Abonnez-vous à notre newsletter !

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Exécrable pour le provençal que je suis. Pluie, neige, froid, vent...le tout avec des chaussures mouillées dès le premier jour. Bref un sacré choc thermique !!!

Récit de la sortie

Après une belle première semaine de mise en forme avec les formateurs du CRET de Briançon (trails, courses d’orientations, sessions de terrains variés et randonnées dites de "test à l’effort"). Les différents stagiaires et moi même partons pour un trek de 4 jours autour du Pic du Béal Traversier.

Dès le départ, les formateurs nous annoncent que nous arpenterons le moins possible les sentiers battus, pour préférer les hors sentiers, les traversées à gué et les interminables passages de cols enneigés.

La météo de cette première semaine de juin 2016 étant exécrable, plusieurs stagiaires et moi même démarrons ce trek avec quelques appréhensions sur la suite des événements.

Départ de Plan de la Loubière où nous devons rapidement faire face à deux traversées à gué particulièrement délicates. Et rare sont ceux qui s’en sortiront sans avoir les pieds et les chaussures mouillés (pas idéal quand on sait les conditions météorologiques que nous allons affronter par la suite).

Nous bivouaquerons donc le premier soir entre le col de Néal et les chalets de Clapeyto. Tous les stagiaires et moi- même sommes pressés de monter nos tentes afin de nous abriter un peu de ce vent frigorifiant qui balaye le secteur.

Les premiers frissons font alors leur apparition chez la plupart des stagiaires. Peu après un des stagiaires attire l’attention du groupe et surtout des formateurs. En effet, ce stagiaire étant originaire de Nouvelle-Calédonie il ne lui fallu pas longtemps pour passer du stade de "sensation de froid" à l’état d’hypothermie sévère. Le lendemain il sera évacué par les secours avec une température corporelle inférieure à 35°c.

Nous démarrons ensuite notre deuxième jour de trek, non sans penser à notre collègue évacué. Là, les formateurs nous donnent les objectifs du jour à atteindre, et chaque stagiaire devra à tour de rôle conduire le groupe.

Nous passons donc les cols de la Rousse et de la Combe Laboye pour rejoindre notre secteur de bivouac à proximité de la cabane du Plan du Vallon. Là, nous en profiterons pour faire un petit feu camp (interdit mais des plus appréciés) qui réchauffera le cœur et le corps de tous les participants (formateurs inclus).

Au début du troisième jour, les formateurs nous annoncent que cette journée risque d’être longue et des plus éprouvantes. En effet, en deuxième partie de journée (au niveau des chalets de Furfande), nous apprendrons que pour risque important d’orages, il nous faudra boucler les jours 3 et 4 dans la même journée. Le but étant de revenir au départ dans les plus brefs délais. Mon point fort étant l’orientation, je me retrouverai alors en charge du groupe jusqu’à l’arrivée.

Enfin, nous arriverons assez tard mais surtout épuisés au parking de départ mais non sans une certaine fierté.

Bref, un trek inoubliable et des plus formateurs comme évoqué dans l’introduction.

Remarque

J’ai longtemps hésité à créer un topo dédié pour ce trek, mais vu le caractère engagé de ce trek (qui n’est pas à mettre sous les pieds de randonneurs lambda) je préfère rattacher ce trek à un topo du secteur.

Dernière modification : 4 juin 2016

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : befakali youtube channel

Randonnée réalisée le 30 mai 2016

Publiée le 4 juin 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (9).
  • par Le 4 juin 2016 à 17h50

    Bravo pour ce périple et bonne chance pour la suite.

  • par Le 4 juin 2016 à 18h20

    J’adore cette photo de la traversée du torrent ! J’espère que Galice ne sera pas trop jalouse de tes nouveaux compagnons :)
    On attend la suite avec impatience...

  • par Le 4 juin 2016 à 19h08

    Moi aussi j’aime bien cette traversée à gué. ça me rappelle celle de la Cerveyrette mais c’était l’été.

    Bon courage pour la suite de cette formation.

  • par Luc SouretLe 4 juin 2016 à 21h32

    Bravo pour ce trek et merci de nous le faire partager.

  • par Le 5 juin 2016 à 09h37

    Salut à tous et merci pour vos messages.

    @Michel : Galice n’est pas au courant que je suis en montagne sans elle. Elle ne me le pardonnerai pas...surtout vu la beauté des paysages traversés.

    Pour la suite à venir, la semaine prochaine sera consacrée essentiellement à de la course d’orientation...mon point fort. Le plus dur étant de faire une course avec un sac de 12kg et des chaussure à tige haute semi-rigide. La foulée est plutôt saccadée et l’amortissement des pas n’est pas des plus souples.

    Heureusement, les nuits à venir se passeront au chaud et au sec....ce qui est un véritable luxe comparé aux conditions endurés dans ce trek.

  • par Le 5 juin 2016 à 11h54

    Salut Fabien
    La course d’orientation : "Ton point fort" ? Oui, quand Galice flaire les pistes, domaine où elle excelle. Mais sans ? Tu arrives à te débrouiller seul ?

  • par Le 5 juin 2016 à 12h19

    Chapeau Fabien ! Effectivement les conditions ont du être dantesques ! De sacrés souvenirs j’imagine ! Bon courage pour la suite et profites !

  • par Le 5 juin 2016 à 12h29

    Salut Vince, Salut Alain,

    Encore merci pour les messages d’encouragement. Oui des conditions météo dantesques et des souvenirs plein la musette ;-)

    @Alain : Il semblerait que l’orientation soit mon point fort. En effet après 3 courses d’orientation lors des deux premières semaines, je suis le seul et unique stagiaire à avoir trouvé toutes les balises recherchées. De plus, je ne me suis jamais servi de la boussole, je n’en ai pas besoin, j’ai un excellent rapport carte/terrain.

    Mon point faible reste évidement ma condition physique. Mes poumons d’ancien fumeur (j’ai arrêté le tabac un peu avant le début de la formation) manque d’air par moments.
    Mais sur ce point je progresse de jour en jour....en espérant n’avoir plus que des points forts d’ici le probatoire.

  • par Le 5 juin 2016 à 12h35

    C’était du 2nd degré, Fabien, bien sûr.

  • par Le 5 juin 2016 à 14h55

    Je sais bien Alain, je l’ai bien pris je te rassures ;-), mais je préfère précisé pourquoi je prétendais que c’était mon point fort. Mon faible, par contre, devra absolument devenir un point fort, et là j’ai encore beaucoup de pains sur la planche....foutu passé tabagique !!!

  • par Le 5 juin 2016 à 15h21

    Ça doit être possible de surmonter ce problème de tabac. Moi j’ai été opéré du coeur en 2007pour une fibrillation atriale.
    Avant mon intervention je marchais très lentement comme un parkinsonien. Impossible de suivre ma femme dans la rue sur du plat. Un an après je remontais le Ventoux en vélo. Avec de la volonté on y arrive. Bon courage.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !