Sortie du 10 mai 2015 par patrick73 Ouille Allegra (3130m) – à raquettes

Rando à ski de printemps au départ du petit parking en dessous des chalets des Planors (2150m), assez courte et facile (3h30- 2.2, passage à 35°). La piste d'alpage de la Buffaz est généralement praticable assez haut, dès le mois de Mai, la circulation est tolérée jusqu'à la mi-Mai.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Grand beau temps frais le matin, il a gelé à Bessans à 5h30 ce matin.
Neige bien gelée quand on la trouve vers 2400m, couteaux utiles à la montée.

Vent soutenu et frais au sommet.

Neige non décaillée dans le triangle sommital à la descente, bonne "moquette" en dessous de 2900m, du très bon ski !

Récit de la sortie

Ski de rando à l’OUILLE ALLEGRA 3130m 10 MAI 2015

« Les retrouvailles. »

La porte de la voiture claque dans le petit matin frais aux premières lueurs du jour.

  • Mais y a pas de neige !
  • Ben non c’est carrément remonté depuis jeudi dernier
  • On va ailleurs sur le l’Iseran.
  • La route est fermée au pont de la Lenta et c’est pas mieux, allez on y va, y a que 200m de portage !

Ce seront les seules paroles que nous échangerons avec Jérôme jusqu’au sommet !

C’est ainsi que redémarre nos retrouvailles en montagne avec Jé et Rémi, suite à mon accident et à une longue période de convalescence.

Avec Rémi, nous rions sous cape, Jé grogne, il va rester derrière !

Le jour se lève quand nous remontons la piste d’alpages jusqu’aux chalets de Côte Rouge.

Je guette le Charbonnel qui va s’enflammer et, là-bas, la pyramide de la Parrachée, superbe, qui elle aussi va s’allumer comme un phare.

Laquelle des deux s’allumera en premier ?
C’est à l’affût du grand incendie, appareil photo prêt à mitrailler que nous assistons médusé à l’arrivé du soleil sur l’Ouille d’Arbéron avant de s’étendre aux deux géants.

Peu importe c’est beau, superbe, on ne s’en lasse pas.

Les alpages de la Buffaz sont raides à monter avec les skis sur le dos, et c’est avec soulagement que l’on chausse vers les chalets du Grand Fond à 2400m.

Jé toujours grognon suit à 5 minutes.

Le soleil nous rattrape quand on trouve la neige.

La longue et monotone montée démarre, chacun dans son rythme, chacun dans ses pensées, dans son monde.

Les vallonnements s’enchaînent, nous sommes dispersés sur le grand alpage, chacun dans sa trace, chacun dans son cheminement.

Et puis puis nous arrivons à quelques instants d’intervalle au clapier vers vers 2800m au pied de la pente raide qui amène au triangle sommital.

Avec Rémi nous décidons de mettre les crampons, on se pose au gros rocher au pied de la pente.

Jé, toujours grognon, choisi un rocher en contrebas pour chausser également... Ah c’est pas son jour !

Pourtant le panorama s’étend, magnifique, grandiose dans un silence absolu et profond.

Le soleil comment à taper, la longue montée monotone s’engage.
Rémi comme à son habitude démarre à fond et met de la distance.
En une demi-heure il sera au sommet.

Il me faudra 1h15 pour le rejoindre, soufflant et suant, mais quel bonheur de retrouver le grand cairn et les somptueux paysages.

Jé, toujours à son affaire, monte lentement l’arête, nous le suivons des yeux et enfin nous voici réunis.

  • Moi j’attends une heure que ça décaille.
  • Ben avec ce vent c’est pas demain la veille
  • J’attends...

Bon on ne va pas discuter... Longue séance photos, papotages, on récupère et je me décide à enlever les peaux et à chausser les skis.

Rémi en fait autant, et Jé est bien obligé nous imiter.

  • Oh mais ça glisse !
  • Ben oui la neige ça glisse !
  • Allez chausse on y va...

Jé nous fais une démonstration de n’importe quoi en chaussant ses skis, un vrai débutant, mais qu’est ce qu’il a aujourd’hui ?

Une fois passé les quelques cailloux sous le sommet, nous enchaînons de grandes courbes rapides, le grip est bon, la neige néanmoins tôlée.

Et puis, dans la grande pente, enfin "la moquette" tant espérée, et là, c’est le bonheur.

Chacun lâche "les chevaux", c’est à qui en profite le plus.
Enfin Jé a le sourire !

Grand bonheur dans la pente raide, ski grand tourisme dans les alpages au milieux des marmottes qui détalent sous nos spatules.

Tiens Jé recolle à nous, il a la banane et il reparle.

  • C’est top bon hein ?
  • C’est trop court !
  • Jé enfin...!

Les derniers névés et à regret il faut remettre les skis sur le sac.

Descente rapide sous un chaud soleil estival, couleurs fantastiques, l’imposant Charbonnel nous écrase, c’est juste "tout comme on aime"

Rencontre sympa avec l’éleveur de chèvres à Côte Rouge, discussions, échanges, tout simple, avec trois Borders tout fou qui nous sautent dessus, nous courent autour, bondissent, jappent...

Encore 10 minutes de descente et nous nous affalons dans l’alpage déjà vert, heureux de notre petite course tout juste comme on aime.

Dernière modification : 17 octobre 2018

A propos

Auteur de cette sortie :

Piqué à la montagne depuis l'age de 6 ans après avoir atteint peniblement le mont joli et je suis tombé amoureux du mont blanc. Ce jour la je me suis dit qu'un jour j'irais là haut. Il y a bien longtemps que j'y suis allé au sommet du Mont blanc, et la passion de l'alpi, la rando et ski de rando ne m'a toujours pas laché ! Et que ça dure longtemps encore (...)

Randonnée réalisée le 10 mai 2015

Publiée le 6 juin 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 6 juin 2015 à 19h43

    Tu as récupéré de le Pointe des Arses...Good !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !