Lac de l’Ascension (et ses petits frères) et la Tête du Peyron (2591m), en boucle Sortie du 19 août 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Beau temps. Ciel se couvrant un peu en fin d’après-midi annonçant la petite perturbation du lendemain.

Récit de la sortie

Compte tenu de certains commentaires, j’avais une certaine appréhension sur l’accès par la piste … et à juste titre. Lorsque nous (ma femme, un fils et sa compagne) nous apprêtons à entamer la montée par la piste, nous voyons sur le côté gauche un panneau avec en grosses lettres rouges : "PISTE DEGRADEE – SOYEZ VIGILANTS – Réfection prévue en 2017-2018". Malgré cet avertissement, nous décidons de tenter le coup. La piste est VRAIMENT dégradée ; à la bifurcation de Bel Pinet j’hésite déjà à en rester là et environ un kilomètre plus loin je décide de préserver le véhicule et je me gare.

Nous continuons par la piste et un peu plus de un kilomètre en amont nous trouvons sur la gauche un départ de sentier indiquant "Ruines du Giet – 40mn". Le sentier en question est très agréablement tracé en forêt ; certes il fait shunter le Lauzet et rajoute un peu de dénivelé, mais finalement, compte tenu de l’état de la piste, on ne doit pas ’perdre’ beaucoup plus de 20 minutes par rapport au départ du Lauzet

On entame ensuite la montée par la raide piste forestière qui fait suite.

A noter que le "gros cairn" mentionné par le topo n’existe plus mais 3 petits cairns portent l’attention sur le bout de sentier qui permet d’éviter une partie de la piste.

Puis vient l’agréable montée dans le vallon qui mène au collet du Peyron où la vue sur les lacs est, comme annoncée, fort belle. Ca nous rappelle un peu les lacs de Lanserlia … mais un peu seulement.

Après une courte halte nous prenons la direction de la Tête du Peyron mais le contournement de la partie supérieure du ressaut rocheux final par la gauche ne nous inspire pas (caillasses semblant très instables) et nous retournons au collet.

Au niveau du lac Escur un beau troupeau de brebis est sous la surveillance d’un berger et de deux chiens border-collie (pas de patous !) dont nous observons le travail pour regrouper le troupeau.

Un long arrêt dans ce cadre magnifique s’impose pour le casse-croûte .

Un semblant de sieste et on rejoint le lac de l’Ascension qui est certainement plus beau lorsqu’il ne manque pas d’eau … mais on ne va pas lui en vouloir.

On apprécie au cours de la descente les passages en prairie où la douceur du sentier permet un repos des pieds.

La remontée jusqu’à la cote 1950m est assez vite avalée … mais le parcours de la piste depuis le parking du berger jusqu’aux ruines de Giet, quoiqu’en balcon, nous paraît interminable.

Nous retrouvons avec plaisir notre petit sentier du matin pour revenir à la piste qui nous ramène à la voiture.

La pente descendante aidant, le retour au goudron ne se passe pas trop mal, mais, personnellement, j’attendrai sagement la réfection de cette piste avant de revenir.

Dernière modification : 22 août 2016

Photos « Lac de l’Ascension (et ses petits frères) et la Tête du Peyron (2591m), en boucle »

l’arrivée aux Ruines de Giet du petit sentier qui shunte le Lauzet. Le collet est en vue ... mais encore un peu loin. On s’en rapproche. Le collet monté ! Un dernier effort ... et vous y êtes ! Photo prise au collet. Effectivement, sur l’autre versant ça change ! En route pour la Tête du Peyron ... Où l’on voit bien la forme de coeur du Petit Lac Escur Et bien non : nous ne sommes pas allés vraiment au sommet. Donc, retour au collet. Un troupeau sous la surveillance d’un berger, de deux chiens et sans patou. Les brebis ont soif ! Calme, reposant, bien quoi. Endroit très correct pour un picnic Vers le col et les crêtes de l’Alpavin. Dommage, le lac de l’Ascension manque un  peu d’eau. On trempe les pieds ou pas ? Il a fallu un sacré coup de hache !!! Mais d’où vient donc cet énorme bloc ? Dernier regard. Quel délice ces passages en herbe ! Mais ça ne dure pas ! Vue amont. Lapiaz. Le mélange des couleurs. Heureux ? Pensif ? Les deux, je crois ! Là, c’est nettement moins herbeux ! Le panneau au départ du petit sentier qui mène directement aux Ruines du Giet. Si on revient, ce sera en 2018 ou après !!!