Tête de Garnesier (2367m) - Tête des Ormans (2140m) par le Col de Plate Contier Sortie du 15 avril 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

La Tête de Garnesier est le sommet sud de la fameuse mâchoire dévoluarde, il s'atteint par un itinéraire de crête époustouflant. Un panorama sommital à couper le souffle sur le Dévoluy, le Vercors, les Ecrins, le Buech... Ascension à partir de la Cluse.

Conditions météo

Beau temps, un peu de vent au sommet.

Récit de la sortie

Pour ma dernière ascension en solo de la saison, je vise comme objectif la Tête de Garnesier (Je remonterai au Gigon avec un ami dans l’après-midi). En cet mi-avril, la neige est vite partie surtout sur les versants sud, je suppose donc que la crête pour atteindre la Tête de Garnesier doit être praticable. Je pars avec mes crampons dans mon sac. C’est de sûreté !

Départ 7h45 de la Cluse, je suis le GR qui mène dans un beau petit vallon au pied du col du Lauteret. Je quitte le GR avant ce dernier pour le sentier en direction du col de Plate Contier.

Juste avant le col, je monte dans l’alpage en direction de la crête au niveau de la cote 2103m. J’aperçois une petite harde de chamois. J’atteins la crête avec une belle récompense : un panorama magnifique et une belle crête qui s’offre à moi.

Splendide vue sur la Tête et le Roc de Garnesier du sommet de la Tête des Ormans. S’ensuit d’une raide descente pour rejoindre le Pas l’Agneau.

Le cheminement est intuitif et même balisé (blanc-vert), en ce 15 avril, il reste quelques passages enneigés, j’ai mes crampons mais ils ne serviront pas. En effet, le soleil a déjà rendu la neige un peu molle et je ne n’ai pas de mal à traverser ces quelques névés sur la crête.

Au sommet, c’est un splendide panorama qui m’attend, Dévoluy, Ecrins, Vercors, Buech, etc... Une vue remarquable dans l’alignement de la barrière ouest dévoluarde où le Grand Ferrand trône en maître, une autre tout autant saisissante sur le versant ouest de la Montagne d’Aurouze avec la profonde combe de la Cluse.

La pause sommitale sera de courte durée, le vent au sommet souffle, je me planque tant bien que mal derrière le gros cairn pour profiter d’un moment de contemplation.

La descente s’effectue par le même chemin à crête jusqu’au Pas l’Agneau où un chemin part dans le dévers en dessous de la Tête des Ormans pour rejoindre le col de Plate Contier.

Un peu en dessous du col, je croise ma première marmotte de l’année, elle gambade, puis s’arrête à une vingtaine de mètres où je suis posté.

Enfin retour paisible dans l’agréable petit vallon qui commence tout juste à verdoyer après la fonte des neiges. Arrivée vers 13h30 à la Cluse. Dans une heure et demi, j’entamerai l’ascension du Gigon, mais cela est une autre histoire...

Dernière modification : 23 avril 2015