Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Grand beau. Temps caniculaire.

Récit de la sortie

Vendredi 26 août. On annonce une chaleur caniculaire. L’idée de plonger dans les eaux chaudes du lac du Bourget ou d’Aiguebelette nous titille un peu. Nono, venant spécialement pour l’occasion du pays de la rillette, insiste lourdement pour partir en montagne. Je m’incline donc.

Le choix pour une rando près de Chambéry à la découverte des lacs alpins se fait donc naturellement et nous optons pour les lacs de la Grande Valloire : Lac Blanc, lac Noir, lac Glacé, et lac de la Folle. Un beau programme.

Cette rando se fait habituellement sur une journée. Mais comme nous avons un goût particulier pour le bivouac et l’apéro en altitude, c’est parti pour deux jours (chose qui nous arrange bien, car nous sommes plutôt du genre forfait « grasse mat »).

Départ prévu de la rando 11 heures. Arrivée sur le parking de départ (990 m) à 14h30. Ça commence bien.

Les 31° degrés affichés sur le tableau de bord et la chaleur écrasante sur le parking semble laisser notre ami Nono dubitatif, sans compter qu’il découvre à son grand étonnement, que la montée au lac Blanc (lieu du bivouac) est de quatre heures (on lui avait annoncé, pour le motiver un brin, un « deux heures maximum » de montée). Après un repas frugal (1/2 melon) et une bouteille d’un litre rapidement vidée, nous entamons l’ascension.

La montée dans les bois est particulièrement éprouvante, surtout avec des sacs bien chargés. Seule consolation, nous sommes à l’ombre et nous évitons le soleil de plomb. Deux heures après, nous sortons de la forêt pour attaquer une zone moins pentue mais plus exposée au soleil : on se verrait bien quelques mètres plus bas en mode baignade et farniente. Dommage, on n’a plus le choix.
Nous arrivons ensuite au Premier Chalet de la Grande Valloire (1834 mètres) plein pour l’occasion, transformé en zone de ravitaillement pour l’Ultra Trail « l’Echappée Belle » qui a lieu ce week-end. Nous continuons la montée en suivant le torrent. Nous avons un petit doute sur la possibilité de planter la tente sur un terrain adéquat près du lac Blanc, nous décidons donc de nous arrêter avant, après avoir repéré un spot idéal. Cela nous permettra également d’avoir le soleil jusqu’à la fin de journée.

Il est presque 18h30, nous plantons la tente à 2100m après un apéro bien mérité. Le coin est top avec une vue superbe. Séance photo et coucher de soleil magnifique avec la Chartreuse en ombre chinoise. Il fait étonnamment chaud à cette altitude, ce qui nous permet de prolonger la soirée.

Vince, tente des photos du bivouac en nocturne : sans succès.
On finit par rentrer dans nos duvets pour une nuit réparatrice bien méritée.

Lendemain, le lever à 10h30 nous confirme que nous ne sommes pas des lèves-tôt. Nous voyons sur le chemin quelques personnes plus matinales parties le matin même. Il est temps de partir.
Le lac Blanc se découvre à nous quelques minutes plus tard. Objectif atteint pour Nono qui opte pour la sieste. Vince, qui a des fourmis dans les jambes, ne peut s’empêcher de poursuivre l’ascension pour aller voir les deux autres lacs : lac Noir et lac Glacé (2449 mètres). La progression se fait entre sentiers et gros blocs dans un décor superbe. L’arrivée au lac Glacé est particulièrement marquante avec un lac sur lequel flottent des blocs de glaces imposants et une eau cristalline. Et pour ne rien gâcher, une belle créature. Un décor parfait.
Séance photo au pied de Puygris. Vince tente de shooter la seule marmotte qui pointe son nez : sans succès (ça commence à faire beaucoup).

Retour au lac Blanc où Nono n’a pas bougé d’un poil. Impressionnant.
Vince continue sur sa lancée pour rejoindre le lac de Folle (2150 m) à 10 minutes à peine. Superbe. Les lacs du parcours ont tous vraiment leur particularité : lac Blanc aux eaux laiteuses, lac Noir aux eaux sombres et profondes, lac Glacé aux eaux translucides et blocs de glaces, et lac de la Folle aux eaux vert sombre.

Retour au lac Blanc, ou Nono (toujours lui) attend avec l’apéro. Dix minutes pour déguster le fond de la bouteille, saucisson, fromages et amandes…

On récupère nos sacs au bivouac de la veille. On entame ensuite une descente de 3 heures que l’on qualifiera d’enfer.

Deux jours vraiment excellents dans un décor superbe, entre lacs et ambiance minérale. À faire absolument.

Dernière modification : 29 août 2016

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 26 août 2016

Publiée le 29 août 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par JMTLe 29 août 2016 à 11h31

    Vincent a oublié le génépi ?? non c’est pas vrai !!!

  • par Le 31 août 2016 à 14h43

    Salut Jean-Marie !
    Alors toujours par mont et par vaux ?
    Oui, un bon trip dans Belledonne, ce massif que tu apprécies particulièrement. Excellent !
    A bientôt

  • par Le 3 septembre 2016 à 12h30

    Très bon choix que ce magnifique vallon avec 4 lacs si différents.

  • par Le 3 septembre 2016 à 12h43

    Oui Alain, un très bel endroit, avec, comme tu le dis, 4 lacs et 4 eaux si différentes. Impressionnant. J’ai bien entendu pensé à ton ascension de PuyGris et cela m’a un peu chatouillé ..... mais on remettra ça à une prochaine fois .... en partant plus tôt ;-)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !