Aiguillette des Houches (2285m) Sortie du 27 avril 2016

Sortie réalisée le 27 avril 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Un magnifique belvédère face au Mont Blanc, beaucoup plus hivernal qu'anticipé...

Conditions météo

Beau, au-dessus de quelques cumulus restes de la perturbation de la veille, se désagrégeant au fur et à mesure de l’après-midi. Froid vent d’ouest en altitude. Saupoudrage des quelques jours précédents, assez conséquent au dessus de 1800m.

Récit de la sortie

On se fait toujours avoir en cette saison... De belles et longues journées douces, une végétation explosant de verdure en plaine... Malgré l’expérience, on en vient à oublier qu’en montagne, c’est toujours l’hiver... Certes, je m’attendais au saupoudrage qui avait blanchi la plupart des images de webcam consultées au matin. Mais on oublie qu’un "dernier saupoudrage" n’a rien avoir avec un "premier saupoudrage", ne serait-ce qu’à cause de la grosse vieille neige toujours bien présente sur certains versants...

La météo s’annonçait belle pour l’après-midi et la soirée... C’est parti pour un de mes classiques en terme de panorama, tranquillement vers 15h, avec quand même les raquettes sur le sac, on ne sait jamais...

La montée fut effectivement estivale, avec juste le saupoudrage décoratif par endroits sur le chemin... Un coucou aux nombreux bouquetins qui gambadent, chanceux de ne pas être au Bargy, et visiblement plus heureux que leurs congénères du parc animalier... Montée agréable jusqu’à déboucher sur la dernière grande combe avant la montée finale sous le refuge : Un passage exposé recouvert de neige, suivi d’une traversée dans de grandes pentes totalement enneigées... Peu engageant...

Plan B : Tentative "droit dans la pente", la neige étant suffisamment ferme pour de bonnes marches... Ça chauffe dans les cuisses, mais on progresse, en disant merci aux sapins d’offrir de bonnes prises sur quelques petits passages raides... Hélas, on finit par buter sur un ressaut de mixte rochers-broussailles rendu abominablement glissant par la neige fraîche, et non contournable... Ça passerait peut-être l’été, mais hors de question de se lancer là-dedans, avec de surcroît le risque de devoir redescendre si ça ne passait pas plus haut...

Redescente, toujours "droit dans la pente" dans une bonne neige, juste dérangé par quelques broussailles ou rochers en embuscade sous la neige, me faisant la blague de parfois m’enfoncer jusqu’à la taille...

Retour sur le sentier... Finalement la neige n’est pas si mauvaise que ça, et le passage exposé se laisse facilement franchir avec les précautions de rigueur...

Il n’est que 18h, encore 3 bonnes heures de soleil... Trop tôt pour signer un but, retour au plan A, tentons de continuer, en gardant le demi-tour comme option si cela devenait trop limite... Le dévers neigeux est un peu pénible à traverser, mais on progresse en sécurité car les pieds s’enfoncent juste comme il faut... Plus loin, la neige, travaillée par de vieilles coulées, est un peu trop dure... Bon, merci les chaussures rigides, on tape des pieds pour faire les marches et ça passe...

Finalement, il ne reste qu’à remonter vers le plateau de Carlaveyron par des pentes maintenant débonnaires... On chausse les raquettes, et retour au soleil sur cet immense plateau totalement immaculé, sans aucune traces autres que celles de quelques autochtones...

Direction l’Aiguillette du Brévent... C’est un peu pénible car malgré les raquettes, on s’enfonce parfois jusqu’au mollets dans une neige fraîche sans aucune consistance... Ça va mieux sitôt la crête rejointe, et le panorama sur le massif du Mont Blanc, sublimé par la lumière dorée du soleil descendant et décoré de quelques strates nuageuses, fait rapidement oublier la fatigue...

Pas le temps pour un casse-croûte, préférant consacrer ces instants à faire des photos, tout en se dirigeant vers l’Aiguillette des Houches, face à un soleil qui descend hélas trop vite...

20h15... On plonge dans les pentes en direction des chalets de Chailloux face au Mont Blanc prenant ses derniers éclats de rouge. Ce raide passage était la dernière inconnue du parcours, mais avec le soir, le regel a fait son travail et a durci la neige sur laquelle les crampons des raquettes accrochent juste comme il faut (plus tôt dans l’après-midi, ça ne passait peut-être pas)...

Descente tranquille dans le calme du soir. On enlève les raquettes et on sort la frontale pour le dernier morceau de sentier descendant vers Merlet, rendu traître par les racines de sapin que la neige a rendu vraiment glissants... Fin de la balade vers 22h.

Dernière modification : 28 avril 2016