Roc de Garnesier ou Tête de la Plainie (2383m) par la face ouest et l’arête nord Sortie du 4 octobre 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

On the Roc again...

Conditions météo

Beau temps.

Récit de la sortie

En ce mardi 4 octobre, je termine ma journée de travail à 14h45. Le beau temps s’est installé depuis quelques jours et perdure aujourd’hui. La veille, en prévision de cette belle journée, je réfléchissais à une sortie d’après-midi. Que faire ? L’inspiration n’était pas trop à l’innovation et l’idée de remonter au Roc m’est revenue en tête... Pourquoi ne pas profiter de la belle lumière automnale de fin de journée sur ce grand sommet de la Jarjatte ! Et puis, cette remarquable arête nord mérite bien un retour !

15h10, départ de la station, je me mets en marche par la piste, et la remonte jusqu’à l’arrivée du téléski. Je suis alors la piste forestière qui passe sous les colossales parois du Roc, traverse la ravine et remonte par le petit sentier vers la crête bordant le vallon de Corps. Un peu plus loin, je coupe par les raides pentes herbeuses et atteint la crête plus rapidement. Je plonge dans le beau vallon, sauvage bien qu’il soit balafré par les lignes hautes-tensions.

J’atteins le col de Corps en 1h30 après une montée efficace. J’entame la celle vers le versant sud. Puis, je gagne la face ouest. Le fait de l’avoir déjà parcouru facilite la progression, je trace tout droit et remonte les gradins, passage que j’avais un peu galéré à repérer la première fois. Ceci dit, cela m’a permis de découvrir une belle arche donnant sur celle de l’éperon supérieur... (Voir les photos du topo !)

Je traverse les raides pentes de la face ouest bien plus aisément que lors de ma première ascension, où j’avais été emprunt à quelques hésitations tant les pentes vertigineuses m’avaient impressionné... Ce n’est pas pour autant que je manque de prudence ! Loin de là ! Le moindre faux pas pourrait être le dernier...

Je vais plus loin dans la traversée et remonte vers l’arête nord par une autre rampe, aussi raide au début que la première empruntée, mais me délivrant l’accès à l’arête plus rapidement et plus bas. Elle est vraiment incroyable cette arête nord, telle un vieux mur de pierres à moitié croulant prêt à s’effondrer pour de bon. L’ambiance est phénoménale ! La remontée jusqu’au sommet magique !

De l’épaulement, je gagne le sommet par la courte et vertigineuse crête... Quelle joie de se retrouver au sommet du Roc de Garnesier ! L’un de mes plus beaux sommets gravis sans aucun doute ! J’y reste un peu le temps de profiter pleinement de cet instant grandiose et je reviens à l’épaulement où j’ai laissé mes affaires.

Le temps est au beau fixe, les lumières de fin de journée magnifiques. On n’a pas vraiment envie de redescendre ! Mais il va bien falloir, il est maintenant 18h00 passé ! Je re-parcours l’arête nord dans le sens de la descente et entame le retour par la rampe pour rejoindre la traversée. Elle est très raide, surtout sur la fin, il faut vraiment faire attention à chaque pas, le piolet me permet de garder un bon équilibre. C’est bien haletant ! Les falaises du Roc sont juste là, à quelques mètres... La moindre glissade serait fatale...

Je regagne sans encombres la traversée de la face ouest. Le raide dévers, maintenant que j’ai bien cerné les passages clés, se franchit confortablement. Me revoilà au versant sud, face à la belle Tête de Garnesier versant vires. Petite pause contemplation avant de redescendre sur le col de Corps. Le soleil, à l’horizon, passe derrière une petite barrière de nuages, et les belles couleurs se teintent. Ne croyant plus au retour d’un coucher de soleil flamboyant, j’entame la descente du vallon de Corps.

Dix minutes plus tard, je me retourne... le Roc est rouge pétant ! Put***, j’aurais du rester au col ! De plus bas, il paraît bien écrasé, d’en haut, cela aurait été bien plus spectaculaire... Dommage !

Fin de descente dans un grand silence crépusculaire avec l’esprit vidé et la sensation d’avoir accompli quelque chose de grand qui s’immisce dans le cœur, c’est la joie d’avoir réalisé une magnifique ascension...

Petite vidéo sur l’arête nord du Roc de Garnesier :

Dernière modification : 6 octobre 2016