Le Brec de Chambeyron (3389m) Sortie du 26 août 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

On en rêvait, on l'a fait...

Conditions météo

Grand beau et sans aucun nuage, exceptionnel.

Récit de la sortie

Présentation

Aprés une bonne nuit au Refuge de Chambeyron et la très belle course de la veille sur L’Aiguille de Chambeyron et son incroyable cheminement... on double aujourd’hui l’emblématique Brec de Chambeyron et ses 3389 mètres...

Une course exceptionnelle pour bon grimpeur.

Mes compagnons de routes pour cette grande épopée sont : Gérard (le chamois), Didier (le local), Cyril (le métronome), Raphaël (le fiston) et moi qui va être obligé de passer en tête sur la partie escalade pour assurer mes compagnons

L’approche

Après un petit briefing sur le matos à porter, c’est parti pour une journée grandiose.

Départ à 8h00, direction le merveilleux Lac des 9 couleurs. Gérard comme à son habitude envoie les watts (63 ans le bougre), Raphaël lui emboîte le pas, le reste de la troupe reste calme, Le Brec c’est long et très technique.

Un peu avant le lac il faut rappeler à l’ordre Gégé parti on ne sait où, (prendre un bain, peut-être). Litinéraire d’été du Brec bifurque à droite, un peu avant le lac des 9 couleurs.

On prend le couloir très raide qui sort au Col des Terres Jaunes (c’est vraiment jaune ici).

Pause technique et photos sur cette belle face nord du Brec et petit retour en arrière pour admirerL’Aiguille de Chambeyron et sa croix sommitale.

Du Col à la Dalle des Italiens

Petite redescente dans un pierrier pour rejoindre la voie normale italienne qui nous portera jusqu’au sommet.... et où les grosses difficultés du jour commencent.

On coupe un grand couloir en oblique assez raide qui part juste au-dessus du Bivouac Barenghi. Puis un petit couloir bien raide et glissant pour rejoindre une première brèche bien visible et on s’équipe de nos baudriers et casques.

On poursuit sur un terrain exposé et très glissant en s’accrochant là où l’on peut par une succession de vires, cheminées, brèches, arêtes aériennes, couloirs en petite escalade facile (la totale).

Les nombreux cairns facilitent notre progression et l’ambiance augmente d’intensité à l’approche du passage clé du Brec de Chambeyron, la fameuse "Dalle des Italiens".

La Dalle des Italiens

On prépare le matériel d’escalade et je jette un coup d’œil sur le bon passage à prendre sur cette dalle inclinée à 60° avec très peu de prises, sur un bon rocher malgré tout.

Le gros problème c’est que ce passage de 20m de haut n’est équipé que de 2 pitons rendant l’assurage du grimpeur de tête sur les 10 premiers mètres impossible et la pose de coinceurs est aléatoire.

Je m’engage sur la dalle par cette petite fissure jusqu’au premier piton et passe une première dégaine et me longe.

Les prises sont presque inexistantes et la progression demande beaucoup d’efforts, je n’ai pas le choix, il faut passer ce dur obstacle pour pouvoir assurer mes collègues sur le premier relais et les faire grimper au sommet.

J’assure un à un mes coéquipiers jusqu’au premier relais et juste en dessous du second passage délicat, un mur stratifié vertical de 20m qui sort sur le plan incliné du Brec. De grosses prises importante mais sur un rocher limite.

Gégé monte en libre, je le suis en libre aussi et assure la montée de mes collègues. C’est gagné, il ne reste plus qu’a poursuivre jusqu’à la croix sommitale, où une grande émotion m’envahit. Ce sommet, j’en ai rêvé longtemps. Le grimper avec mon fils me comble de joie.

Pause photos et déjeuner de 45 minutes sous un soleil de plomb et un panorama à couper le souffle.

La descente en rappel

C’est l’heure de redescendre dans la vallée et de rentrer sur la côte, petite séance de descente en rappel, une première pour Gégé.

Je prépare le rappel avec Didier et il s’élance le premier dans le vide et rejoint rapidement le deuxième relais, puis le fiston, pas très à l’aise dans le vide, il n’a pas le choix, il faut descendre, suit Gégé, Cyril et moi en dernier.

Le deuxième rappel sur la dalle est plus simple, tout le monde est sain et sauf, on range le matos et on poursuit sur cette descente très péteuse, jusqu’au Col des Terres Jaunes.

Puis direction le refuge pour récupérer nos affaires et trinquer à cette nouvelle victoire sur ce sommet mythique.

La descente vers le parking est une formalité et tout le monde se sépare, jusqu’à une nouvelle aventure... à suivre...

Dernière modification : 23 juillet 2017

Photos « Le Brec de Chambeyron (3389m) »

Au petit matin, le Refuge de Chambeyron (2626m) La bête se dévoile Direction le Col des Terres Jaunes Didier, Gégé, Rafa et Cyril au pied de la bête Montée raide et péteuse dans la grande rampe La suite de l'itinéraire avec une ambiance incroyable ! Ressaut en 2c équipé d'une main courante Le cheminement devient plus complexe Cyril qui arrive au premier relais, aprés la dalle des italiens Fred et Cyril assurent Gégé qui arrive à son tour Didier dans le mur stratifié Gégé arrive au plateau sommital Le sommet est à gauche Fred et Rafa touchent la croix sommitale Le Lago del Vallonasso del Stroppia (2846m) Le Viso (3841m) et la Tête de la Fréma (on voit le sentier de la voie normale) Didier se colle au 1er rappel Gégé s'y colle à son tour On en a enfin fini avec les rappels