Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Eté indien.

Récit de la sortie

En manque d’inspiration, pas l’envie d’aller loin avec seulement une après-midi devant moi, je m’embarque en direction de la surfréquentée Chamechaude. Habituellement, je réalise ce sommet à la pointe, pour espérer voir des animaux et éviter la foule qui se presse sur les sentiers comme on se rend au supermarché.

Non pas que je n’aime pas les gens, et les randonnées sont souvent l’occasion de rencontres sympathiques. Mais plus je parcours les montagnes, et plus je ressens de l’agacement face à un randonneur qui :

  • ne répond pas à mon bonjour
  • ne se range pas pour me laisser passer en montée (ce n’est tout de même pas compliqué de comprendre qu’il est plus facile de stopper son effort en descente)
  • crie à ses comparses (plus haut ou plus bas) : Youhou c’est beau hein ?

A Chamechaude, un dimanche de beau temps, on trouve tous ces gens-là, forcément plus bruyants que leurs homologues sympathiques et qui, s’ils ne ruinent pas la rando, la rendent plus mécanique, ne permettent pas véritablement de saisir l’instant, convaincu que je suis que le panorama vu d’un sommet s’apprécie mieux dans la contemplation silencieuse.

Mais ce sont sans doute là les considérations d’un grincheux, car Chamechaude, même par l’autoroute, vaut bien une petite visite.

Dernière modification : 2 novembre 2015

A propos

Auteur de cette sortie :

Installé depuis 2009 en Chartreuse, je ne me lasse de ces découvertes montagnardes qui éblouissent les yeux et remplissent l'âme.

Randonnée réalisée le 1er novembre 2015

Publiée le 2 novembre 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 3 novembre 2015 à 23h38

    Salut Guillaume, je suis comme toi, j’aime le silence de la montagne et surtout du sommet. En effet, pas de contemplation possible dans les brouhahas incessants des gens en tout genre. Je dirais que la contemplation se déroule, bien sûr, en silence mais également quand l’esprit est devenu silencieux...

    Tu devrais aller jeter un coup d’œil du côté du Dévoluy, même par dimanche de beau temps, il n’y a pas foule !

  • par Le 4 novembre 2015 à 01h41

    Certes, la Chamechaude n’est pas la meilleure destination pour le calme, comme la plupart des "points culminants"... Cependant, tant qu’à faire une rando d’après-midi... Pourquoi pas une rando de soirée ? Partir 2h avant le coucher de soleil, y assister au sommet, et redescendre à la nuit tombante... La Chamechaude est un sommet idéal pour cela : Idéalement orienté vers l’ouest, balade relativement courte sur sentier facile... Des couleurs plein les yeux, et là au moins, on est vraiment au calme ! Bien sûr, il faut bien s’habiller et ne pas oublier la frontale...

  • par Le 4 novembre 2015 à 09h03

    @ Dyn’s : En effet, le Devoluy est un massif qui me fait de l’oeil depuis quelques temps, et que j’ai pris l’habite de contempler depuis mes randos dans le sud Ecrins. Je vais regarder dans tes topos et tes sorties. Aurais-tu une idée d’une sortie conseillée pour découvrir le massif ?

    @ Pascal : Il est vrai que j’aime également parcourir les sommets de Chartreuse au coucher du soleil, mais certains passages dans la descente de chartreuse, notamment le passage câblé et le ressaut rocheux me semblent un poil dangereux par faible luminosité. Mais c’est une idée !

  • par Le 4 novembre 2015 à 11h50

    Par mon expérience, sur sentier et en terrain dégagé (hors forêt), sans éclairage on progresse sans aucune difficulté jusque vers 30mn-45mn après l’heure du coucher de soleil (selon le versant et la météo). Pour ce qui est de Chamechaude, en général je descend jusque vers le brèche Arnaud pour voir Belledonne s’embraser au couchant, puis je poursuis la descente juste après. Je ne me rappelle pas avoir eu besoin de la frontale pour la descente. Cependant, il faut toujours l’avoir avec soi au cas où...

  • par Le 4 novembre 2015 à 12h55

    Tu as bien raison, Pascal, il m’est déjà arriver de monter à la croix du Nivolet le dimanche soir pour le coucher du soleil et de se retrouver seul au promontoire !

    Je suis plus du matin avec les levers de soleil mais j’ai toujours une frontale sur moi pour le cas-où.

    Quant au Dévoluy, je te conseillerais le Pic de Bure par la combe Ratin, le Nid par le vallon du Mas, la boucle des vallons de Truchière et des Narrites, le vallon et le col des Aiguilles, le Pic Pierroux, etc...
    Regarde aussi les topos d’Alain sur la trilogie dévoluarde (Obiou, Grand Ferrand, Pic de Bure) et d’autres, les nombreux topos de Valverco sur la grande barrière ouest. Si tu veux de l’insolite et du vertige, regarde les topos de Michel.

  • par Le 4 novembre 2015 à 13h22
  • par Le 4 novembre 2015 à 13h38

    Merci pour les infos sur le Devoluy.
    Pour les sorties nocturnes, je me rappelle d’une sortie-sprint au Grand Som à chercher des prises à l’aveuglette dans la descente par le Racapé. Mais il est vrai que dans le calme et la solitude du soir, la montagne au crépuscule reste un véritable enchantement.

  • par Le 4 novembre 2015 à 14h05

    On trouve le même enchantement tôt le matin. La différence est qu’en cas de problème on passe la nuit dehors...

  • par Le 4 novembre 2015 à 14h13

    Même si les conditions peuvent être semblables, je ne ressens pas pour ma part les mêmes ambiances et impressions au lever et au coucher du soleil. Mais c’est aussi ce qui fait la beauté de la randonnée, chacun la vit à sa manière.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !