Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Très beau temps.

Récit de la sortie

Départ à 12h00 du Fornet pour cette 4ème ascension de la pointe de la Bailletta.

La montée au col est assez vite expédiée (je shunte le lac de la Bailletta déjà gelé) afin de profiter au mieux du sommet avec la luminosité de cette belle journée d’automne.

Au col, la boîte aux lettres du cairn est bien vide, le seul message à peine lisible date de septembre 2012.

L’accès à la pointe est bien dégagé, les quelques plaques de neige ne posent aucun problème, sauf vers l’altitude 3000m où un passage un peu raide est rendu glissant.

Quant à l’itinéraire, la discrète sente partant du col ainsi que les quelques cairns sont suffisants pour atteindre sans hésitation le sommet.

Lors de la montée à la pointe, quelques bouquetins stationnent vers 2950m, au sud-est du sommet.

À 14h30 au cairn sommital, je peux y rester un bon moment. Vent quasi-nul et le soleil chauffe assez bien. Silence absolu, aucun bruit ne monte de la vallée. Pour seul fond sonore, le ruisseau de la Sassière et de temps à autres, des chutes de pierres dans les éboulis du versant nord de la crête qui relie la Pointe de la Bailletta à la Becca Blanche.

Passé 15h15, j’enclenche la descente. Le versant est de la pointe est à l’ombre et la température y chute rapidement. Le terrain durcit et la neige devient croustillante.

De retour au col, encore de nombreux bouquetins effectuent une traversée en amont du lac de la Bailletta ; ils viennent du Plan des Nettes et remontent lentement vers le Creux de la Becca Blanche.

Ils sont au fait de ma présence alors je patiente au col afin de ne pas perturber leur progression ou risquer la dispersion du cortège.

Pendant ce temps, un barbu survole la crête entre le Bec de l’Aigle et la Pointe de la Bailletta.

Vers 16h15, la voie est libre pour continuer la descente. La luminosité est de plus en plus belle et au sol, les ombres s’étendent à grande vitesse.

Une fois passé le virage du Couart dessous, le soleil disparaît derrière la Grande Motte. Le hameau du Fornet est en visuel, il n’y a plus qu’à se laisser glisser dans le crépuscule du fin fond de la Haute Tarentaise.

Dernière modification : 3 novembre 2014

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 30 octobre 2014

Publiée le 3 novembre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !