Pointe Percée (2750m) par le col des Annes Sortie du 4 octobre 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Un grand classique, entre le blanc des lapiaz et les couleurs du début d'automne...

Conditions météo

Grand beau, à peine un peu de brume.

Récit de la sortie

Il me semblait bien que j’étais parti un peu léger... C’est au parking que j’ai découvert avoir oublié de prendre avec moi mes chaussures de montagne. C’est donc en baskets qu’on va tenter l’ascension avec les précautions qui s’imposent, on verra bien si on arrive au sommet...

Départ vers 14h du col des Annes sous un soleil radieux alors que les couleurs de l’automne pointent leur nez... La Pointe percée est toujours en place, resplendissante de blancheur dans le soleil de l’après-midi... Mais les jours raccourcissent, il ne faudra pas traîner...

Heureusement qu’en chaussures légères, on monte vite tant que les sentiers sont bons... 15h15 au refuge de Gramusset, on poursuit sur les lapiaz et les pierriers de la combe, plus lentement maintenant...

On aborde les premiers gradins, précautionneusement car ces semelles sur les prises patinées, c’est pas top... On assure les pas et on s’éloigne parfois un peu de l’itinéraire là où c’est possible pour trouver de la roche plus rugueuse...

Un hélico tournoie... Il semble aller hélitreuiller quelqu’un vers le bas des gradins... Je ne voie pas bien ce qui se passe, mais c’est en tout cas un rappel qu’il faut faire attention, et qu’en cas de problèmes, c’est pas toujours certain qu’on aura la chance d’être secouru aussi efficacement...

On poursuit la montée... C’est sec, guère de restes du saupoudrage du weekend passé si ce n’est dans quelques creux du rocher... Couloir, crête, antécime, puis finalement le sommet... Il est 17h et la vue est magnifique...

17h30, on va descendre sans traîner... Mais quand même précautionneusement à cause de mes chaussures, et je désescalade prudemment des passages où en temps habituel je serais descendu de face... Finalement, c’est plus lent qu’à la montée...

19h, sur le lapiaz au-dessus du refuge. J’avais espéré le voir s’enflammer de rouge au coucher de soleil, mais c’était sans compter des nuages à l’horizon qui allaient masquer le soleil couchant...

Retour tranquille à la nuit tombante... Fin de la balade vers 20h.

Dernière modification : 5 octobre 2016