Padjelantaleden Sortie du 14 août 2016

Sortie réalisée le 14 août 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Un trek d'une semaine en pays sami au milieu de paysages sauvages.

Conditions météo

Une arrivée sous la pluie et un retour idem, entre les deux une météo clémente sans pluie qui nous a permis d’avancer sans gêne.

Récit de la sortie

Nous avons fait ce trek sur une semaine du 14 au 20 Août 2016.

Carte : FJALLKARTAN BD9 Padjelanta-Sulitelma, 1/100 000°

GPX : Wikiloc

Le Padjelantaleden est un sentier plus sauvage que la Kungsleden, et partant en fin de saison estivale (les suédois sont en vacances plus tôt que nous) nous avons croisé peu de monde et les moustiques ne nous ont pas gêné. Les températures sont restées douces, entre 9° la nuit et un maximum de 15° en journée.

Nous sommes partis de Kvikkjokk pour remonter vers le Nord et arriver à Ritsem ( on peut envisager de prolonger le trek par la Kungsleden). Après une traversée en barque et une petite promenade touristique sur la rivière, notre passeur nous a déposés sur la rive opposée : nous partions pour 140 km de marche en autonomie complète, tente, couchage, nourriture dans le sac à dos.

Les premiers jours, nous avons suivi une rivière avant de rejoindre le premier d’un des nombreux lacs que nous verrons durant cette randonnée. Nous avançons dans de larges vallées entourées de montagnes arrondies, au loin on aperçoit des glaciers quelque part en Norvège. À part le bruit de la rivière tout est calme, nous ne voyons pas d’animaux à part quelques rennes qui restent à l’écart du sentier. Dans la journée nous croisons quelques randonneurs avec qui nous partageons quelques mots. Ce sera notre rythme de journée pendant une semaine.

À deux reprises nous nous écartons de la trace pour découvrir les sommets avoisinants. Comme il n’y a pas de sentier, nous montons dans les taillis et les broussailles pour découvrir du sommet un paysage de montagnes et de vallées à perte de vue.

Le sentier que nous suivons est bien tracé, quelques panneaux de balisage indiquent les rares intersections ainsi que les distances jusqu’au prochain refuge (aucun risque de se perdre le GPS peut rester dans le sac).

Les caillebotis sont nombreux et permettent de rester les pieds au sec. Les passerelles permettent de traverser les rivières facilement.

Dans les deux villages samis près du lac Virihaure, on peut trouver à acheter de la nourriture, viande et poisson séchés, pâtes etc. Les lieux de bivouacs sont nombreux, près des rivières ou plus sur les hauteurs avec toujours un superbe panorama. L’eau est présente partout, une tasse ou un fond de bouteille en plastique remplacent la poche à eau. Les samis utilisent une coupelle en bois attachée à la ceinture pour se désaltérer aux torrents.

Nous avons beaucoup aimé ce pays, ses immenses étendues sauvages, ses lacs bleus, son silence....

Dernière modification : 14 décembre 2017