La Traversée Héroïque Sortie du 28 octobre 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Beau temps.

Récit de la sortie

Lorsque j’étais passé la première fois dans le vallon de Corne, une fin décembre 2014, je ne me doutais pas que j’étais passé à côté de l’énorme trou de gruyère qu’est la Traversée Héroïque... En plus, c’était à la même époque que l’exploration et la parution du topo par Michel. Je n’avais alors gravi que la trilogie du Dévoluy (Obiou, Grand Ferrand, Pic de Bure) et deux, trois autres sommets... Je ne connaissais quasi rien du Dévoluy en fin de compte !

Presque deux ans se sont écoulés, et j’ai gravi et regravi de nombreux sommets dévoluards, petits comme grands, fréquentés comme sauvages, faciles comme vertigineux, mais de nombreuses explorations restent encore à réaliser comme cette fameuse Traversée Héroïque, grande représentante des chourums dévoluards !

Fin octobre, lors d’une période automnale radieuse, je programme la traversée. Le 21, parti avec l’idée de la réaliser, mon regard est attiré par les raides pentes sous la Tête de la Madeleine et du Bec de l’Aigle et je ne résiste pas à tenter cette aventure improvisée !

Une semaine après, je suis de retour pour de bon ! Me voilà garé au dessus de l’IRAM, je prépare mon sac, casque de rigueur, piolet pour le cas où, et c’est parti ! Je repère aisément l’itinéraire, remonte le chaos de blocs et trouve au pied de l’imposante paroi, le raide couloir d’éboulis. Un vrai tapis roulant ! Dès que possible, j’emprunte les gradins herbeux, bien plus confortables, et rejoins l’entrée de la béante cavité... WHAOUH ! Impressionnants ces deux grands yeux !

Etant habitué à ce genre de terrain, je trouve la grimpette assez facile. Cela me permet de profiter pleinement de cet instant merveilleux hors du commun, hors du temps et loin de l’agitation du monde...

L’arrivée sur le plateau sommital de la Corne est la petite cerise sur le gâteau. Tout semble tranquille et paisible par ici... Bucolique à souhait ! Une pause contemplative au sommet s’impose d’elle-même. Ces périodes automnales ensoleillées font parties des plus belles de l’année, je les préfère de loin au cœur de l’été... Les herbes sont dorées, les arbres de toutes les couleurs, le ciel d’un bleu intense, l’horizon d’une grande clarté...

J’effectue le retour par le tour de la Corne, je ne manque pas d’admirer les environs de la belle crête d’Âne, dont le tour et l’ascension est dorénavant noté sur ma liste.

Retour au virage de départ après un tour de trois heures, pause comprise. Finalement cette magnifique boucle est courte et me permet d’envisager une escapade de grande ampleur pour demain...

Dernière modification : 11 novembre 2016