Pointe des Lacs Verdet (2967m) Sortie du 6 octobre 2016

Sortie réalisée le 6 octobre 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Les lacs Verdet et la Pointe des Lacs Verdet en boucle, avec passage aux lacs Blanc et Brulet. En suivant la crête à partir du sommet, tentative de variante en contournant la Pointe de l'Argentière par sa raide face nord, mais celle-ci était enneigée et infranchissable sans matériel.

Conditions météo

Ensoleillé le matin puis le ciel se voile au cours de la journée. Température de 6,5°C au sommet à 12h30. Le vent, faible au départ, se renforce progressivement.

Récit de la sortie

Avant que les lacs d’altitude ne gèlent pour plusieurs mois, j’entreprends une visite de quelques lacs de Haute Tarentaise sur 3 jours.

La randonnée du jour me conduit aux lacs Verdet, Blanc et Brulet dans le vallon du Clou. Boucle agrémentée d’un sommet, la Pointe des Lacs Verdet pour son panorama jusqu’au Mont Blanc.

Attention en quittant le lac du Clou, 2 sentes partent vers l’est. Prendre celle montant sur la gauche, celle de droite (à niveau) se termine en impasse au niveau des ruines du Boulliou.

J’atteins les lacs Verdet par le déversoir du lac principal (2727m). Déjà trop de vent, tant pis pour les reflets. J’observe un peu le sommet pour décider du cheminement à suivre.

Vues des lacs, les pentes d’éboulis semblent bien raides. Je choisis de les raccourcir en visant un col sur la crête, à droite du sommet.

Je longe le ruisseau qui alimente le lac principal (rive nord) et je remonte une petite combe orientée au nord-ouest. Lorsque la pente s’incline franchement, je vire plein nord. Court passage sur les éboulis croulants puis je termine par une bande herbeuse qui accroche bien.

Ainsi, je rejoins la crête au niveau du point coté 2891m et le massif du Mont Blanc se dévoile d’un coup devant mes yeux. Magnifique !

Ne reste plus qu’à suivre la crête facile, un peu aérienne sur le final. Le sommet n’est vraiment pas spacieux. J’observe la crête qui continue en direction de la Pointe du Grand Soliet, elle est très effilée et sa traversée parait très délicate.

Je me tourne plutôt du côté de la Pointe de l’Argentière car j’ai envisagé de me rendre directement au Col de l’Argentière en passant par la face nord de la pointe.

De visu, la crête qui mène jusqu’à cette face nord semble tranquille mais au-delà, je manque de visibilité. Tu y vas et tu verras !

Effectivement, la crête se parcourt aisément tout en appréciant la vue sur le Mont Blanc, il faut juste s’aider parfois des mains. Et me voilà au bord de la face nord. Finalement, je suis venu, j’ai vu et je suis un peu déçu. Je savais cette face nord raide et rocheuse, mais pas à ce point. De plus, elle est encore couverte d’un peu de neige (pas fraîche) tombée à la mi-septembre.

Bref, il est évident que ça ne passe pas. Même avec des crampons, je ne me serais pas embarqué dans cette potentielle galère. Non sono pazzo ! J’oublie alors le Col de l’Argentière et m’apprête à contourner la pointe par le sud. Oui, mais comment ?

J’opte pour une traversée du flanc ouest de la Pointe de l’Argentière, afin de perdre le moins d’altitude possible. En dévers sur des éboulis croulants, cette traversée s’avère fastidieuse.

Peut-être aurait-il été plus simple de descendre directement jusqu’aux lacs Verdet pour récupérer la trace ascendante et cairnée qui fait la liaison avec le lac Blanc. Pas grave, c’est fait et j’ai bénéficié d’une vue inhabituelle sur les lacs Verdet.

Voilà enfin le joli lac Blanc (2850m), d’un bleu intense. J’y fais bonne pause tandis que le ciel se voile davantage. Définitivement, je shunte le Col de l’Argentière et continue la descente hors sentier vers le lac Brulet (2697m). Avec cette luminosité, le lac a un peu perdu sa couleur "lagon", mais l’endroit est extra.

J’effectue à peu près le même cheminement que lors de la sortie du 24 août 2016 aux pointes d’Archeboc et d’Ormelune. Moins d’un mois et demi s’est écoulé depuis, l’ambiance et les paysages sont tout autres !

Pour varier un peu la descente en quittant du vallon du Clou, je continue sur le large chemin carrossable passant par le hameau du Fenil.

Ainsi s’achève cette énième virée dans le vallon du Clou, avec l’ascension d’un nouveau sommet. Il reste encore à gravir la Pointe de l’Argentière et la Pointe des Mines (glacier), certainement pas les plus simples !

Dernière modification : 14 octobre 2016