Gouille des Fours Sortie du 17 juillet 2016

Sortie réalisée le 17 juillet 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Pelouse accueillante et splendide balcon sur le Mont Blanc.

Conditions météo

Grand ciel bleu, brise rafraîchissante

Récit de la sortie

Cette belle montée à la Gouille des Fours n’est tout de même pas anodine. Orienté plein sud, le sentier reçoit très tôt le soleil, et la crème solaire s’impose dès notre départ pourtant relativement matinal de Mayère.

Dès le départ, la vue sur le massif du Mont Blanc est d’une grande beauté. En balcon sur le massif des Aravis, nous sommes au premières logs pour observer ce sommet mythique, dont nous voyons d’ailleurs la trace de montée vers le sommet depuis le Refuge du Goûter.

Après un début relativement débonnaire, le sentier se fait plus escarpé, et traverse deux pierriers impressionnants, où le faux pas est interdit (le sentier est alors en dévers, et nécessite d’être parfaitement sec pour être emprunté en relative sécurité). A noter que contrairement au topo, nous n’avons pas vu d’équipements lors de notre passage, exception faite d’une petite échelle en metal permettant de contourner un passage rocheux (aucune difficulté).

Nous débouchons finalement, après le franchissement d’un dernier torrent, dans la magnifique Combe des Fours, dont l’ambiance rocheuse et la végétation rase rappellent plutôt des altitudes de 2300/2400m (alors que nous ne sommes qu’à 2000m). Malgré un sentier bien marqué, le lieu conserve un caractère sauvage, et nous prenons plaisir à déambuler, sous l’autorité de la Tête des Chombas et du Mont Charvet, jusqu’au splendide plateau qui abrite la Gouille des Fours. Ce petit lac, dans lequel se reflète les sommets alentours, est encore alimenté par un névé imposant.

Après quelques circonvolutions, que faisons une pause non loin de la gouille, face au Mont Blanc. Il est midi, et il semble que les candidats au sommet soient déjà redescendus, puisque nous ne voyons personne dans la trace. Nous observons ce que nous pensons être un gypaète, et profitons avec bonheur de la quiétude des lieux, et d’une vue qui s’étend du Haut-Giffre jusqu’au Beaufortain. Descente par le même itinéraire.

Dernière modification : 18 juillet 2016