Le Massour (3219m) Sortie du 23 août 2016

Sortie réalisée le 23 août 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Bivouac au sommet du Massour.

Conditions météo

Temps parfait sur les deux jours.

Récit de la sortie

Me voilà parti une bonne semaine pour l’ Ubaye, la météo annonce un temps parfait pendant celle-ci ! Sur la route, je me suis arrêté au vallon du Laverq et j’ai réalisé la Tête de l’Estrop. J’avais prévu de faire des courses sur Barcelonnette le soir, mais ayant terminé ma rando vers 19h30 (alors que j’étais parti à 7h00 du mat’ !), j’ai trouvé les magasins fermés en arrivant en ville.

Je visais alors la Tête de Vallon Claous mais changement de programme, j’ai fait les courses le lendemain matin et j’ai finalement rejoins Fouillouse en milieu de matinée. Nouvel objectif : le bivouac au Massour.

Le temps de préparer mes affaires et je m’empresse de partir, autant passer son temps au sommet du Massour qu’au parking ! Du coup départ vers 11h30, tranquillement car il fait chaud, ça change de monter à la fraîche !

La montée est douce et s’effectue parmi des mélèzes puis des alpages. Avant la cabane des Aoupets, je coupe hors sentier pour rejoindre la base du couloir. Je retrouve des cairns juste avant d’attaquer ce dernier, bien raide ! Le ton est donné !

En haut de la première partie, à ma grande surprise, la trace par à l’horizontale et va chercher des pentes herbeuses plus confortables. Je rejoins une zone plane et chaotique d’éboulis et de rocailles de toutes les couleurs sous une splendide corne rocheuse.

Puis, je tire au plus simple dans les éboulis les plus stables et rejoins le départ pour la traversée horizontale entre les grandes barres rocheuses. Alors que je n’avais croisé personne depuis le début de l’ascension, je croise Gregori, un montagnard en solo qui arpente le coin, nous discutons un bon moment au milieu de ce champ de rochers. Il est en Haute-Ubaye encore quelques jours et me propose l’ascension du Pic de Panestrel pour le surlendemain. Allez, pourquoi pas !

Je laisse Gregori à sa descente et je poursuis vers le final de mon ascension, je remonte des éboulis puis bifurque sur le plateau suspendu. Après un passage entre des dalles, j’atteins le bivouac vers 16h00... et je ne repartirai que demain matin ! J’y dépose mes affaires et file au sommet quelques mètres plus haut. Le panorama est magnifique, je reconnais même mon cher Dévoluy de Bure à l’Obiou en passant par le Grand Ferrand !

Puis, bonne pause dans le bivouac, je feuillette le livre d’or et retrouve les mots de Michel, Cyril, Paul et Jean. Je remonte au sommet, je redescends pour manger, puis je remonte pour le coucher de soleil... Inutile de vous dire que ce fut un instant grandiose... Je retourne au bivouac, pour se coucher ? Non, pour rester dans mon duvet sur le seuil de la porte à contempler encore et encore cette ligne l’horizon jaune -orangée et dentelée par les montagnes...

S’ensuit d’une bonne nuit douce et loin d’être froide, mon petit duvet m’a suffit à passer la nuit à 3200 ! Réveil avant le lever de soleil, à l’aube, bien évidemment ! Je regrimpe au sommet avec mon petit-déj ! La ligne de crête à l’horizon s’enflamme peu à peu, elle est largement dominé par le Viso, maître incontestable des lieux...

Le soleil sort à droite du géant italien et les parois alentours commence à rougir dont l’immense face orientale des arêtes du Brec de Chambeyron, tout proche... Puis, c’est l’embrasement total... Ah, contemplation, quand tu nous tiens !

Je redescends, range un peu mes affaires et remonte au sommet. Juste une dernière fois avant la descente !

Cette dernière se déroule sans encombres dans le cœur de la montagne avant de rejoindre le couloir de sortie et les doux alpages du vallon de Plate Lombarde.

Je retrouve ma voiture au parking à l’entrée de Fouillouse et décolle pour les environs de Maljasset... Demain, c’est le Pic de Panestrel !

Dernière modification : 9 septembre 2016