Aiguille de la Grande Sassière (3747m) Sortie du 7 septembre 2016

Sortie réalisée le 7 septembre 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Excellentes conditions pour cette dernière sortie à si haute altitude. Ciao bella, alla prossima !

Conditions météo

Plein soleil avec une mer de nuages côté Italie. Température de 0°C au sommet à 08h42, fort vent froid sur l’arête.

Récit de la sortie

Après un départ quelque peu précipité du sommet le 15 août pour cause d’encombrement, j’envisageais dès la descente de revenir sous un jour plus tranquille de fin de saison.

La météo est toujours clémente en ce début du mois de septembre, la seconde ascension aura lieu le 07, avec un petit échauffement la veille au vallon de la Jave.

Encore une fois, je m’élance du Saut à 05h00 avec la frontale. Il fait bien plus frais que le 15 août mais c’est encore supportable en t-shirt, d’autant plus que les premières pentes réchauffent très vite.

Et les journées raccourcissent pas mal en cette période, j’assiste donc au lever du soleil environ 30 minutes plus tard, juste après le replat 3110m. Comme le ciel est parfaitement clair, c’est moins coloré mais tout de même fin joli.

Passé le ressaut de l’altitude 3240m, changement d’ambiance ! Un fort vent froid venant du nord-nord-est me glace sur place, piquant comme en plein hiver. Pourtant, la température est tout juste positive mais bien moindre au niveau ressenti. Vient alors le moment de s’équiper un peu avec fine polaire, blouson, gants et bonnet.

La mâchoire commence a être endolorie, les rafales gênent un peu la respiration. J’avance sur l’arête en tournant le dos au glacier de la Sassière. Du coup, je marche un peu en crabe, la tête tournée vers le sud. Ma va bene cosi, la vista è stupenda !

Et ça va ainsi durer toute la traversée de l’arête, un peu moins sur la pente finale. Alors que je franchis l’altitude 3600m, la vue se dégage vers la valle d’Aosta. Une mer de nuages plafonne vers 2700m et la recouvre entièrement jusqu’au Mont Blanc. Que ça va être beau là-haut !

Cette perspective me fait oublier le vent froid. Et après toute la montée à l’ombre, sentir un peu de soleil sur le visage fera le plus grand bien.

Je foule le sommet à 08h42 et cela m’amuse de voir que j’ai mis le même temps que lors de l’ascension du 15 août (+2 minutes). Même si je me fiche bien du temps mis pour une ascension, l’objectif était d’arriver suffisamment tôt pour apprécier le spectacle.

Car le bonus du jour, c’est bien la mer de nuages. Et celle-ci n’attend pas. D’ailleurs, elle commencera à se dissiper assez rapidement. S’étendant du Valgrisenche jusqu’au Mont Blanc, elle renforce même l’impression d’altitude. J’aurais aimé être présent au sommet lors du lever du soleil mais pour cela, il fallait partir à 2h30 du matin !

Ça souffle encore pas mal près du cairn, je m’abrite dans les rochers qui surplombent la face sud. Puis, le vent se calme progressivement et le soleil réchauffe un peu. Sur l’altimètre, la température grimpera même jusqu’à 3,8°C avant de quitter le sommet. Quasi tropicale pour cette altitude !

Après avoir passé 1h30 seul au sommet, j’enclenche la descente. La pyramide est encore à l’ombre, le terrain est bien dur. Sur l’arête, je prends quelques clichés du sommet, chose que j’avais rarement faite à la montée.

Je croiserai 8 personnes entre l’arête et le replat 3110m, dont un VTTiste. Il grimpe avec le cadre sur son dos et une roue dans chaque main, tranquillement.

La mi-journée est passée en arrivant au Plan de la Casette, toujours aucun nuage à l’horizon et une belle luminosité de fin d’été.

Dernière modification : 21 septembre 2016