Aiguille de Morges (2986m) Sortie du 15 septembre 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

La rude ascension de cette sublime aiguille nichée entre Champsaur et Valgaudemar.

Conditions météo

Un ciel couvert et menaçant pendant tout le parcours, mais avec un plafond assez haut nous évitant le brouillard.

Récit de la sortie

J’avais déposé sur ma liste d’objectifs 2015, cette belle aiguille, et elle marquera d’une belle manière, peut-être, la fin de ma saison en montagne cette année.

Heureux de constater il y quelques semaines, la création du TOPO de cette ascension sur le site, par MICHEL, cela m’a permis de confirmer mon futur itinéraire de montée.

Cet itinéraire balisé mais délicat, car détérioré à de nombreux endroits par des éboulis qui ont dévalé dans un grand nombre de ravins traversés par la sente.

Une sente technique avec pas mal de passage scabreux.

Un itinéraire comprenant une marche d’approche que j’ai trouvée longue et usante, mais par contre, d’une beauté sauvage magnifique.

L’Aiguille de Morges se dévoile très tôt au cours de l’ascension et l’arrivée sur le "Vallon Plat", et sa grande plaine verte dominée par l’impressionnant SIRAC et ses marnes noires, est magique.

Aucune difficulté pour trouver et emprunter la sente qui contourne le cirque par la gauche jusqu’au Mourre de Clausis.

Une jolie cabane, et ensuite, la traversée en dévers du ravin dévoilant le vallon Long, le Val Haut et le sublime ensemble MORGES / MONTAGNON.

Là, une sente qui descend sur environ 80 mètres, encore une fois scabreuse et délicate où une concentration extrême est requise.

Ensuite, c’est 500 mètres de montée, d’abord herbeuse, puis minérale afin de rejoindre le col (2796m), puis le sommet de l’Aiguille de MORGES (2986m), si belle !

L’ascension de la partie sommitale rocheuse est quand même délicate : c’est de la petite escalade ou le faux pas est interdit.

Lors de la dernière partie rocheuse de mon ascension, il m’est arrivé de me tromper dans l’itinéraire, notamment en me retrouvant face à un couloir rocheux très exposé avec le vide à droite.

Demi-tour immédiat ! et retour vers le centre de la montée afin de trouver un autre itinéraire dans la face.

Chose que j’ai fait sans "rechigner".

De plus, il avait neigé il y a quelques jours, et l’itinéraire était froid et glissant, ("appuis pieds" instables et mains partiellement gelées) donc, concentration extrême et pas de risque inconsidéré.

L’arrivée au sommet est magique, comme souvent, même si le ciel est gris, le plafond haut nous a permis d’observer les grands sommets du Parc National des Ecrins, dans toutes les directions.

(Sirac, Barre des Ecrins, Ailefroide, Pic du Says, Vaccivier, Cime du Vallon, Olan, massif du Dévoluy, Vieux Chaillol, Pic de Parières, Montagne de Cédéra etc....)

La descente de la partie sommitale fût extrêmement délicate, avec la neige fraîche et cette désescalade assez engagée, il a fallu vraiment assurer de bonne prises avec les mains.

La suite de la descente, fût longue....très longue, et usante, mais quelle beauté, quelle variété de paysage !!! Une ascension magnifique que je rêvais de faire, c’est fait et bien fait, mais je pense qu’une fois par ce versant, ça me suffira !

Dernière modification : 17 septembre 2015

Photos « Aiguille de Morges (2986m) »

Direction : Col de Vallonpierre Ca monte rapidement ! On aperçoit rapidement l’objectif On aperçoit rapidement l’objectif Les pointes du Sirac qui apparaissent Superbe endroit Sirac Aiguille de Morges et Montagnon Aiguille de Morges et Montagnon Aiguille de Morges et Montagnon Vue vers l’ouest Dans le Val-Haut Sirac vu du Val-Haut Zoom sur le Sirac Sur la crête, après le col Sur la crête, après le col Vers le sommet... Dans le rétro ! Zoom sur la barre des Ecrins On attaque l’escalade de la partie sommitale par ce couloir Au sommet Au sommet Dévoluy Petite pause bien méritée, après la descente