Pointe de la Sana (3436m) par le glacier des Barmes de l’Ours Sortie du 16 juillet 2016

Sortie réalisée le 16 juillet 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Belle rando sans un nuage à l'horizon. Variante de descente via la cascade du Pisset pour découvrir le lac coté 2697m et ainsi boucler le tour du Mont Roup.

Conditions météo

Plein soleil, température de 7°C au sommet à 12h30, vent faible. Neige et crampons, de l’altitude 2780m jusqu’au sommet.

Récit de la sortie

  • Distance : 20,8km
  • D+ : 1612m

Départ du Manchet un peu tardif pour cette ascension, mais il y a eu de bons regels nocturnes en altitude les jours précédents. Par contre, les températures vont vite grimper avec le retour du beau temps et d’une masse d’air plus chaude, je ne dois pas trop traîner à la montée.

Le ciel est d’un bleu éclatant, quelle belle luminosité en ce début de matinée ! Comme prévu, je quitte le sentier juste après la passerelle sur le ruisseau du Charvet (point coté 2562m).

Au sud-ouest, je remonte de raides pentes herbeuses et enchaîne sur le flanc d’une moraine pour atteindre sa crête vers l’altitude 2780m.

Sur ma gauche j’aperçois le lac coté 2697m, d’un calme absolu et dans lequel se reflète la Pointe de Méan Martin... Priorité au sommet, le passage au bord de ce lac aura lieu lors de la descente.

Crampons aux pieds, je m’engage sur le glacier des Barmes de l’Ours. Neige ferme, pente modérée, aucune crevasse, la traversée est un régal.

Bien avant le Col des Barmes de l’Ours, le massif du Mont-Blanc est déjà visible et un lac englacé situé sur la bordure avale du glacier attire mon attention. Bien que largement dépassé, le site semble intéressant, je ferai un écart lors de la descente pour aller l’explorer.

Montée plus soutenue pour atteindre le col, l’état du glacier est toujours impeccable. Le col franchi, je trouve une neige un peu ramollie en surface, rien de fastidieux cependant pour l’ascension de la rampe finale.

À mi-chemin sur la rampe, je croise 2 personnes qui descendent et me disent que je serai seul au sommet. Extra, ça me va bien.

Sur les 100 derniers mètres de dénivelé, ça commence à brasser, il était temps d’arriver au sommet. Enfin, la Pointe de la Sana avec un ciel parfaitement dégagé ! Et des cimes à foison, entre le Mont Blanc, le Grand Paradis et le massif des Écrins.

Après ces conditions optimales au sommet, il y a tout le temps pour la descente. Je commence par rejoindre l’arête où je décramponne pour la longer un peu et profiter des vues plongeantes sur le glacier.

Puis il faut remettre les crampons pour terminer la descente de la rampe. Je me dirige ensuite vers les petites auréoles turquoise situées au pied de la rampe, il s’agit du lac issu de la fonte de l’ancien glacier de la Sana qui commence tout juste son dégel.

Lors de la traversée descendante du glacier des Barmes de l’Ours, je vire un peu à droite pour atteindre le lac aperçu à la montée. Il se situe à l’altitude 2925m et c’est peut-être le seul endroit où l’on peut observer une coupe de ce glacier.

Rien d’impressionnant cependant, un mur de glace de 3 mètres environ au-dessus du lac mais il semble qu’il y ait encore une bonne épaisseur plus en profondeur.

Cette glace est recouverte d’éboulis issus des parois rocheuses de la Pointe de la Sana, puis d’un immense névé qui disparaît en grande partie pendant l’été. J’avais donc sous-estimé la masse de glace lors d’un précédant passage le 04 août 2012, et c’est tant mieux ! Fin content de la visite de ce lac, cela permet de mieux comprendre la physionomie et la dynamique de ce glacier.

Je quitte le glacier là où j’ai pris pied à l’aller, puis je descends plein est en direction du lac coté 2697m, au plus court et au plus raide sur la moraine. Avec le vent qui s’est levé à la mi-journée, le lac a perdu sa quiétude matinale mais cette escapade en valait la peine.

Après franchissement du déversoir du lac, je continue au nord-est pour rattraper le sentier du tour du Mont Roup, juste au bord d’un autre lac (2670m).

Le sentier évolue sur un plateau vallonné jusqu’à une bifurcation où je prends à gauche et laisse le sentier qui monte vers le Col de la Rocheure.

La descente reprend via le Saut du Pisset (cascade) puis je fais une dernière pause près des vaches qui envahissent le sentier sur l’alpage du chalet du Riondet.

Dernière modification : 22 juillet 2016