GR 20/Nord : Calenzana - Vizzavona Sortie du 7 juin 2015

Sortie réalisée le 7 juin 2015.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Une belle aventure sportive et humaine dans la montagne corse. Deuxième partie GR20/ Nord : Vizzavona-Calenzana (du Sud au Nord)

Conditions météo

Non renseignées...

Récit de la sortie

Par Annick et Fanny (les deux "gazelles")

Une belle aventure sportive et humaine dans la montagne corse.
Un sentier de 180 km avec des dénivelées positives et négatives de plus de 12000m, chacun se déroulant en partie à des altitudes supérieures à 2000 m.
Des rencontres inoubliables avec des personnes partageant le goût de l’effort , le
respect de la nature et des autres.

Après le GR20 Sud, le GR20 Nord...

Dimanche 07 juin 2015- Vizzavona / Onda

Le GR 20 Nord débute.

Lever 5h45 et on décide de faire l’étape normale ( +1200m -700m) au lieu des + 1500 m prévu par le Monte Oro. On est accompagné par un chien qui fait le parcours avec nous malgré nos tentatives
de lui faire rebrousser chemin.

Pique-nique au sommet à la punta Muratello suivi d’une descente assez raide dans les cailloux avec une menace d’orage de plus en plus pressante.

Arrivée au refuge juste avant la pluie. Le gardien nous interroge sur la présence du chien et s’occupe de téléphoner à son propriétaire. Après, il daigne enfin nous attribuer une tente dans un endroit clos (les sangliers rôdent...).

2h30 après nous, la fin du groupe arrive sous la pluie. Le Monte Oro a été gravi mais l’orage, le tonnerre, les éclairs ont vraiment fait peur à Marie...
Ugo a retrouvé des bâtons abandonnés, le propriétaire a eu peur d’attirer la foudre... pourtant ces 2 "compagnons de route" sont indispensables pour ce parcours si accidenté.

À ce propos, on a oublié de prendre un sifflet, un objet léger qui permet de signaler notre présence dans des situations difficiles. Un briquet également pour les réchauds des refuges.

Apéro sympathique interrompu par un problème médical. Une randonneuse sera évacuée le lendemain par hélico.

Soupe, lasagne aux épinards et brucciu, fromage brebis trop affiné et pomme ds le sac pour le lendemain. Repas un peu bruyant dû à la présence d’un lave-vaisselle comme voisin de table
(chercher l’erreur !) mais à ne pas louper, un des meilleurs du GR.

Lundi 08 juin 2015- Onda / Petra Piana

Réveil 5h30.

Départ en douceur par les crêtes, on nous a conseillé à plusieurs reprises la variante.

Étape courte (4 heures) mais pas si facile que cela compte tenu de quelques passages techniques.

Au refuge, rencontre de Pascal, le gardien, le frère de cœur d’André. Il nous a tout de suite adopté... Annick peut même postuler à une place d’assistante/gardienne pour les années futures !

Tout juste le temps de manger, faire la lessive et l’étendre sur un étendage confectionné par nos soins (entre bâtons de rando et tente !) que l’orage éclate. 2h de repos forcé : pluie, grêle et toile
de tente déchirée autour de nous.

On ne brillait pas toujours dans notre tente décathlon qui se déformait au gré du vent. Comme le dicton dit : après la pluie , le beau temps… Le soleil et la chaleur sont revenus, le linge a séché, le dîner a été cuisiné dans la cuisine du refuge et consommé dehors.
Pâtes à la sauce bolognaise et lentilles/saucisses donnés par des randonneurs. Beaucoup de solidarité sur le GR !

Mardi 09 juin 2015- Petra Piana / Manganu

Réveil 5h et dire que l’on est en vacances.

On préfère partir à la fraîche (6h) et se retrouver à l’abri quand le temps se gâte. Une météo orageuse est annoncée pour la semaine...

Superbe rando avec vue sur les lacs de Melo et Capitello, passage technique avec câble et une descente de névés. On doit tout le temps faire attention où l’on
pose les pieds sur le GR mais notre vigilance à ce passage redouble.
Quand Philippe a peur du vide, il chante, nous on se concentre en silence.

Arrivée douloureuse pour Annick, le genou gauche grince un peu.
Casse-croûte, douche, lessive et sieste pendant l’orage (on en prend l’habitude...).

Annick explique à notre petit groupe les règles du Dubal, un jeu de carte népalais. Une grosse pensée pour Ash !
Repas lyophilisé décathlon (à fond la forme) puis les jeunes partent escalader un petit sommet pour regarder le coucher du soleil tandis que les moins en forme vont se coucher.

On regarde l’heure, 20h15...

Mercredi 10 juin 2015- Manganu / Castel de Vergio

Une journée particulière...

Lever 5h, finalement on en prend l’habitude ( le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt !).
Réveil plus frais et humide. Achat de fromage à 7h du matin à une bergerie (les magasins ouvrent tôt sur le GR !). L’accueil est un peu brut pour commencer et pour finir, le gardien nous offre du pain, certes un peu rassi et 2 petits cakes..

Superbe rando, chevaux sauvages, pozzines, lac de Nino, forêt, moins de gros cailloux mais une certaine fatigue... On décide donc de s’arrêter à un gîte pour la nuit.

Tout a bien commencé, douche chaude, gâteau à la figue (c’est l’anniversaire d’Annick ), dortoir tout propre, épaisseur de matelas engageant jusqu’à l’arrivée des allemands comme futurs
compagnons de nuitée.

Jamais 2 sans 3, orage... Sieste difficile, nos voyageurs du nord de l’Europe sont peu respectueux...

Bonne nouvelle, internet fonctionne, on adresse un mail à Joël pour lui demander ce qu’il devient.
Mauvaise nouvelle, il nous informe en retour de l’accident du Cirque de la Solitude.

Tout le campement est très vite au courant, tout le monde est au téléphone rassurant les entourages... une ambiance moins sereine que d’ordinaire.

La nuit est agitée pour certaines, calme pour d’autres…

Jeudi 11 juin 2015- Castel de Vergio / Auberge du Vallone

Lever 5h.

Petit dej avec café et tartines de beurre et confiture. Merci à Kinga et Ugo !
Montée jusqu’au refuge de Ciottulu di Mori puis une descente plus que raide et interminable entre cailloux et ruisseaux.

Dur, dur pour les genoux d’Annick !

Pause casse-croûte les pieds dans le Viru. Ce n’est pas bon pour les futures ampoules selon Florence (notre copine pharmacienne du GR) mais super agréable pour un moment de détente et
de fraîcheur. De plus aucune ampoule à déclarer pendant notre voyage.

Changement de chaussettes tous les 2 jours, aération des nos extrémités dès l’arrivée au refuge, chaussures confortables et robustes (on a prévu du scotch américain pour éventuellement les
réparer, Philippe peut remercier Giovanni pour ce conseil...), pas de graisse à traire en ce qui nous concerne (conseil de Joël !).

Arrivée à l’auberge avec Franck et Florence ainsi que Raphaël.
Discussion animée pour le programme du lendemain.

Le Cirque de la Solitude étant fermé, on se questionne sur les 2 alternatives.
Soit on prend la navette en bus à 35€ qui nous amène à l’Asco soit on tente la liaison par le Monte Cinto (9h de marche pas balisée mais gratos !).

Les gendarmes ne nous l’interdisent pas, le gardien nous explique le topo.

Pause à la rivière plus que fraîche. On en profite pour faire tremper et masser les muscles douloureux.... Une solution miracle pour une fin de GR sans douleur !

Dîner pique-assiette avec le couple après une excellente omelette au fromage en apéro.
On décide de tenter l’aventure le lendemain.

Fou rire : un homme essaie de se déshabiller discrètement ds sa tente, il a juste les fesses qui dépassent de celle-ci tout en ayant la tête en bas !

Nos pensées du soir sont pour ces randonneurs qui ont perdu la vie dans ce lieu mythique.
20h30, c’est l’heure d’aller se coucher...

Vendredi 12 juin 2015- Auberge du Vallone/ Asco

Lever 5h, la journée commence...

Éclat de rire, Annick cherche la sortie de la tente du mauvais
côté.

Montée à Tighjettu dans l’optique de contourner le cirque par le Cinto.

Café au refuge, le gardien Charly vaut le détour...
Le guide rouquin est aussi présent, il nous interroge, soupçonneux sur nos intentions du jour. Avec son arrogance et son dédain habituel, il nous déconseille l’étape en nous traitant presque ouvertement de personne ne respectant ni la montagne, ni les morts... Moment de doute. Le ciel décide pour nous avec l’arrivée de la pluie. Le groupe se scinde.

Les « aventuriers » qui tentent la variante et les « raisonnables » qui se résignent à contrecœur à remplacer « l’étape du GR 20 » par un trajet en navette à 35€...

Voyage en bus après 2h d’attente et arrivée à Asco dans une ambiance pesante (gendarmes, pompiers,, hélico...). Une tension palpable à la hauteur de l’événement.

Une bonne surprise nous attend malgré tout. La responsable du refuge nous propose une chambrette pour 2 à la place de la tente. Pas d’hésitation cette fois-ci, ce lit superposé avait le goût d’une suite dans un hôtel grand luxe !

Course, sieste pour Fanny, douche chaude !, coup de téléphone pour rassurer famille et employeur !

Resto après un apéro avec Flo et Franck qui nous quittent le lendemain.

Un dernier passage risqué avec le franchissement d’un petit ruisseau en équilibre sur une planche pour Ugo sous les applaudissements du groupe... dodo à 22 h avec un ventre bien plein !

Samedi 13 juin 2015- Asco / Carrozzu

Grasse matinée avec un lever à 6h et un petit dej avec café, pain et du chocolat avec des gros carreaux, des noisettes et fruits !

Départ 7h15.

Montée assez raide pendant 2 petites heures. Descente sur des dalles, câbles parfois pour aider, cascades, les paysages sont vraiment superbes.

Pause pique-nique sur une table de camping naturelle surplombant des vasques d’eau.
Séance photos sur la passerelle Spasimata juste avant le refuge Carrozzu accueillant avec ses drapeaux tibétains.

Riz à midi ainsi que le soir, pas toujours très équilibré ces repas...
En principe, on a pris le menu du soir proposé au refuge. Pour midi, on s’est débrouillé avec ce que l’on trouvait dans les épiceries des hébergements. Charcuterie/pain, fromage/pain, pain d’épices... On n’a perdu qu’1kg donc on n’est pas morte de faim ! Ni de soif !

On peut prendre de l’eau de source sur pratiquement toutes les étapes, plus la Pietra de bienvenue à l’arrivée !

Discussion sympathique avec le gardien pyrénéen.
Tente sur palette pour ne pas dormir l’une sur l’autre et un délicieux gâteau à la châtaigne pour les gourmands !

Coucher de soleil un peu nuageux à la terrasse du refuge avec nos compagnons de voyages.

Dimanche 14 juin- Carrozzu / Calenzana

Réveil 5h, il pleut, pas motivées pour se lever.

On traîne un peu et le départ a lieu vers les 7 heures.
Passage sur les crêtes nuageuses après une grosse grimpette (comme d’habitude ..).

Tous les jours sur le GR 20, on franchit grosso modo une montagne avec un dénivelé positif de 800 ou 900 mètres, répété sur en moyenne 14 jours et ceci sur des chemins jamais roulants.

Ces caractéristiques font de ce GR un des plus difficiles d’Europe.

La pluie est intermittente (la seule fois du périple !). Descente sur des dalles et cailloux glissants, pas marrant du tout. Malgré toute notre attention, quelques glissades sans gravités.

Arrêt à Ortu Di U Piobbu à 12h30 pour la pause déjeuner. Au menu, taboulé maison et café servi par un gardien style « Parisot » ; Si vous n’avez pas travaillé à Matour, vous ne pouvez pas comprendre... On décide de doubler l’étape comme des vraies traileuses !

La mentalité est entrain de changer sur le GR. Les gens courent de plus en plus cherchant à faire 2 ou 3 étapes par jour. La question qui revient presque toujours : En combien de jours ? Nous on a choisi, 14 ou 15. On a pris le temps de faire des photos, des pauses, discuter avec les gens...

On n’avait réservé nulle part, pris une tente de dépannage si tout était complet pour vivre le GR en fonction de notre forme, de nos envies et du temps. Les accidents arrivent souvent car tout est réservé à l’avance, on doit respecter un timing précis sans avoir pris en compte les nombreux aléas du trajet.

Comme on double, cela fera donc 14 !!!!
Départ à 13h15 sous le soleil pour une descente longue de 5h. Quelques grincements de genoux pour Fanny, rencontre avec Martial et Jean Lou avec qui on arrive à Calenzana.

C’est la fin du GR, une sensation de satisfaction et à la fois de nostalgie face à cette aventure qui s’achève.

Difficile retour à la civilisation même si on a bien apprécié le sorbet du resto du soir.
Bruit de voiture, goudron au sol, plus de refuge, plus de tente à louer...

1ère nuit dans la tente Rigel sur une fourmilière pas loin de la route... Juste après un brossage de dent on va dire « son et lumière » avec un inconnu. Un long fou rire qui est difficile à expliquer à froid, sur le papier. On garde ce moment pour nous..

Lundi 15 juin 2015- Calenzana / Calvi

1ère nuit hors GR un peu difficile. Un peu à l’étroit sous la tente, sol plus que dur surtout avec un matelas dégonflé pour Annick.

On a trouvé des dosettes de café qui traînaient à la cuisine du camping, on en profite pour se réveiller un peu mieux avec cette eau chaude noire ! Course au SPAR non loin de notre campement. Petit dej traditionnel avec chocolat ( pas envie de rompre trop vite avec nos habitudes) et pain frais malgré tout !

Quelques gouttes de pluie, on mange sous un arbre et on se décide à rejoindre Calvi en stop. Une centaine de mètres pour arriver à la station service, quelques secondes pour demander à un Monsieur la possibilité de l’accompagner, et nous voilà en direction de la station balnéaire Corse.
Il fait même quelques km en plus pour nous déposer à l’entrée de la ville.

Traversée à pied de celle-ci sous la pluie direction OT où l’on nous propose une chambre avec cuisine, salle de bains avec plein de serviettes blanches de différentes tailles !! On vous donne l’adresse : Hôtel Bel Ombre.

Repos, course et retrouvailles avec les tutus roses , Ugo et Kinga autour d’un verre, pour changer...

Mardi 16 juin 2015- Calvi

Vraie grasse matinée jusqu’à 9h. Petit dej à l’appart avec confiture !
Impossible de rester en place, balade jusqu’à la pointe Revelatta par le sentier des douaniers et point de vue à la Chapelle Sierra. 3 à 4h de marche au total entrecoupée par une pause pique nique sur des falaises au bord de la mer et farniente au retour sur une plage pleine de méduses.

La mer a des nuances de bleu/vert digne d’une île paradisiaque.

Mercredi 17 juin 2015 – Calvi / Ile Rousse

Départ 10h de l’hôtel.

Stop dans le mauvais sens pour commencer. Heureusement une piétonne s’en aperçoit et nous invite à traverser Calvi par les petites rues. Elle tient à nous mettre dans le train, heureusement le prochain est dans quelques heures...

Une kangoo utilitaire s’arrête pour nous prendre en stop . C’est parti pour plusieurs km entre sacs de ciment, vélos récupérés ds poubelles... mais dans une ambiance baba cool très sympa.

Changement de style, le voyage se finit dans une voiture climatisée avec coffre qui s’ouvre tout seul avec un couple qui n’a pas décroché un mot de tout le trajet. Pourtant le militaire nous a interpellé de sa caserne... Sa femme peut-être !

Recherche d’un camping, plantage de la tente, visite de l’Ile Rousse. Sandwich Corse sans fromage avec grimace sans parler de l’attente, on n’ose imaginer le service en pleine saison !

Envie de pastèque... Halte dans un petit commerce plus que sympa. Le patron nous fait goûter des canistrelli à la myrte, nous offre du rosé et propose de manger ensemble le soir. On a préféré manger une énorme pizza au camping...

Jeudi 18 juin 2015- Ile Rousse / Bastia

On a pris le train à 7h30 à un passage à niveau.... C’est nous qui avons fait le chef de gare et les voyageurs à la fois !

Trajet de 3h avec quelques somnolences, pourtant le paysage était beau...

Arrivée à Bastia et recherche de notre appart AIRBNB. Aller chercher une enveloppe dans une boulangerie qui est à peine au courant, trouver la rue, rester calme devant une serrure de porte plus que capricieuse pour enfin poser ses sacs dans un lieu frais et agréable.

Eau et jus de fruit au frigo, écran plat, salle de bain avec pèse-personne...on a perdu juste 1 petit kilo !

Poulet rôti, tomates pour le déjeuner, les restes pour le soir, cette viande blanche avait un goût de fête. Déambulation dans les rues de Bastia pour acheter nos souvenirs (charcuteries, gâteaux, confitures... on mange bien en Corse !).

Vendredi 19 juin 2015- Bastia / Lyon

Bus pour l’aéroport, vol direct pour Lyon.

Les vacances sont finies mais on sait toutes les 2 que cela ne s’arrêtera pas là.

On pense déjà à un autre projet que l’on a envie de vivre et faire partager....

Dernière modification : 30 octobre 2016