Pointe Pers (3327m) - Aiguille Pers (3386m) Sortie du 20 juillet 2016

Sortie réalisée le 20 juillet 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Petite virée de fin de journée à l'Aiguille Pers, avant l'arrivée des nuages.

Conditions météo

Plein soleil lors de la montée, le coucher du soleil tourne court avec les premiers nuages de la dégradation annoncée. Température de 10°C au sommet à 19h00, vent assez fort.

Récit de la sortie

Pas un nuage en vue au départ du Col de l’Iseran. Une dégradation n’est annoncée que dans la nuit à venir, tout semble OK pour un coucher du soleil à l’Aiguille Pers.

En amont du lac de Céma, le sentier est en faux-plat jusqu’au torrent de Pers puis la montée commence réellement dans les éboulis des Rochers de Pers. Dans ces éboulis, des rochers et cailloux tranchent par leur couleur verte, il doit y avoir une bande de prasinite là-haut dans les parois rocheuses (on en trouve également au sommet de la Pointe de Méan Martin).

La sente parcours ensuite la crête d’une moraine, celle-ci marque une ancienne extension du glacier du Grand Pisaillas qui a fortement reculé ces dernières décennies. La moraine recouvre une large bande de cargneules passant par le Col Pers et que l’on retrouve jusque dans le vallon de la Jave.

Alors que la vue se dégage au-dessus du Col Pers, j’aperçois la masse nuageuse venant de l’ouest. Elle semble lointaine et pourrait même ajouter un peu de couleur dans le ciel le moment venu.

Sans transition, je passe des cargneules aux schistes lustrés pour rejoindre la Pointe Pers. Sur la crête, ces schistes à la structure feuilletée sont très inclinés et le simple poids du passage sur la tranche suffit parfois à les casser.

Passage à la Pointe Pers, le ciel est parfaitement bleu à l’est. Côté ouest, la masse nuageuse se rapproche à grande vitesse. Crête quasi plane entre la pointe et la base de l’aiguille, il ne faut pas hésiter à descendre un peu en contrebas pour éviter les corniches.

J’atteins l’Aiguille Pers sous le soleil mais la masse nuageuse, compacte et assez sombre, s’avance inexorablement faisant disparaître le soleil beaucoup plus tôt que prévu.

Un fort vent balaye le sommet, je vais m’abriter dans les rochers de la paroi qui surplombe le glacier et le lac du Montet pour profiter des cimes encore lumineuses de Haute Maurienne, la Grivola, Gran Paradiso et même le Grand Combin.

Puis j’enclenche la très lente descente. Au final, pas de coucher du soleil comme attendu mais de beaux jeux de lumière et quelques rayons qui arrivent à percer avant le crépuscule pour colorer un peu les nuages.

Dernière modification : 26 juillet 2016