m’estimais pas au niveau.

    Il faut aussi bien cibler la période, pas avant mi aout à mon sens.
    La seconde barre rocheuse est très facile lorsq’il n’y a plus de neige, mais dangereuse quand il y a en a encore. Pour vérifier l’enneigement, la webcam du site de tignes est parfaite !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !