Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Grand beau temps de fin d’après midi estivale, superbe luminosité, mais très grosse chaleur écrasante.

Récit de la sortie

Chartreuse, telle une émeraude !

Mercredi 3 juin, il est 15h. Aujourd’hui j’ai décidé d’aller au Mont Outheran par le Pas du Cuert.

Je suis tombé un peu par hasard sur un topo, et le coté ludique de la grimpée de ce pas m’intrigue.

15h30, la journée de travail n’en fini pas, que c’est long ! Le Mont Outheran je l’ai en face de moi. Souvent depuis mon bureau je "rêvasse" en le regardant, sans vraiment lui prêter d’attention.

Aujourd’hui je le trouve beau, lumineux par les falaises de calcaire blanches qui dominent la forêt sombre des sapins, saisissant de contraste avec le vert tendre des fayards... Et le bleu limpide et clair du ciel.

16h, j’en ai assez, "je me casse", tant pis pour le boulot, mais l’envie d’aller là-haut est trop forte. J’avais préparé mon coup, les affaires sont dans la voiture !

Il fait chaud, très chaud.

Col de Couz, col des Égaux, Corbel toujours aussi beau, le col de la Cluse, et enfin je suis sur le plateau du Désert.

C’est une carte postale de la Savoie. Tout en contraste de verts, de gris et blancs, le brun des marnes, les terres noires, et ce ciel...

Et la Savoie ne serait pas s’il n’y avait pas des abondances et tarines avec leurs belles cloches.

Il faut bien me l’avouer, cette symphonie pastorale m’invite plus à faire la sieste dans l’herbe grasse avec les vaches, qu’à suer sous cette chaleur de dingue.

Mais la belle falaise là haut m’attire, je me mets un coup de pied aux fesses et "avanti"

Même sous le couvert de la profonde forêt la chaleur m’écrase. Les mouches "attaquent", c’est pénible.

Le sentier n’est pas agréable, défoncé par les engins qui charrient les grumes.

Le doute s’installe, malgré tout la journée de travail se fait sentir. Et puis au col du Grapillon, comme la proue d’un navire, la falaise blanche étincelante de l’Outheran.
Voilà donc juste ce qui me fallait pour reprendre l’envie.

C’est amusant, ça ressemble au Nivolet !

Le sentier grimpe raide, mon rythme s’accélère avec l’envie, et j’arrive au pied du pilier. Superbe !

Je suis le sangle, étroit et aérien, c’est magique, et cette vue !
Le sangle contourne le pilier, c’est clair "faut pas s’en mettre une" sinon quelle chute...

Et puis voilà le pas. Il est à l’ombre, il fait bon. Et ce manque de clarté, cette lumière profonde de fin d’après midi lui donne une coté plus sévère.

Ou cela passe-t-il, qu’y a-t-il au dessus ? Cela se redescend-t-il ?

Les marques jaunes discrètes invitent à grimper. Je monte vite, je prends plaisir à grimper les multiples petits pas. Le sangle bien tracé monte raide de manière astucieuse. Je navigue entre deux beaux piliers de calcaire blanc qui sentent bon la chaleur de l’été.

Et puis, trop rapidement à mon goût, la petite cheminée finale et hop sur le plateau où je tombe nez à nez avec les moutons.

Herbe rase, silence profond, vue sublime, je suis heureux.

La Chartreuse telle une émeraude aux milles verts, scintille de ses falaises blanches ourlées parfois de quelques nuages blancs juste pour faire beau dans un ciel d’azur.

Je suis sous le charme !

En bas l’usine... toute petite, la large vallée de Saint-Laurent écrasée de chaleur.

Je me prélasse retardant le moment du retour. Je grille au soleil sur ce plateau perché dans l’azur.

Le soleil décline. A pas prudents je redescends le passage du Cuert, ça passe bien, je descends vite, le pied sur, heureux de ce crapahu.

Il n’est pas besoin d’aller loin, d’aller haut pour trouver le bonheur et la sérénité. Le Mont Outheran que j’ai ignoré pendant tant d’année me l’a apporté.

Dernière modification : 17 octobre 2018

A propos

Auteur de cette sortie :

Piqué à la montagne depuis l'age de 6 ans après avoir atteint peniblement le mont joli et je suis tombé amoureux du mont blanc. Ce jour la je me suis dit qu'un jour j'irais là haut. Il y a bien longtemps que j'y suis allé au sommet du Mont blanc, et la passion de l'alpi, la rando et ski de rando ne m'a toujours pas laché ! Et que ça dure longtemps encore (...)

Randonnée réalisée le 3 juin 2015

Publiée le 7 juin 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !