Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Grand beau au-dessus du stratus culminant vers 1700m, se dissipant parfois dans les vallées à la mi-journée et se reformant l’après-midi. Petit vent frisquet du nord-est limitant le dégel de la neige transformée par le foehn de la semaine précédente.

Récit de la sortie

On avait cru l’hiver venu début novembre, mais non, le foehn a tout fait fondre, nous voilà reparti pour des balades en mode été... Et ce stratus de fin d’automne enfermant les plaines dans la grisaille est une motivation supplémentaire pour aller là-haut chercher le soleil...

Départ vers 13h de Sevan, au soleil... On tentera l’ascension par l’itinéraire d’été, espérant que les restes de neige ne vont pas trop compliquer les quelques passages raides entre le col du Serpentin et celui de Vernaz... De toute façon, avec cette neige dure, les crampons seront de sortie...

Le lac d’Arvoin est déjà gelé, et les restes de neige encombrent les pentes... L’air est frais, et la neige dégèle à peine... Cela complique un peu l’ascension au col du Serpentin, mais la neige dure agrippe bien sous les semelles.

Pas de problèmes pour le petit passage chaîné, bien déneigé... C’est un peu plus compliqué entre le col de Resse et celui de Vernaz, avec des plaques de de neige dure recouvrant les pentes raides. Mais de vieilles traces facilitent le passage.

Montée sèche et rapide au chalets de la Calaz. Puis, on chausse les crampons car la suite du parcours est entièrement enneigé. Ceux-ci rendent la longue montée en neige dure vers le col de Chaudin plutôt agréable... Ensuite, les crampons seront réellement nécessaires pour grimper la pente raide au dessus du col. Puis on poursuit sur les belles pentes sommitales baignées de soleil...

Sommet vers 15h45... La vue est magnifique... Le stratus s’est entièrement reformé, et recouvre maintenant aussi bien le plateau suisse et la vallée du Rhône que les vallées du Chablais... Plus loin, les sommets préalpins émergent en petites îles baignées de soleil... La vue porte à plus de 200km, aussi bien vers la Suisse Orientale que vers les massifs provençaux...

Malgré le petit air frisquet, on ne se lasse pas de la vue... Il est 16h15, il faut bien penser au retour... La descente se fait agréablement et très rapidement droit dans la pente, grâce aux crampons sur la neige bien ferme... 16h45 aux chalets de la Calaz pour assister au coucher de soleil, magnifique show en couleurs... Ensuite, on poursuit la descente, sans trop de difficultés malgré la nuit tombante...

Plongée dans les nuées au lac d’Arvoin. On poursuit sur la piste, piégée par des flaques et ruissellements d’eau de fonte regelés bien glissants... Fin de la balade dans la nuit, où on s’efforcera de marcher sur le chemin facile sans frontale malgré la nuit sans lune et le brouillard, superbe exercice d’éveil des sens : On devine le cheminement dans les petites nuances de clarté, on tâtonne un peu, on fait confiance à ses pieds... Fin de la balade vers 18h30.

Dernière modification : 29 novembre 2016

A propos

Auteur de cette sortie :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Randonnée réalisée le 28 novembre 2016

Publiée le 29 novembre 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 30 novembre 2016 à 01h31

    MERCI de nous faire profiter de ce SPECTACLE ! Je comprends qu’on ne s’en lasse pas.
    J’aime beaucoup la photo #27, avec la Dent d’Oche qui émerge de la mer de nuages, telle une pieuvre avec ses tentacules (si on veut bien imaginer une pieuvre avec seulement 4 tentacules ;oD).

  • par Le 30 novembre 2016 à 08h04

    En effet nous aussi on ne s’en lasse pas....merci au randonneur du soir.
    JC

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !