Abonnez-vous à notre newsletter !

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Sac de couchage 4 saisons - Kompakt (...)

    220 €

  • Veste chaude en laine - Fjallraven (...)

    500 €

  • Chaussure de Grande Randonnée Femme (...) PROMO

    260 € 245 €

  • Sac à dos de Randonnée - Abisko Hike (...)

    165 €

Conditions météo

Brouillard le matin puis soleil et nuages à la mi-journée.

Récit de la sortie

Présentation

La Dent Parrachée est la montagne emblématique de la Haute Maurienne, elle se mérite et permet de découvrir presque tous les aspects de la haute montagne (pas de glacier à traverser, dommage) le tout dans une très belle ambiance : lacs, refuges, torrents, alpages, éboulis, blocs, moraines, couloirs raides, rochers, arêtes aériennes, petite escalade, neige et glace (ce jour) et névés.

Mes compagnons de ce "voyage" en altitude sont les marseillais Cyril et Pat (première course ensemble) et mon fiston Raphaël 15 ans.

Cette course je l’ai déjà réalisée l’an dernier avec mon fils, enfin presque, je ne pars pas dans l’inconnu...

L’Approche

Départ 6h00 du plan d’Amont dans un brouillard très dense et avec une fraîcheur déjà automnale.

La pente est déjà bien soutenue dès le pied de l’itinéraire, puis elle se radoucit jusqu’au refuge de la Dent Parrachée que nous atteignons assez rapidement en 1h00.

Petite pause technique toujours dans le brouillard, et c’est reparti pour la deuxième partie de la course où le rythme devient plus raisonnable, l’approche du passage des blocs, éboulis, moraines et le grand couloir freine nos ardeurs de sportifs (pas pour Cyril et Raphaël impatients d’en découdre avec ce fameux couloir).

Le Grand couloir

Après le passage usant des blocs et de la moraine avalés, le couloir et ses pentes à plus de 40° se dressent devant nous. La seule bonne nouvelle c’est qu’il est encore aux trois quart en neige et que la montée sera moins dure, ce qui n’était pas le cas l’été dernier (plus de névés).

Nous cramponnons dès le bas du couloir. Une petite langue de névé nous facilite l’accès au couloir, la grimpe se fait pour ma part tranquillement, le sommet est encore loin, mes 3 compagnons et surtout Cyril montent à un train d’enfer (quelle santé celui-là), j’arrive au col avec 1/2 heure dans la cafetière. Ce n’est pas grave, je serai plus a l’aise sur les parties techniques et rocheuses...

Pause technique et photos, le brouillard est plus bas maintenant.

L’arête de la Fournache

C’est parti pour la quatrième partie de l’ascension, l’arête de la Fournache, toute en neige et glace ce jour-là, rendant son ascension plus alpine.

Je me sens davantage dans mon élément sur cette arête et parviens à suivre facilement mes coéquipiers.

La montée de cette arête se fait à un petit rythme, la glace freine notre progression et chaque pas doit être mesuré, l’erreur n’est pas permise.

Cyril est un peut moins fringant sur cette partie (hé ! hé !) , je peux enfin le photographier de près. Il a quand même le pied sûr, je suis pas inquiet. Raphaël m’épate, quels progrès en 1 an ! Pat, le plus expérimenté du groupe, toujours dans son allure tranquille, mais sûr, un personnage celui-là !

Et la pointe de la Fournache apparait avec la Dent Parrachée en point de mire, le premier sommet du jour atteint, petite pause technique.

L’arête Finale

Petite redescente et traversée du gros névé du collet du couloir sud où passe la voie de la Loza et l’arête finale toute en neige et glace avec des passages très exposés. La concentration est maximale, l’approche du sommet nous rend euphoriques et c’est une délivrance d’atteindre le sommet pour la première fois, car l’an dernier nous sommes restés scotchés à la Fournache (pas de crampons). Nous avons mis un an pour la digérer celle-là (nous lui avons donné un surnom "la dent pas achevée").

C’est une vielle histoire maintenant elle est dans la boite, et c’est sûr je reviendrais sur ce très beau sommet.

La vue au sommet et un peu gâchée par les nuages (pas très belle saison).
Peu importe la joie d’y être est suffisante à notre bonheur.

Maintenant c’est l’heure de redescendre sur terre et de rejoindre la civilisation (jusqu’à la prochaine aventure) par le même itinéraire à une exception près, après le grand couloir, nous coupons direct par le vallon de la Fournache.

Vidéo

  • Panorama de la Pointe de la Fournache
Dernière modification : 23 juillet 2017

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : Altitude Sans Frontière

Jeune passionné de 18 ans, à 1000% de sports montagne & nature ! J'ai découvert la montagne à 14 ans, avec mon père. "La Montagne ça vous gagne" se confirme pour mon cas puisque je suis de plus en plus mordu… Arpentant tous les terrains en toutes saisons, on ne peut plus s'en passer. Une belle addiction ! Je suis un amateur de sommets oubliés ou très peu fréquentés (tout ce qui touche au (...)

Randonnée réalisée le 1er août 2016

Publiée le 18 août 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 19 août 2016 à 12h28

    La photo 7 est vraiment impressionnante ! Merci pour cette belle sortie, cette ascension méritait que tu en fasses une toi aussi, Fred, avec ton ressenti perso ! bravo !

  • par Le 21 août 2016 à 16h20

    très chouette ! il va falloir que je découvre ces contrées prochainement !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !