Arcine, circuit de Nant en Rhône Sortie du 16 août 2015

Sortie réalisée le 16 août 2015.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Retour sur ce beau circuit, avec cette fois le long détour par les tines de Parnant et Éloise, et toujours le plaisir de découvrir pas à pas de vastes paysages déserts.

Conditions météo

Temps couvert, faible pluie en fin de balade.

Récit de la sortie

Le temps de ce dimanche 16 août n’est pas très stable : des averses persistent sur le grand Crêt d’Aup tout proche. Tant pis, nous tentons la sortie.

Le temps s’éclaircit, le soleil apparaît quand nous arrivons à l’aire du Moulin. Nous profitons de notre passage pour couper au sécateur quelques renouées du Japon, modeste contribution à la lutte contre cette plante invasive.

Après le hameau de Beauchâtel, nous quittons la route et prenons le sentier de droite qui nous mène aux tines de Parnant ; le sentier qui descend en forêt est vraiment très raide. Après le pont, nous découvrons les gorges, qui sont malheureusement très encaissées et peu photogéniques, d’autant plus qu’on ne peut pas trop s’approcher des bords ; le mieux serait d’y accéder en kayak, par le Rhône.

Le sentier longe ensuite le Rhône pour nous mener au pont de Grésin : ce pont suspendu, construit en 1947 et rénové en 2007, est uniquement accessible aux piétons. Il se trouve dans un site magnifique, en pleine nature. Ici, le Rhône coule silencieusement entre deux rives abruptes couvertes d’une épaisse forêt. Au loin s’étale la longue barre du Vuache. Aucune habitation, aucune route ne sont visibles.

La montée à Éloise est très raide. Nous nous reposons en visitant le village. Une grande fresque dans le centre représente le village d’Essertoux, village rattaché à la commune d’Éloise, et qui a été submergé en 1948 lors de la mise en eau du barrage de Génissiat.

Après Éloise, nous entamons la raide descente sur le Ney et le creux où coule le ruisseau de Parnant. La solitude de ces lieux est étonnante, la vallée du Parnant est une sorte de désert vert. Après le hameau de Fruitière, nous entamons la très longue remontée de la crête qui va nous ramener à Arcine ; les lieux sont toujours aussi calmes, et nous découvrons les lointaines perspectives sur le Vuache et le plateau de la Semine. Malheureusement, la pluie commence à tomber, et bientôt la nuit aussi : c’est fini pour les photos ! Décidément, cette boucle est bien longue, et un peu limite pour une sortie de l’après-midi.

Je termine la promenade avec un petit sentiment de frustration, et je fais le projet de revenir sur les lieux pour refaire la dernière partie du parcours, celle qui va d’Éloise à Arcine, en plein jour et par beau temps. À suivre !

Dernière modification : 4 octobre 2015