Sortie du 3 juillet 2016 par Alexandre Rocher Blanc (2919m) et Rocher de la Davie (3157m) par le Saut et la Grande Combe

Itinéraire en sens inverse pour cette randonnée qui débute par l'ascension du Rocher de la Davie. Sur le retour, passage via le petit col du Rocher Blanc (sans gravir l'éperon) et longue pause rafraîchissante au ruisseau de la Grande Combe.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Journée plein soleil, température de 6,5°C au sommet à 10h00. Un seul grand névé sur le parcours, entre 3000m et 3050m.

Récit de la sortie

En partant du Saut, des résidus nuageux accrochent encore la vallée mais ils vont être rapidement dissipés par les hautes pressions. C’est une superbe journée qui s’annonce en montagne, tout au plus quelques anecdotiques cumulus l’après-midi.

J’opte cette fois pour une ascension du Rocher de la Davie en début de randonnée. Il est assez tôt, une bonne partie de la montée se fera à l’ombre et je pourrai me rafraîchir au ruisseau de la Grande Combe après passage au Rocher Blanc.

Je prends donc le sentier balcon qui s’élève tranquillement en amont des chalets du Chargeur. Je le quitte immédiatement après le franchissement du premier bras du ruisseau de la Grande Combe (altitude 2435m) pour continuer plein nord sur une sente peu marquée.

Cette sente franchit une petite barre rocheuse (aucune difficulté) au niveau d’un rocher proéminent et aboutit sur un replat (2520m).

Toujours au nord, je traverse un pierrier pour accéder à un second replat situé à l’altitude 2600m.

Alors que je pose le pied sur l’un des derniers blocs de ce pierrier, il y a mésentente entre celui-ci et ma chaussure, m’envoyant ainsi valser. Je ne l’ai pas vue venir celle-là ! Pas la première gamelle, ni la dernière, mais le tibia a tout de même bien ramassé.

Je continue un peu sur le replat pour m’engager dans le couloir est-sud-est, face au Rocher Blanc. C’est le passage le plus simple, évitant une série de barres rocheuses.

En prenant à nouveau plein nord à la sortie du couloir, je récupère la bonne trace qui mène, par une raide montée, au cairn du replat 2880m.

Pour gravir la longue pente sommitale, je longe la crête de l’abrupt flanc sud, fin jolie avec ses vues plongeantes. Entre 3000m et 3050m, un grand névé est traversé sans aucun souci, la pente est assez modérée.

Le cairn sommital est visible de loin avec plus de 2 mètres de hauteur, certainement l’un des plus imposants sur ce secteur de la Haute Tarentaise.

À l’est, quelle belle ambiance haute montagne entre les Rochers de Pierre Pointe et l’Aiguille de la Grande Sassière !

J’en profite pour observer les conditions sur l’arête de la Grande Sassière, il y a bien plus de neige que l’année dernière à la même date.

J’aperçois une cordée sur le glacier de la Sassière, les alpinistes ont quitté l’arête vers l’altitude 3300m et la rejoignent vers l’altitude 3500m, au pied de la pente finale.

De retour au pied de la pente sommitale, la douleur au tibia se réveille et j’ai hâte d’aller tremper tout ça dans le ruisseau de la Grande Combe. Petite hésitation concernant l’itinéraire : passer par le col du Rocher Blanc ou contourner ce dernier sur de vastes éboulis ou pierriers.

J’arrête les pierriers pour aujourd’hui et choisis la rude montée vers le col. Un étroit et long névé me barre la route et m’oblige à mettre les crampons pour une traversée de 6 mètres. Pas grave, j’ai tout mon temps et au vu de la pente avec cette neige dure, c’ést le plus raisonnable.

Arrivé au col, je renonce à monter sur l’éperon du Rocher Blanc. D’autant plus que la descente vers la Grande Combe n’est pas de tout repos. La moitié de celle-ci s’effectue les mains au sol sur un terrain herbeux qui, heureusement, accroche bien.

C’est avec une joie non dissimulée que j’arrive dans la Grande Combe. Après trempette jusqu’aux genoux (ça fait du bien !), j’y stationne un long moment.

Encore un chouette endroit qui peut à lui seul, être le but d’une randonnée facile.

Et pour celles et ceux qui souhaiteraient découvrir cet endroit après l’ascension du Rocher de la Davie (en évitant le Rocher Blanc, peu commode), le plus simple est de revenir à la bifurcation du ruisseau de la Grande Combe (altitude 2435m). Ne reste plus qu’à longer au nord-est la rive gauche du ruisseau (hors sentier facile), jusqu’au replat de la Grande Combe (2600m).

Dernière modification : 12 juillet 2016

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 3 juillet 2016

Publiée le 12 juillet 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 17 août 2016 à 03h36

    Bonjour Alexandre. Merci pour ces photos, qui sont superbes, comme dans la plupart de vos sorties que j’ai pu regarder dans les Alpes Grées ou la Vanoise. Vous êtes un fantastique ambassadeur de ces 2 massifs !

  • par Le 17 août 2016 à 21h12

    Bonjour et merci ViveLaMontgane, fin gentil votre commentaire !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !