Le Luisin (2786m) en traversée Sortie du 6 septembre 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Grand beau au-dessus de bancs de nuages bas sous 2400m, se dissipant progressivement au fur et à mesure de la journée.

Récit de la sortie

Au lendemain du passage d’une petite perturbation, l’atmosphère lessivée retrouve sa transparence... Un jour idéal pour profiter de la vue sur un objectif panoramique...

Certes, la vallée de Chamonix était déjà bien dégagée en matinée, mais sitôt passé le col des Montets, les nuages bas stagnaient, résultant d’une humidité beaucoup plus présente sur le versant suisse, poussé contre la montagne par un petit vent du nord... Hésitation sur l’objectif choisi, le Luisin, superbe pyramide rocheuse pointue à souhait offrant un magnifique panorama sur le Valais suisse, sur ma liste des "à faire" depuis un certain temps... Mais on est déjà sur place, ce genre de nuages devrait se dissiper...

11h, départ de Finhaut sur la longue traversée en balcon en direction de la Creusaz. C’est humide à souhait, on ne voit guère le soleil... Quelques trouées apparaissent en bas dans la vallée et les sommets semblent dégagés, il faut maintenant espérer que cette humidité n’évolue pas en cumulus...

Ce n’est que sur la crête, vers 2400m, que l’on émerge enfin des nuées... Le décor est magnifique...

Montée sur le sentier en direction du sommet. Balisage "qualité suisse", chaînes équipant tous les passages délicats, impossible de se tromper... Il faut cependant faire attention de ne pas faire de faux-pas dans les longues traversées des dévers herbeux, toujours un peu exposées.

Le ressaut sommital se dresse devant... On peut vraiment passer par là ? Et finalement ça passe, par quelques raides couloirs finalement pas bien difficiles. Encore quelques ressauts d’une crête sommitale tourmentée, puis voilà le sommet...

Il est 15h30, la vue est magnifique dans une atmosphère particulièrement transparente au-dessus des dernier lambeaux nuageux. Une grosse heure de pause...

Mais il faut descendre, d’autant plus que ce versant plonge rapidement dans l’ombre. Descente tranquille par le col puis le vallon d’Emaney. On y croise des vaches d’Hérens, broutant dans les pentes herbeuses de haute altitude où d’ordinaire ne paissent que des moutons...

Descente tranquille dans l’ombre, long retour en forêt vers Finhaut. Fin de la balade vers 20h.

Dernière modification : 7 septembre 2016