Pointe de la Québlette (1915m) par les Glières et le col de l’Ovine Sortie du 7 avril 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Pérégrinations sur des crêtes panoramiques pour profiter d'un dernier sursaut de l'hiver...

Conditions météo

Grand beau, un peu brumeux, températures tout juste positives. Petite couche de neige récente, se transformant ou regelant parfois en surface selon les versants.

Récit de la sortie

L’hiver n’avait pas dit son dernier mot la semaine passée, mais Pâques a décrété le retour de l’anticyclone, et il faut vite profiter des dernières hivernales de moyenne montagne avant que la neige ne parte définitivement pour cette saison.

Départ vers 15h30 en raquettes pour cette belle petite chaîne calcaire dominant le plateau des Glières, dont le faible dénivelé est idéal pour une sortie de l’après-midi. Après une rapide montée au plan du Loup, on quitte l’"Autoroute" en direction du plateau des Auges pour bifurquer à droite en direction du col de l’Ovine, beaucoup moins parcouru.

Ma petite idée derrière la tête : Explorer le parcours depuis le col de l’Ovine de la crête passant par la Pointe de l’Ovine et la Pointe de la Balme, pour tenter de rallier la Pointe de la Québlette par cet itinéraire esthétique, dont je n’ai trouvé aucune description.

La montée à la pointe de l’Ovine, débonnaire, se fait sans problèmes. Mais derrière, la crête se fait étroite, et on enlève les raquettes pour continuer dans ce mélange de rochers, de broussailles et de neige. Ça passe sans trop de difficultés, mais il faut faire attention car le terrain est quand même exposé... La Pointe de la Balme, point culminant de cette crête, est ainsi atteinte.

La crête continue derrière, plus sèche, mais aussi plus tourmentée et exposée. Ça semble passer, mais hélas, mes "boots" de neige, trop grosses et molles, n’offraient aucune assurance sur ce genre de terrain. On fera donc demi-tour, en se promettant de revenir en été poursuivre l’exploration avec un équipement plus adapté...

17h30, retour sur la crête... Entre temps, avec l’heure tardive, le versant sud-est de la montagne avait plongé dans l’ombre, et la neige des raides versants sous la crête regelait, supprimant le risque de coulées, principale raison pour laquelle la Pointe de la Québlette est peu parcourue l’hiver.
On s’échappe de la crête par une faiblesse pour y remonter plus loin au point au point bas sous la Pointe de la Québlette. A partir de là, la crête se remonte sans difficultés jusqu’au sommet.
Petite pause pour profiter du panorama, mais mes instincts touristiques reprennent vite le dessus pour explorer la crête sud-ouest plus loin, et redescendre un peu en direction de la Pointe de Dran.

18h30, on commence le retour... Celui-ci se fera rapidement, sur une neige durcie par le regel. Retour au col de l’Ovine, mais il reste encore une heure avant le coucher de soleil, juste assez pour un rapide aller-retour à la Pointe de Puvat... Belle ascension dans la lumière jaunissante de la fin de journée. J’y retrouve les traces d’un petit autochtone qui semble m’avoir devancé dans le parcours intégral des crêtes entre la Pointe de Puvat et celle de la Balme... La seule petite difficulté sera le couloir sommital final un peu compliqué par la neige.

20h, retour au col de l’Ovine, dans la lumière rouge du soleil couchant. On profite du paysage, puis on plonge droit dans les raides pentes pour rejoindre directement la plateau sans passer par le plan du Loup. Traversée du plateau des Mouilles dans le calme du soir, puis retour vers 21h.

Dernière modification : 8 avril 2015