Mont Mézenc (1753m) par le versant nord – à raquettes Sortie du 19 mars 2016

Sortie réalisée le 19 mars 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Versant nord du Mézenc.

Conditions météo

Beau temps, brumeux sur les lointains. Chaud dans les vallons, et vent froid au sommet.

Récit de la sortie

Troisième sortie raquettes en trois jours.

Direction les confins de la Haute Loire et de l’Ardèche pour faire l’ascension du versant nord du Mézenc à la fois magnifique et pas trop long après les kilomètres hors traces de la veille dans les monts du Forez.

Après une approche en descente, facile, avec une neige portant bien j’arrive au départ de l’ascension.

Je me suis levé à 6h30 mais le temps de prendre le petit déjeuner, de faire le trajet, l’approche, il est déjà 10h00. C’est un versant est, touché très tôt par le Soleil et nous sommes la veille du printemps. Il fait donc chaud et la neige est très ramollie.

Je suis la trace d’un skieur accompagné par un chien ce qui m’évite de trop enfoncer, malgré les raquettes. Il y a la trace de montée et celle de descente.

Le skieur est parti trop à gauche... Il va sans doute effectuer une traversée plus haut.

Et non ! Il a fait demi-tour. Mais le chien a continué...étrange.

Je suis la trace du canidé, qui s’est bien enfoncé !

Je croise la trace d’un chevreuil, trace suivie par le chien. Ce n’était peut-être pas un chien !

Il me faut traverser vers la droite pour rejoindre la rive gauche du vallon. Je suis obligé de passer entre les blocs en sondant la neige avant chaque pas. Au voisinage des rochers il peut y avoir de beaux trous où il serait facile de se tordre une cheville.

Enfin du bon côté du vallon je remonte en suivant les traces d’un autre skieur... qui est descendu... par la pente la plus raide...

Le vallon supérieur est atteint. Cela enfonce toujours mais ce n’est pas de la neige ramollie par la chaleur. C’est encore de la fraîche que le Soleil n’a pas encore "travaillé" en raison de l’exposition nord.

Sous la crête, un raquettiste est descendu d’environ 25 mètres, pour remonter presque aussitôt. Je vais prendre sa trace, ce sera plus facile.

Je sors de la pente et débouche sur le plateau que je traverse jusqu’au sommet Est, puis au sommet Sud et enfin au sommet Nord où je trouve miraculeusement un petit endroit à l’abri du vent glacial.

Le temps est beau mais l’atmosphère n’est pas très limpide. On ne voit ni ne devine les Alpes. Cependant, le paysage est très beau avec cette neige très blanche car vieille de moins de 48h00.

Retour tranquille par la "voie normale" damée à en être dure comme du béton.

Magnifique circuit qui passe au pied de la face sud du Mézenc que je rêve de gravir un jour... qui n’arrivera peut-être jamais car il faut de la neige, beaucoup, bien stabilisée, un temps froid et avoir la chance d’être sur place lorsque toutes ces conditions sont réunies, ce qui est très rare et certainement pas à la mi-mars...

Dernière modification : 20 mars 2016