Circuit Vesonne - Plan Montmin - La Balmette Sortie du 19 avril 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Quatre ans après, retour sur ce très beau circuit en profitant d'une belle journée de printemps au temps très clair.

Conditions météo

Grand beau.

Récit de la sortie

Après un lundi exécrable avec 5 degrés à Annecy, pluie et grésil, le temps de ce mardi se dégage complètement, et comme souvent après la pluie, la visibilité est exceptionnelle. Je décide de revenir à Plan Montmin pour ma première balade de la saison, j’espère cette fois profiter d’une belle vue sur les Bauges, pas brumeuse comme les dernières fois.

Départ sur la piste rocailleuse, dès le départ, la montagne est étincelante. Les températures remontent rapidement et la montée est agréable. Le mur de soutènement de la piste s’est effondré sur quelques mètres. Plus haut, vers le nant de la Grande Combe, des grosses pierres jonchent le chemin, il semble que les dernières pluies aient fait du dégât. D’ailleurs le torrent débite fort, et le passage à gué est délicat.

La faim se faisant sentir, l’oratoire du Sacré-Cœur, avec sa petite esplanade et son banc, m’accueillera pour une pause ensoleillée, au milieu des papillons aurore et des bombyles. Ce sera l’occasion de constater qu’il ne passe pas grand-monde par ici, en fait je n’y ai jamais rencontré personne.

Reprise de la montée, et découverte des falaises dominant Plan Montmin au détour du chemin, c’est la première émotion du jour.

À l’entrée de Plan Montmin, je passe devant un pré où des génisses toutes folles courent et sautent dans tous les sens : peut-être l’excitation de leur première sortie de la saison ?

Traversée de Plan Montmin dans la lumière radieuse de l’après-midi, visite rapide à l’oratoire des Sept Fontaines, et j’entame la traversée vers l’alpage du Mont. Cette fois, la vue est au rendez-vous... Flânerie dans l’alpage, puis passage vers l’alpage du Chênay : c’est la deuxième émotion du jour, la vue dans la descente entre les deux alpages est sublime, la lumière est belle et les ombres bien marquées. Le dôme herbeux près des chalets du Chênay offre aussi un intéressant belvédère.

La descente sur la Balmette est raide, soutenue et bien plus longue que dans mon souvenir. Dans ce versant habituellement sec, le sentier s’est parfois transformé en ruisseau. Je descends dans l’eau, ou alors dans un mélange de boue et de feuilles mortes assez glissant. Les falaises tout autour sont impressionnantes.

À la Balmette, je rejoins la piste cyclable, où il y a encore beaucoup de passage. La piste traverse une zone de marais où les oiseaux se déchaînent à la tombée du jour, chantant à qui mieux mieux, on se croirait dans une volière. J’arrive à Vesonne à la nuit, et j’emporte avec moi la vision sereine d’un clair de lune sur la dent de Cons.

Dernière modification : 5 mai 2016