Tour de la montagne des Frêtes - la roche Parnal (1896m) Sortie du 19 août 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Retour sur ce joli circuit, avec cette fois l'ascension de la roche Parnal et la rencontre avec ses bouquetins.

Conditions météo

Temps gris et frais, un peu de vent.

Récit de la sortie

Beaucoup de monde sur le chemin jusqu’au bas de Champ Laitier, mais plus personne au-delà ; il semble que la plupart des promeneurs font l’aller-et-retour depuis les Glières.

En arrivant à Champ Laitier, un panneau bien connu, et peu engageant, nous avertit de la présence de troupeaux de moutons avec leurs patous, et nous explique la conduite à tenir en leur présence. Consternation : le bel alpage de Champ Laitier serait-il contaminé par l’élevage du mouton ?

Finalement, nous ne verrons ni hordes bêlantes, ni chiens de garde : tant mieux, nous n’aimons ni les uns, ni les autres. Et puis, Champ Laitier, comme son nom l’indique, c’est pour les vaches ! Nous en verrons toute la journée, il y a des troupeaux un peu partout, l’activité de l’alpage fait plaisir à voir.

Au chalet du Grand Soquet, le propriétaire, content de me voir prendre une photo de son habitation, nous propose un coup à boire, mais nous déclinons gentiment l’offre, car il nous reste encore pas mal de chemin à faire.

Pendant la montée au crêt de l’Ébat, le vent froid nous fouette et nous incite à garder la veste. Après le crêt de l’Ébat, et alors que nous cheminons vers la roche Parnal, il s’arrête totalement, j’aurais dû prendre le temps d’enlever la veste... La montée à la roche Parnal me vaudra une suée mémorable, et bien sûr le vent froid nous cueille au sommet, bon, c’est ça la montagne !

Nous nous asseyons à l’extrémité nord de l’arête, et nous apercevons un bouquetin au sommet qui nous surveille. En descendant, nous rencontrerons le reste de la troupe, avec quelques très jeunes cabris, peu farouches comme d’habitude.

Sous le refuge de Spée, nous constatons que la piste a été élargie au bulldozer, on se demande bien pourquoi, ils veulent y faire passer des chars d’assaut ? En tout cas, la forêt a été balafrée sans ménagement, triste spectacle...

Et pour finir, ce sera le long, très long retour aux Glières, alors que la nuit tombe.

Dernière modification : 18 octobre 2015