Sortie du 21 octobre 2015 par Dyn’s L’Aiguille ou Haut Bouffet (2161m) par le Cirque de l’Abéou et le Chauvet (2062m)

Quel splendide itinéraire ! Montée par le vallon de l'Abéou, de toute beauté dans les belles couleurs automnales. Ascension sauvage de l'Aiguille ou Haut Bouffet délivrant un panorama magnifique sur ce secteur sud du Dévoluy dominé entre autre par l'imposante Tête de Vachères et les superbes Garnesier. Le retour par la crête du Vallon et les arêtes du Chauvet permettent de boucler majestueusement cette randonnée avec un panorama à couper le souffle sur le Dévoluy et les Ecrins.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Beau temps.

Récit de la sortie

Le Haut Bouffet est l’aiguille du col homonyme qui me manquait, l’itinéraire de Patrice (Valverco) me semblait le plus complet pour réaliser cette dernière avec un magnifique retour à crête. De plus, je n’ai jamais mis les pieds dans le vallon de l’Abéou et n’ai jamais parcouru également la crête du Vallon ainsi que l’arête sud-est du Chauvet.

Départ vers dix heures moins le quart du hameau de la Cluse, je me mets en marche pour la découverte du vallon de l’Abéou. L’endroit est d’autant plus resplendissant avec ces belles couleurs d’automne.

Je repère facilement la suite de l’ascension vers la Tête de Haute Lus, je suis la crête venant buter sur le versant sud de la crête du Vallon. J’entame trop bas la traversée dans le dévers jusqu’au petit col donnant accès au Haut Bouffet et me retrouve dans un pierrier et des éboulis pas très commodes. J’aurais du traverser un peu plus haut directement sous les barres rocheuses.

J’atteins finalement le petit col et entame la fin de l’ascension vers le Haut Bouffet. Au sommet, je domine une magnifique mer de nuages. Une vue époustouflante sur la monumentale Tête de Vachères... Je me pose toujours cette même question : suis-je vraiment monté là-haut !? Elle reste pour l’instant mon ascension la plus vertigineuse que j’ai réalisé.

Je reste un peu moins d’une heure au sommet avant d’entamer la traversée de la crête du Vallon, itinéraire très esthétique, encore plus avec cette mer de nuages... Le ressaut de la crête se franchit dans le dévers au pied d’une grande paroi. Le cheminement est évident et je regagne rapidement la crête en direction de la Tête de Merlant, que j’avais déjà gravi en l’enchaînant avec la Tête du Jas des Arres et le Chauvet l’hiver dernier.

Le col de Darne est débordé de temps à autre par la mer de nuages, la traversée dans le brume est de courte durée avant de me retrouver sur l’arête nord-ouest du Chauvet.

Petite pause sommitale d’une vingtaine de minutes avant de continuer vers l’inconnu, l’arête sud-est du Chauvet. En descendant le fil de cette dernière, je me rapproche de plus en plus de la mer de nuages et mon ombre ne tarde pas à être projeter sur le brouillard et à former une gloire autour d’elle. Je fais alors l’expérience de mon premier spectre de Brocken qui me suivra le long de la descente de l’arête. L’instant est magique...

Je me retrouve presque dans le brouillard avant la descente vers les Plaines, les alpages de l’adret dominant la Cluse. Heureusement, je trouve aisément le point de départ de la descente. Alors que je repère la suite du retour par les pentes de gauche, le brouillard envahi ces dernières... Changement d’itinéraire par les pentes de droite. Je traverse le ravin et rejoins finalement sans soucis la piste puis le sentier balisé ramenant à la Cluse. Retour final au hameau vers 17h00.

Dernière modification : 28 octobre 2015

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 21 octobre 2015

Publiée le 28 octobre 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !