Abonnez-vous à notre newsletter !

Sortie du 12 août 2016 par Alexandre Ouille des Reys (3081m) - Traversée du col des Reys - Lac du Pys et Plan des Eaux sur le sentier balcon de Haute-Maurienne

Conditions sèches lors de l'ascension de ce sommet situé au cœur de la Haute Maurienne, un superbe belvédère pour observer les cimes environnantes. Un peu de recherche d'itinéraire de part et d'autre du Col des Reys et un parcours d'arête agrémentent cette randonnée.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Sac de couchage 2 saisons Ferrino, (...) PROMO

    75 € 60 €

  • Veste de protection - Homme - (...)

    220 €

  • Chaussures de Randonnée - Homme - (...) PROMO

    200 € 190 €

  • Sac à dos de ski de randonnée - Mixte (...)

    270 €

Conditions météo

Légers voiles d’altitude en début de matinée, rapidement dissipés par le retour des hautes pressions. Plein soleil avec quelques cumulus de beau temps par la suite. Température de 8,5°C au sommet à 10h45, vent modéré.

Récit de la sortie

De la Pointe des Arses gravie 10 jours auparavant (02 août 2016), j’avais pu observer les conditions sur l’arête de l’Ouille des Reys : impeccables, pas une trace de neige.

Maintes fois reportée, je me décide enfin à réaliser cette randonnée. Un parcours d’arête, c’est toujours plaisant et le dénivelé modéré me permet d’envisager sereinement la longue randonnée prévue le lendemain.

Petite halte au lac du Plan des Eaux, suffisamment lisse pour figer quelques reflets des sommets et glaciers de Haute Maurienne. Du lac, je pars droit dans la pente pour récupérer la sente qui accède au vallon suspendu.

Encore 2 lacs à l’entrée de ce vallon, autour desquels paissent tranquillement des moutons nullement perturbés par mon passage.

Une trace assez discrète et quelques cairns permettent de traverser le vallon et contourner des barres rocheuses par la droite. Ensuite, c’est un couloir bien marqué et évident qui mène jusqu’au Col des Reys.

Voilà l’arête qui se déroule sous mes yeux. Avec le topo bien en tête, j’identifie de visu les principales difficultés dont le fameux ressaut du "rocher gris".

Hâte d’en découdre avec cette arête, je m’engage sur la trace qui permet de négocier au mieux ce début d’arête. Jusqu’au passage de la brèche car après, c’est de la navigation à vue.

Arrive le ressaut du "rocher gris", assez impressionnant et vertigineux. À aborder sur la droite par une petite escalade très aérienne. Rocher en schiste assez pourri, une vérification des prises et appuis s’impose.

Vient ensuite le ressaut du "rocher ocre", petit mais pas si simple. Rocher de forme convexe et sans prises, avec une aire de réception pas bien large ! Tentative de contournement par la droite (versant sud) : trop scabreux.

Finalement je passe dessus, en me laissant glisser sur le postérieur et en me concentrant pour une bonne réception au sol. Ça passe ainsi, c’est l’essentiel.

L’arête se termine par un surprenant plateau sommital que l’on ne soupçonne pas d’en bas. Finalement assez large, il descend en pente douce vers la très raide arête est-nord-est.

Bien qu’entouré de sommets beaucoup plus hauts, la vue reste bien dégagée sur cette partie de la Haute Maurienne. Sympa aussi, d’apercevoir le Gran Paradiso qui surgit au-dessus du Col du Carro.

Descente de l’arête sans encombre, le "rocher ocre" est effectivement plus facile au retour. Du Col des Reys, je bascule sur le versant nord à travers des moraines chaotiques composées de blocs très volumineux.

Sur ces moraines, je ne décèle aucune trace, aucun cairn. Je sais juste que je dois mettre le cap au nord pour contourner une première barre rocheuse.

Avant d’entamer la suite de la descente sur les gradins herbeux, je fais un petit détour vers une cascade du ruisseau des Pareis Longues. Ça me rappelle la chouette virée au lac du Montet l’été dernier, j’étais déjà passé par ici.

Bien suivre la sente pour naviguer sur ces gradins, car on peut facilement se trouver dans une impasse face à un ressaut infranchissable.

Le cheminement se fait de la gauche vers la droite, jamais l’inverse. Par ailleurs, repérer au plus tôt l’extrémité de la moraine qui s’avance sur l’herbe, là où passe la sente pour atteindre le magnifique lac du Pys.

De retour sur le GRP, la randonnée n’est pas encore terminée. Avec une bonne partie en faux-plat, la véritable descente ne commence qu’après les Rochers des Lisières. C’est long, très long, mais que c’est beau !

Dernière modification : 23 août 2016

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 12 août 2016

Publiée le 23 août 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 13 septembre 2016 à 22h35

    Magnifique ! Jolies photos

  • par Le 14 septembre 2016 à 00h35

    Merci Xavier !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !