La Dent Parrachée (3697m) Sortie du 1er août 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Un des sommets emblématiques du Parc National de la Vanoise, objectif principal de ma semaine en Savoie, atteint dans des conditions stressantes et difficiles.

Conditions météo

Brouillard dense après de grosses pluies dans la nuit, vires fraîchement enneigées et escalade glissante entre le col de la Dent Parrachée et la Pointe de la Fournache.

Ciel qui se dégage en fin de course.

Récit de la sortie

La Dent Parrachée, j’en ai fait mon objectif principal cette année, pour ma deuxième incursion en Savoie.

Les fortes pluies du dimanche 31 juillet ont rendu le cheminement entre le col de la Dent Parrachée et la Pointe de la Fournache extrêmement glissant et délicat.

Le départ du parking du Plan d’Amont (6h00 du matin) se fait dans un brouillard dense et dans une ambiance inquiétante.

Néanmoins, la montée est effectuée sur un bon rythme et le magnifique refuge de la Dent Parrachée, tout en bois, nous donne l’occasion de nous octroyer une première pause.

La suite se poursuit sereinement dans le vallon de la Fournache sur une sente bien cairnée, mais les contreforts impressionnants de la célèbre antécime de l’objectif, ne se laisse admirer que par intermittence, les nuages étant toujours bien présents dans le secteur.

9h00, nous voilà aux pieds du couloir menant au col de la Dent Parrachée, et deux gros névés, placés de part et d’autre du gendarme central pourraient nous faciliter un peu l’ascension vers le col.

L’ascension débute par une sente pierreuse et humide, finalement, assez adhérente.

Perception des crampons et du piolet afin de prendre pied sur le long névé de gauche.

La pente raide (40° degrés par endroit) est couverte d’une neige bien dure et l’impressionnante montée se pratique doucement mais sûrement.

Sortis du névé, environ 150 mètres plus haut, nous récupérons la sente pierreuse sur environ 100 mètres de dénivelé supplémentaires qui nous mènent péniblement jusqu’au col (10h00) .

Une bonne pause nous permet de nous ravitailler et de nous "retaper" avant l’ascension de la pointe de la Fournache.

La vue est toujours partiellement bouchée, mais la Pointe de la Gorma est visible à gauche.

À droite, la sente dirigée vers la montée de la Fournache se perd encore dans un brouillard extrêmement dense et dans les impressionnantes barres rocheuses que l’on distingue péniblement.

Mon sentiment : il faut être courageux, à ce moment là, pour s’engager là-dedans, un vrai film d’horreur !!!

Mais, deux de mes 3 compagnons de course, ont déjà fait ce parcours, et cette état de fait rassure légèrement.

Lestés de nos bâtons, piolets et crampons et à l’entame de la partie rocheuse, nous constatons la présence de neige fraîche, et celle-ci complique considérablement notre progression.

Les vires sont glissantes et chaque prise d’appuis est étudiée et testée minutieusement afin d’éviter la chute, qui serait par endroit ... fatale.

Nous atteignons l’arête et judicieusement, le côté droit de celle-ci, plus sec, est choisi.

La suite, du cheminement toujours prudent, nous emmène au sommet de la Pointe de la Fournache (11h45).

Le sommet de la Dent Parrachée, et sa ligne de crête finale se dévoile grâce, maintenant, à d’importantes "trouées" dans les nuages.

La ligne de crête est bien enneigée, et les crampons sont de nouveau de rigueur.

Le sommet est atteint, il est 12h40 environ, et la mer de nuage encore bien installée sur ce coin de Savoie, ne nous permet pas de profiter du panorama grandiose promis !

Mais le sentiment du devoir accompli domine naturellement et une joie mesurée nous envahit, car la descente reste inquiétante, et le but de cette course est bien de rentrer en un seul morceau !!!

La grande pause que l’on s’est offerte au sommet, restauration comprise, ainsi que la percée progressive du soleil a permis de bien faire fondre la neige, lors de notre descente de la Fournache.

Le cheminement plus clair, le brouillard ayant enfin disparu, contribue également à alléger légèrement notre concentration lors de cette descente vers le col de la Dent Parrachée.

La suite ? que du bonheur ! le soleil a enfin pris le dessus et le ciel dégagé nous permet d’admirer le vallon de la Fournache et ses contreforts, ainsi que les impressionnants sommets voisins comme le Rateau d’Aussois et la Pointe de l’Échelle.

Dernière modification : 6 août 2016