Abonnez-vous à notre newsletter !

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Beau temps chaud.

Récit de la sortie

Pour une 1ere en haute montagne en famille, je décide d’aller faire l’aiguille du Goléon et le glacier lombard, débonnaire et sans risques.

Départ du parking après le hameau de Valfroide en début d’après-midi pour rejoindre le refuge du Goléon.

Fin de journée autour du très beau lac

Lendemain, réveil 3h00 pour un départ à 3h30. Longue traversée du replat d’Amont qui permet de se chauffer avant les pentes.

Mise en place des crampons vers 2700m pour rejoindre le pied du glacier au lever du soleil.

J’avais pris une corde pour le glacier qui m’a été inutile, ce dernier n’a aucunes crevasses, mais pour plus de sécurité on reste rive gauche du glacier qui ne comporte pas de rupture de pente et on fait un arc de cercle pour arriver à la crête vers 3300m.

Mon épouse s’arrêtera là, trop peur d’avoir le vertige dans les blocs de rochers à escalader pour accéder au sommet.

Arrivée au sommet avec un panorama superbe sur les massifs environnant.

Retour par le même chemin avant une pause repas au refuge bien méritée

Dernière modification : 6 juillet 2016

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

"On ne grimpe qu'une fois la montagne de sa vie. Il faut vivre ses rêves, ne pas se laisser emprisonner. L'homme ne doit jamais se sentir plus grand que la vie. En gardant les pieds sur terre, on peut toucher les étoiles" ..........Mike Horn

Randonnée réalisée le 4 juillet 2016

Publiée le 6 juillet 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 6 juillet 2016 à 11h01

    Bravo à la petite. Savais-tu que c’était le 1er 3000 de René Desmaison ? Sur le plan de l’alpinisme, elle donc en avance sur lui...
    Trêve de plaisanterie...
    Le glacier n’a pas de crevasses, aucune, mais depuis quelques années, il a une rimaye. Photo 13, la trace passe en plein dessus. Je veux bien croire que, au vu de l’enneigement, le risque était très faible. Mais sait-on jamais ?

  • par Le 6 juillet 2016 à 11h29

    Tu as raison Alain, le risque zéro n’existe pas sur un glacier, fut-il débonnaire, mais je serais mal placé pour donner des leçons concernant ce glacier :)
    Encore bravo, c’est chouette d’emmener des jeunes goûter aux plaisirs de la montagne... et à l’effort, car le final rocheux, qui est un peu plus scabreux, pimente l’ascension :)
    Mon fils a fait de la varappe pendant quelques années, et je ne te dis pas ma fierté !
    Et donc, j’imagine aussi la tienne !

  • par Le 6 juillet 2016 à 11h48

    J’ai fait ce sommet solo, c’était mon 1er 3000 (comme René). Ayant peur des crevasses, je suis passé par la face sud. C’était une année de sécheresse. Plus un grain de neige sur le glacier. Je l’ai donc descendu. Une seule crevasse de 10 cm de large. Fallait être vraiment mince pour passer dedans ! Mais avec la diminution d’épaisseur, une rimaye est apparu. Ma dernière ascension date de 2012, encore par la face sud. A la descente j’ai vu une crevasse là où il n’y en avait pas autrefois. J’ai fait un grand pas pour l’enjamber et le pont à céder. Cette rimaye était très large. Un saut périlleux avant, dont je ne me serais pas cru capable à 60 balais, et plus réflexe que volontaire m’a permis de me tirer de ce piège. D’où ma méfiance renforcée sur les glaciers.
    https://www.altituderando.com/Aiguille-du-Goleon-3427m-face-sud

  • par Le 6 juillet 2016 à 17h35

    De mon expérience en 2012, le seul itinéraire garanti (?) sans crevasses est celui abordant la crête le plus au nord, sous les Aiguilles de la Saussaz (collet visible photo 15), ce qui implique de parcourir l’arête rocheuse dans toute sa longueur, plutôt que de se laisser aller à la facilité de couper par le glacier (photo 13). Là, il y a bien une rimaye, plus ou moins recouverte, mais elle est là...

  • par Le 6 juillet 2016 à 17h45

    Bravo Titi.
    Comme le dit Alain il faut se méfier. J’y suis monté avec mon frère qui a une expérience en alpi et qui a absolument voulu que l’on s’encorde. Fait en une journée car le fréro n’aime pas les refuges.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !