Tour de la Bella Comba Sortie du 2 août 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Très beau temps le matin. Des cumulus l’après-midi, davantage en Haute Tarentaise qu’en Valle d’Aosta. 14°C au Col du Tachuy à 11h00. Vent nul à faible.

Récit de la sortie

La journée est annoncée sans pluie et sans orages, je vais pouvoir longuement profiter de la multitude de lacs présents sur le parcours. Et encore, pas tous, il y en a trop. Avec un départ à 08h30 et un retour à 19h00, j’ai effectivement pris mon temps.

Cette boucle sera faite en sens inverse à celui décrit dans le topo. La vue sur le Mont Blanc arrive beaucoup plus tôt, limitant ainsi le risque d’une vue obstruée par les habituelles ascendances de l’après-midi.

Le début est tranquille jusqu’à la Sassière, joli replat avec son refuge (Ruitor) et ses anciens chalets, dont certains sont en ruines. Puis c’est la montée au lac du Petit sur un sentier facile à suivre, excepté lors du franchissement du ruisseau du Grand, où l’on cherche un peu le sentier qui se faufile parmi les gros blocs rocheux.

Passage à proximité d’un immense rocher aux surfaces arrondies, planté dans le sol. Il porte les stigmates du pouvoir abrasif d’un glacier qui l’avait recouvert, fut un temps. Lorsque je monte dessus, je m’imagine sur le dos d’une baleine et nomme ainsi ce rocher, "La baleine".

Calme absolu au lac du Petit, dans une ambiance très verdoyante. Je longe la rive est pour quelques reflets du Mont Pourri dans le lac. J’avance avec précaution, cette rive est peuplée de petites grenouilles.

Au bout du lac, un "mini delta" sur lequel serpente le ruisseau du Petit. Je le franchis le plus en amont, afin d’épargner cette zone humide où s’épanouissent les linaigrettes.

S’ensuit la montée au Col du Tachuy, un peu plus raide mais sans excès. Quelques mètres avant le col, c’est l’euphorie habituelle, sachant ce que je vais trouver derrière…

Je monte un peu sur l’arête du Tachuy pour une vue dégagée. Cielo azzurro nella Valle d’Aosta, seuls quelques nuages (entre 3000 et 3500m) encerclent le massif du Mont-Blanc.

J’engage la descente sur le très minéral versant italien (sente cairnée), en direction des Laghi del Tachuy. On commence par 2 petits lacs déjà fort agréables, juste au bord de l’itinéraire.

Plus loin et en contrebas sur la gauche, un grand lac apparaît. En faire le tour complet prendrait beaucoup de temps, il n’y a pas de sentier et des éboulis tout autour. Il mériterait toutefois une visite, peut-être lors d’une future virée sur le secteur (une de plus sur la liste).

La sente plonge ensuite vers un autre très beau lac, qu’elle surplombe sur sa rive ouest. En passant, je vois que l’extrémité sud du lac se trouve à peu près dans l’axe du Mont Blanc et des Grandes Jorasses, sans aucun relief pour entraver la perspective.

Avec un vent quasi nul, la surface du lac est assez lisse, mais pas parfaitement. Va bene ! Je dévale la courte pente assez raide et m’y voilà. C’est tellement beau que ça pique les yeux.

De retour sur la sente, la descente continue. Sur la droite, encore un autre lac situé à l’écart. Il n’est pas très loin mais son accès n’est pas aisé et nécessite la traversée d’une zone de gros blocs.

Je préfère m’attarder plus bas aux Laghi di Bella Comba, que j’atteins en fin de descente. Et plus particulièrement le lac sud, au milieu duquel se trouve un îlot rocheux. Je rejoins l’extrémité sud du lac, bien isolée, où je fais longue pause et trempette jusqu’aux genoux.

Il faut quitter ce petit paradis et j’entame la remontée du Vallone di Bella Comba. Ce vallon est parcouru par une sente avec cairns, bien utiles par endroits. Après passage d’un petit bassin fluvio-glaciaire, la première partie de montée est moyennement raide jusqu’au sommet des moraines, puis la seconde partie est beaucoup plus tranquille.

Un ancien abri militaire (ricovero) annonce la proche arrivée sur la crête frontière, entre la Tête du Charvet et la Pointe Rousse.

La sente passe la crête au niveau d’un petit col. Il ne s’agit pas exactement du Col de la Louïe Blanche (point coté 2567m sur IGN) mais d’un étroit col situé 280 mètres à l’ouest, à une altitude de 2590m environ.

Mon objectif étant de rejoindre le Passage de la Louïe Blanche et son petit lac, j’ai 2 possibilités pour l’atteindre :

  • sur le versant français, continuer la sente venant du Vallone di Bella Comba et la quitter vers l’altitude 2500m, pour une traversée plein ouest, hors sentier.
  • suivre la crête frontière en montée vers l’ouest (hors sentier) pour arriver sur un autre col situé au pied de la Pointe Rousse, à l’altitude 2640m environ. Des cairns puis une sente permettent de se diriger vers le Passage de la Louïe Blanche en longeant le flanc sud de la Pointe Rousse.

J’opte pour la première avec la petite virée hors sentier, fin jolie. Il faut parfois remonter un peu pour contourner de grandes dalles inclinées (max. 50m D+) mais ça passe plutôt bien.

Quelques marres et ruisseaux égayent cette traversée qui me mène directement au lac situé en contrebas du Passage de la Louïe Blanche. Petit tour du lac bordé d’un champ de linaigrettes à son extrémité est, puis je rejoins le Passage pour la vue de l’autre côté.

S’ensuit la longue descente vers la Savonne, avec encore 3 lacs aux abords du sentier. Entre temps, hésitation à la bifurcation menant au lac du Retour. Mais il est déjà assez tard et je me convaincs de lui rendre visite d’ici la fin de l’automne, lors d’un autre parcours (un de plus sur la liste).

Sous la lumière dorée de cette fin de journée, je sillonne les pentes couvertes de myrtilliers et genévriers puis disparais dans le vallon ombragé de la Louïe Blanche, me remémorant le Mont Blanc et la vue de tous ces lacs.

Dernière modification : 4 août 2015