Grand Ferrand (2758m) par la voie normale Sortie du 16 octobre 2014

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Le Grand Ferrand est une entreprise sérieuse : une longue ascension et un final engagé très exposé. Le deuxième sommet du Dévoluy laissera sans doute un souvenir inoubliable à celui qui le gravira.

Conditions météo

Couvert.

Récit de la sortie

Départ à 6h40 à la frontale en espérant capter les premiers rayons de soleil sur le Grand Ferrand à l’entrée du vallon de Charnier.

Vers 7h30, j’entre dans le vallon. Le ciel ne s’est pas dégagé, mes chances de voir un lever de soleil sur le Grand Ferrand sont maintenant nulles. Malgré les nuages, les sommet des Ecrins restent visibles à l’horizon.

J’arrive au col de Charnier vers 8h15. Puis, je m’empresse de suivre la sente qui monte vers la Tête de Vallon Pierra pour y chercher le chemin qui passe dans le flanc de cette dernière. Mais je m’aperçois que le chemin est en contrebas... Je suis monté trop haut !

Je suis dans le dévers dans la caillasse et je rejoins le début de l’étape finale de l’ascension du Grand Ferrand, il est presque 9h00.

Quelques fines gouttes commencent à tomber... non, pas maintenant ! La petite pluie s’estompe rapidement sans mouiller le sol. Je décide de continuer et j’entame le passage de la crête avant la base du pierrier.

Une dernière inspiration et c’est parti pour les choses sérieuses, d’abord la remontée du pierrier, puis la traversée de la cheminée, et les "escaliers" dans les éboulis. L’ensemble de la progression est bien exposé. Je passe devant le gouffre et continue à grimper dans les blocs.

Puis, c’est les dernières pentes sommitales plus faciles. Ça y est, l’Obiou apparaît, le sommet du Grand Ferrand est juste au-dessus ! Il est 10h00 et quelques minutes.

J’arrive seul, après 3h30 d’ascension, au deuxième sommet du Dévoluy. Le ciel couvert par les nuages renforce l’impression de solitude et d’isolement. Jamais elle n’a été aussi forte.

Le vent rafraîchit bien la température, heureusement, j’ai pris ma veste d’hiver. Cela me permettra de rester une petite heure au sommet.

Puis arrive l’heure d’entamer la descente. Je progresse prudemment dans les passages les plus exposés, cela passe mieux que je ne l’aurais pensé. Avant de passer le gouffre, je croise trois personnes du troisième âge, partis de la Jarjatte, dont une de 82 ans, qui a encore la pêche ! Chapeau ! Ce seront les seules personnes que je croiserai aujourd’hui.

La descente de la cheminée se déroule également bien, mais je suis soulagé lorsque j’atteins la gravière, le plus dur est derrière. Il ne me reste que la longue descente pour retourner à Serre Long.

Pause au col de Charnier pour admirer les falaises de la Tête du Lauzon avant le retour par le vallon.

Retour à la voiture vers 15h30. Encore une bonne journée !

C’est une ascension sérieuse tout de même, longue avec un final assez exposé. Le Grand Ferrand, comme son nom l’indique, est un grand sommet à ne pas sous-estimer.

Dernière modification : 22 octobre 2014