Cheval Blanc (2323m) en Haute-Provence Sortie du 28 avril 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Long parcours de crête pour atteindre le sommet, avec une variante pour la descente par rapport au topo d'origine.

Conditions météo

Beau temps, ciel voilé. Rafales de vent du NW. Températures encore un peu fraîches.

Récit de la sortie

Le parcours :

L’itinéraire que j’ai emprunté correspond exactement à celui indiqué par le jury de l’AMM dans le cadre des randonnées imposées à réaliser.

Pour visualiser le cheminement de cette variante, c’est par ici.

Horaire indicatif :

  • Départ de la chapelle Saint-Thomas : 10h30
  • Sommet du Cheval Blanc : 13h50
  • Retour à la chapelle : 18h00

Le parcours est identique à celui indiqué par Alain dans son topo jusqu’à la cabane du Cheval Blanc : nous avons donc une montée progressive qui nous fait traverser des prairies, des zones de forêts, puis des alpages, le tout sur un parcours quasiment constant de crêtes, jusqu’à la crête terminale, vallonnée et assez longue.

En arrivant à l’observatoire (que l’on peut prendre pour un genre de fort depuis l’autre bout de la crête), force est de constater que les travaux de celui-ci n’ont guère progressé ces dernières années. Sur le site de Galatée qui s’occupe de ce projet, guère plus d’informations, la dernière mise à jour datant du 1er janvier 2012.

La vue de ce sommet bien isolé est effectivement assez spectaculaire : sommets du Val d’Allos (Séolane, Estrop, Cimet et Pelat, tours du lac...), Grand Coyer, Carton, jusqu’aux sommets des Ecrins et vers le Sud, beaucoup plus modestes, de l’arrière-pays Niçois et varois.

Comme vous pouvez le voir sur les photos, la neige était encore présente en ce début de printemps sur les sommets environnants. Des aiguilles de neige soufflée et de la glace s’attardaient dans l’ombre de l’observatoire.

La plus grosse difficulté a été de franchir les névés qui s’attardaient dans les combes du Ravin de Chaudette et de la gorge de Sécaré. Si les neiges persistantes avaient été plus importantes, franchir ces deux vallons aurait été bien plus compliqué, mais là un petit détour a suffit pour passer ces obstacles.

A la cabane du Cheval Blanc, j’ai pris à travers la longue descente de l’Ajasson. On longe le ravin, et le sentier descend à travers un bois, avant de faire une traversée vers le Nord. Un virage et il repart vers le Sud-Est. On longe désormais le fond du ravin de Favier par la rive droite du torrent, d’ailleurs peu alimenté en cette saison. Le sentier devient une piste forestière.

La suite, c’est une descente en pente douce jusqu’à rejoindre la route forestière. On continue la descente le long du vallon, jusqu’à déboucher sous le flanc Sud du Sommet de Villaron, et retrouver les bâtisses de Château-Garnier.

Il suffit ensuite de suivre la RD2 pour rejoindre la chapelle Saint-Thomas. Par rapport au tracé du topo, une distance plus longue donc, mais qui n’augmente pas vraiment la difficulté, mais permet de varier la descente !

Dernière modification : 19 mai 2015