De Saint-Montan à Larnas par le Val Chaud (343m) Sortie du 30 juin 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Très beau, caniculaire

Récit de la sortie

Je connais les gorges de la Sainte-Baume depuis l’enfance.

Les gorges, mais aussi le vieux village de Saint-Montan, très persévérant dans sa restauration.

Avec la canicule, je recherche des randonnées courtes et pas très éloignées de mon camp de base car le temps passé à rouler ne l’est pas à marcher à la fraîche. Ou dans un semblant de fraîcheur car à 22°C dès 6h00, ce n’est pas de la fraîche...

Je choisis les gorges de Saint-Montant que je n’ai pas visité depuis des année. Et l’ascension jusqu’à la grotte de l’ermite se déroule dans un versant sud-ouest, donc à l’ombre...Il est vrai que l’ancien nom des gorges est le Val Chaud et que cela n’incite guère à le visiter en période de canicule...Et je ne verrai aucun autre randonneur ce jour.

Je vais donc faire le circuit dans le sens inverse du topo.

Départ à 8h45, ce n’est pas très tôt...mais j’ai déjà fait une petite balade à l’aube. Et je voulais faire celle-ci car c’est mon dernier jour dans la Drôme...trop chaud pour moi, je dors mal et la chaleur va s’accentuer, je vais opter pour la stratégie de la fuite...plus au nord...plus haut en altitude.

Traversée du village, magnifique avec ses passage voûtés. La montée au château, en plein soleil, est courte mais rude. Je n’ai pas pris de pull, ni le bonnet, ni les gants, ni l’imperméable (qui ne quittent jamais mon sac) et j’ai pris de l’eau. De plus, quelques jours auparavant, en revenant d’une randonnée dans les gorges de l’Ardèche, j’étais passé devant l’église de Larnas et j’avais vu dans le cimetière un robinet d’eau potable. Malgré la chaleur, je pense que les locataires des lieux n’auront pas pas tout bu.

Après la belle église San Samonta, hélas toujours fermée, je dis hélas, pour regarder l’intérieur, pas pour prier, il fait trop chaud, je monte comme prévu dans l’ombre.

Johnny avait "zappé" la grotte de l’ermite. La bifurcation est bien visible et le panneau indicateur est toujours en place.

La grotte, est davantage une baume murée, est dans l’ombre et assez fraîche. La grotte est un duplex, l’ermite ne se refusait rien.

Il ne devait pas être très grand, je me cogne le crâne en montant à l’étage et la casquette n’amortit que peu le choc.

Après la visite, je ne baisse pas assez la tête en sortant de la grotte, quelques étoilent filantes passent dans le ciel bleu.

Légère descente et remontée sur le plateau. Les chênes verts sont denses et procurent un ombre confortables. Les buis sont hauts de plus de trois mètres.

A Larnas, casse-croûte à l’ombre, non loin du point d’eau. Mais pas tout à côté. Les locataires restent cachés dans leurs caveaux et ne veulent pas sortir pour tailler une bavette.
Je vais donc bouder un peu plus loin.

Après la traversée de Larnas, petit village bien propret, bénéficiant sans doute de la manne financière d’un important centre de vacance, on monte un peu à l’ombre et puis on traverse le plateau.

Ce plateau est recouvert d’une vraie garrigue. Pas d’une végétation hésitant entre la forêt et la garrigue. Une vraie garrigue. Aucune ombre, offrant ainsi de belles vues sur les gorges de la Sainte-Baume.

Il fait chaud, très chaud. Mais je m’en moque, c’est de la descente.
Il n’est que midi, la grosse chaleur est à venir.

Dernière modification : 6 juillet 2015