Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Bleu, bleu, le ciel de la Drôme

Récit de la sortie

Quelques chiffres

  • Dénivelé (départ du parking de Beure) : 1130m
  • Distance : 22,7km
  • Durée : 7/8h
  • Trace GPX à télécharger : ici

Le plus bel endroit du monde est celui où l’on se sent à sa place

Je vais m’installer ici. Faire livrer un peu de matériel et construire ma cabane là, quelque part entre le Col de Rousset et le Pas des Bachassons. Dans un coin reculé de ces hauts plateaux qui sont une source perpétuelle d’enchantement visuel.

J’irai tous les jours voir les falaises battues par les vents, je m’en irai observer les vautours et voir la vue s’étendre sur une interminable mer de nuages, comme seules les belles journées d’automne peuvent en offrir.

J’irai tous les jours voir l’arbre taillé de la Plaine de la Queyrie, une vigie dans un océan de verdure, dont la prestance, provoquée par les hommes et le temps, se fait éblouissante dans cet écrin sauvage.

J’irai tous les jours au Sommet de Montaveilla, dont la vue, tant sur le Grand Veymont que sur le Mont Aiguille et plus loin sur la Chartreuse, les Écrins, et sur une bonne partie des hauts plateaux, provoque un étrange sentiment de modestie et de grandeur entremêlés.

Je m’en irai chaque jour déambuler entre les buttes des hauts plateaux, guetter les marmottes, aujourd’hui absentes. Peu importe les longues distances, l’atmosphère qui habite ces lieux est porteuse d’une grande sérénité, décuplée par les chaudes couleurs de l’automne.

Je ferai tout cela, et puis... je me réveillerai. Loin, trop loin de ces lieux enivrants de beauté, qui m’ont ce jour offert l’un de mes plus beaux sentiments de randonneur : celui très cher de se sentir au bon endroit, au bon moment.

Dernière modification : 31 octobre 2016

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Installé depuis 2009 en Chartreuse, je ne me lasse de ces découvertes montagnardes qui éblouissent les yeux et remplissent l'âme.

Randonnée réalisée le 30 octobre 2016

Publiée le 31 octobre 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (10).
  • par Le 31 octobre 2016 à 12h40

    Une sensation de quiétude et de solitude au travers de tes photos qui t’ont visiblement inspiré.

  • par Le 31 octobre 2016 à 13h43

    En effet galipette, une belle impression d’être seul au monde et apaisé. Mais c’est bien (tout du moins en partie) ce que l’on recherche en montagne, tu ne me diras pas le contraire :-)

  • par Le 31 octobre 2016 à 15h51

    Salut Gegers !
    Très beau texte et un bel hommage à ces hauts plateaux dont on devient forcément amoureux.
    Tes photos de la mer de nuage sont également très réussis.
    Merci pour tout cela.

  • par Le 31 octobre 2016 à 16h01

    Merci Vince ! En effet je ressens sur les Hauts plateaux un bonheur intense. Tout me donne l’impression d’être "à sa place". Il y a là une tranquillité que je n’ai jusqu’à présent ressenti nul part ailleurs en montagne. Mais tu sais de quoi je parle, puisque tu as fait de splendides sorties également en ces lieux !

  • par Le 31 octobre 2016 à 17h41

    Bravo Guillaume pour ces mots. C’est pour cette même raison que j’y reviens le plus souvent possible.

  • par Le 31 octobre 2016 à 19h24

    Ambiance et photos MAGNIFIQUES !
    C’est vrai que la nature nous réserve de bien belles choses devant lesquelles on ne peut qu’être empli de quiétude.
    Mais même si tu ne peux pas t’y installer, tu es certainement comblé d’avoir vécu cette journée et d’avoir ces sensations gravées dans ta mémoire.

    Sinon, c’est totalement anecdotique mais j’ai relevé une probable étourderie dans la légende de la photo #20. Le texte actuel est "Rocher des Parquets, Grand Veymont". C’est plutôt le Mont Aiguille que le Grand Veymont ;o)

  • par Le 31 octobre 2016 à 20h48

    Whouaou ! Très chouettes texte et photos ! Le sommet de Montaveilla... un bivouac exceptionnel pour moi ! :)

  • par Le 1er novembre 2016 à 00h24

    Le Vercors en automne...

    Photo 22 : Il me semble que c’est plutôt la Meije, le Pavé, le massif du Sorellier que l’on voit ! La Barre des Ecrins est plus à droite, tout à gauche de la photo 23.

  • par Le 1er novembre 2016 à 08h19

    Superbe texte que je partage à fond......et le vol en patrouille des vautours, excellent !

  • par Pascale B.Le 1er novembre 2016 à 15h51

    Superbe, ça fait envie. Merci pour le partage de ces superbes images.

  • par Le 1er novembre 2016 à 16h05

    Eh bien Gegers, la belle Erato est venue te visiter ?

    Tu viens d’entrer dans la famille des "j’irai".

    "Par les soirs bleus d’été, j’IRAI dans les sentiers,
    Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
    Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
    Je laisserai le vent baigner ma tête nue."
    ...
    (Arthur R.)

    "Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne
    Je partirai ...
    J’IRAI par la forêt, j’irai par la montagne ..."

    (Victor H.)

    Par les jours d’automne, j’IRAI dans les allées
    Couvertes de feuilles ; sereine je fermerai les yeux
    Et laisserai la solitude m’envahir
    Je sentirai alors la chaleur d’été partir
    Et le froid intense d’hiver revenir
    Au loin, je verrai s’en aller les oiseaux dans
    Un ciel brumeux ...
    (Britany Dotson Alca)

    Et pour les photos 1,2 3, c’est quand même la mer, de nuages certes, avec les vautours à défaut de cormorans.

    " J’IRAI, face à la mer, avec ma solitude,
    Mirer sur les rochers les noirs Grands Cormorans.
    Quand passeront au loin de fiers catamarans,
    ... "
    (Anne Morrow Lindbergh - épouse de Charles Lindbergh, première Américaine à obtenir sa licence de pilote de planeur en 1930.)

    Combien ton texte peut contraster avec celui, pessimiste, de Bernard Dimey (extraits) :

    "...
    Quand je lève mes yeux sur les murs de ma ville,
    Moi qui n’ai jamais su plus de trois mots d’anglais,
    Je dois parler par gestes... et c’est bien difficile...
    Alors je viens chez vous retrouver le français.
    Mes amis pour un rien se font faire des check-up,
    ...
    J’écoute des longs playings le soir sur mon pick-up ;
    Des rockmens, des crooners, y en a pas mal en France.
    Et j’bouffe des mixed-up grills, des pommes chips à gogo,
    Alors que j’aim’rais tant manger des pommes de terre
    Avec des p’tits bouts d’foie et des p’tits bouts d’gigot,
    ...
    On boit des lemon dry dans les snack-bars du coin,
    ...
    Et l’odeur des hot-dogs j’la sens v’nir de si loin
    ...
    Et l’on fait du footing, du shopping, des plannings,
    ...
    Ma femme la s’main’ dernière s’est fait faire un lifting,
    J’ai fait du happening pour passer ma colère.
    ...
    J’aime le vieux langage que parlaient mes ancêtres.
    Je vous jure que chez nous il s’en va pas à pas
    Tant pis pour nos enfants, ils s’y feront peut-être,
    Mais moi je n’m’y fais pas, ... "

  • par Le 1er novembre 2016 à 19h44

    Merci à tous, j’ai juste tenté de mettre en mots le bonheur enivrant qui m’a accompagné lors de cette sortie. Mais les lieux seront toujours plus beaux que les mots et les photos que j’ai utilisé pour tenter de les décrire.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !