Petit tour du Piton de la Fournaise Sortie du 20 décembre 2012

Sortie réalisée le 20 décembre 2012.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Un environnement inhabituel, l'impression de marcher sur la lune. A ne pas manquer lors d'un voyage à La Réunion ... mais viser un jour de beau temps, même si le balisage autorise la balade en plein brouillard.

Conditions météo

Des conditions météo idéales. Temps clair. Pas trace de brume dans l’enclos du volcan.

Récit de la sortie

Lever très matinal (5H30) en vue du petit déjeuner à 6H . Nous sommes au gîte du volcan où nous sommes arrivés la veille. On assiste au spectacle du lever de soleil propice à de nombreuses photos.

Départ 6h45 après un petit déjeuner copieux, comme l’était le repas de la veille.

Nous traversons une lande de bruyères. Courte remontée jusqu’au Pas de Bellecombe, la porte d’entrée du Volcan.

Nous y sommes, un cône magique, harmonieux, domine le paysage tandis qu’à nos pieds une vaste étendue de lave rougeâtre nous invite à la fouler. Paysage lunaire, un peu irréel, cette fois le regard ne peut plus se raccrocher à quelque chose de vivant, il n’y a que de la roche volcanique devant nous.

La descente dans l’enclos est rapide, 150m de dénivelé, le chemin est protégé par une jolie balustrade de bois ; on surplombe le cratère Formica Léo.

Ca y est, on marche sur la lave refroidie (depuis belle lurette heureusement !). Comme des Petits Poucets nous suivons les points blancs, balises sensées empêcher les randonneurs de s’écarter du chemin ! Mais balises indispensables lorsque la visibilité vient à manquer, ce qui, parait-il, n’est pas rare. Un panneau nous annonce 5 heures pour faire l’aller-retour jusqu’au point de vue sur le cratère.

Sous nos pieds, le sol est changeant, il est tour à tour lisse, abrasif, fait de lave cordée ; nous traversons aussi des coulées de lave en gratons plus noire où les pas font un drôle de bruit.

Nous franchissons de petits ressauts de roche rouge du plus bel effet. On croise une forme curieuse appelée la chapelle de Rosemont.

La marche se fait longue sous un soleil brûlant, le paysage est vaste, de petits cônes de moindre envergure découvrent leur forme. Enfin après une longue traversée, au bout de la pente, on découvre le cratère Dolomieu : vaste gueule béante déchiquetée, pas de fumerolle, nul soubresaut ! 300m de vide, on a presque envie d’aller y faire un petit tour ? Il a l’air d’être bel et bien endormi ce géant et pourtant il y a seulement 2 ans … !

Le piton, parcours mythique, difficile de s’en éloigner… aussi chacun et chacune emportera avec soi un peu de cette roche noire, bleutée, rougeâtre que l’on contemplera tel de petits trésors plus tard le soir à la maison, une fois retournés de ce voyage à l’Ile Intense.

Le retour se fera par le même chemin avec une lumière plus irradiante encore pour illuminer la roche d’un rouge intense.

Dernière modification : 10 novembre 2014