Mont Mirantin (2460m), par la Roche Pourrie et les crêtes ouest Sortie du 18 octobre 2014

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Balade en crête.

Conditions météo

Superbe journée d’automne.

Récit de la sortie

Je n’étais jamais monté au Mirantin.

Il a quelques années, j’avais hésité entre le Mirantin et la Grande Journée voisine, optant pour la seconde en raison des lacs et d’une présomption, qui s’est avérée exacte, sur une notable différence de fréquentation par un samedi ensoleillé.

Cette fois, pas d’hésitation sur la destination, c’est le Mirantin. Reste le choix de l’itinéraire.

Etant basé à la Bathie, mon choix se porte sur un départ de l’alpage de Quinget à 1752 mètres d’altitude.

La veille, je fais un repérage du départ. La route est goudronnée jusqu’au col des Cyclotouristes, ensuite, c’est une piste forestière.

Dès le départ de la piste, une cuvette d’évacuation me semble un peu exagérée et la suite de la piste m’apparaît raide pas forcément praticable avec un véhicule de tourisme. L’après-midi est trop avancé pour une reconnaissance pédestre.

Qu’importe, je partirai comme Pascal du Chalet forestier des Chappes. Le trajet voiture est un peu plus long mais il est plus sûr.

Départ à 8h15, non du chalet forestier mais du chalet d’alpage, un peu plus haut, la piste étant en bon état

Montée dans un versant nord, à l’ombre et au frais.

Passage au chalet du Haut du Pré ou je réveille les chiens qui, eux-mêmes, réveillent le berger qui leur adresse des jurons non publiables.

Je vais suivre dans les grandes lignes l’itinéraire décrit par Pascal.

Un magnifique parcours de crête, idéal par une journée lumineuse et sans vent avec les couleurs chaudes de la végétation en automne.

Parti tôt, je me permets une bonne pause à la Roche Pourrie, parcours la crête d’un pas contemplatif et arrive au sommet vers 11h45, pile à l’heure du casse-croûte.
Et surtout avant la foule que je vois en bas sur le plateau d’alpage ce qui va me laisser, et aux quelques rares randonneurs qui arrivent, une bonne heure de tranquillité.

Sans voisin écrasant, le Mirantin offre un fabuleux panorama dans toutes les directions.
Bien sûr, la vedette du spectacle, c’est le Mont Blanc qui nous projette ses glaces étincelantes en pleine figure.

La meute arrive effectivement vers 12h45 et je vide les lieux pour une descente tranquille et un retour vers 15h après une superbe journée de montagne.

Dernière modification : 22 octobre 2014