Bec Rouge (2515m) par le Miroir et la Falconnière Sortie du 4 juillet 2016

Sortie réalisée le 4 juillet 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Version estivale de cette randonnée, avec une petite variante de départ (du Miroir à la Falconnière via le pont de St-Claude) et un début de descente face au soleil couchant.

Conditions météo

Plein soleil, température de 11,5°C au sommet à 20h00.

Récit de la sortie

Le Miroir, 04 juillet 2016, 16h30, 26,5°C à l’ombre.

Temps splendide et la journée est loin d’être terminée. Me vient l’idée puis le désir d’aller marcher dans la luminosité du soleil couchant. Le choix se porte alors sur le Bec Rouge, ses pentes sommitales s’y prêtent bien.

Pas un souffle d’air en déambulant dans les étroites ruelles du Miroir, la montée s’annonce assez chaude. La bonne nouvelle, c’est que la première partie de la randonnée est ombragée puisqu’elle se déroule dans la forêt du Miroir.

En revanche, c’est encore plus sombre lors de la descente au crépuscule, la frontale sera nécessaire après la Falconnière.

Pour ne pas arriver trop tôt au sommet, je décide de prolonger un peu le parcours en empruntant un autre sentier pour rejoindre la Falconnière.

Du panneau situé à la sortie du hameau (Le Miroir amont, 1265m), je prends à l’est le chemin en direction du Crôt. Il se dirige vers le Pont de St-Claude qui permet de franchir le torrent de St-Claude.

Juste avant le pont, un sentier part sur la gauche. Il monte assez fort sur une première partie puis c’est une longue traversée en faux-plat jusqu’à la Falconnière.

Finalement, cette variante s’avère plus agréable et confortable que le sentier habituel, plus direct.

Rien à signaler pendant l’ascension, quelques petites plaques de neige sur le sentier au-delà de l’altitude 2250m et un névé facilement évitable sous le sommet.

J’atteins le Bec Rouge à 19h45 et le quitte à 20h30 pour une très lente descente face au soleil couchant. Le soleil disparaît derrière le Beaufortain, sur la droite de la Pointe de la Terrasse, alors que je suis encore loin de Plan Bachal.

Ciel trop clair pour un coucher de soleil exceptionnel, la luminosité n’en n’était pas moins fabuleuse. De quoi passer une bonne nuit.

Petit hors sujet : je ne le savais pas encore, mais quelques jours après (le 11 juillet précisément), la Patrouille de France effectuait un passage éclair et surprise aux confins de la Haute Tarentaise avec son panache de fumée tricolore. La Patrouille était en meeting aérien à Grenoble Le Versoud la veille.

Merci à la BA 701.

Dernière modification : 19 juillet 2017