Col de Chamont en boucle par Fréland Sortie du 28 janvier 2017

Sortie réalisée le 28 janvier 2017.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

3ème fois que je fais cette rando en moins de 6 mois (même pas 1 mois après la précédente, le 31 décembre). Après les fleurs estivales et après le givre et la mer de nuages de la Saint-Sylvestre, voici la neige (avec le coucher de soleil en bonus). Même en comptant mes 3 randos effectuées en décembre de Lapoutroie à la Tour du Faudé, je n'avais pas encore jamais vu la Vallée de Kaysersberg sous quelques dizaines de centimètres de neige. Voilà c'est chose faite et j'ai pu chausser des raquettes pour la 2ème fois de ma vie. Pour la 3ème édition de cette rando, je me suis garé au Col de Chamont et à mon retour, j'ai patienté pour y assister au coucher de soleil. Deux bémols sur la sortie de ce jour : un voile nuageux important vers le sud-ouest jusqu'en milieu d'après-midi et le déroulement d'importantes opérations de chasse en ce jour sur le secteur.

Conditions météo

Ciel très voilé le matin sur une grande moitié sud-ouest, mais majoritairement bleu sur la moitié nord-est. Le voile nuageux s’est disloqué peu à peu, libérant définitivement le soleil vers 15h30, environ 1 heure avant sa disparition derrière les sommets.

Températures très douces pour la saison au soleil, montant jusqu’à plus de 15° au soleil.

Récit de la sortie

Variations par rapport au topo

Le principal changement, c’est que je me suis garé au Col de Chamont au lieu de me garer à Fréland, comme j’avais laissé entendre que je le ferai dans ma sortie du 31 décembre.

Mais j’ai quand même fait la boucle habituelle.

Je me suis juste écarté du chemin quand il était bordé par un champ sans clôture, pour faciliter et rendre plus agréable la progression en raquettes. Notamment dans la descente sous le Col de Chamont, mais comme je l’ai de toute façon déjà fait lors de mes 2 sorties précédentes en mode été.

Sinon, après mon retour au Col de Chamont, j’ai également fait une petite boucle suppémentaire au-dessus du Col, en prenant le chemin qui s’élève du col vers le nord-ouest. Puis au niveau de l’intersection (environ 200m plus loin), j’ai pris à gauche plein ouest.

A l’entrée de la forêt, j’ai continué jusqu’au virage en épingle mais ne voyant pas d’intérêt à continuer je suis revenu sur mes pas jusqu’à ressortir de forêt et je suis redescendu par le grand champ enneigé.

Mais au lieu de foncer directement vers le Col de Chamont direction sud-est, comme je voulais assister au coucher de soleil et que ce n’était pas pour tout de suite, j’ai fait un grand lacet vers le sud-ouest jusqu’à la clôture au niveau d’une rangée d’arbres, puis je suis revenu au col à l’est.

La Rando en chiffres

  • Participants : 1 personne (moi seul)
  • Distance : environ 8 km
  • Dénivelé : environ 330m cumulés
  • Altitude au départ : 679m (Col de Chamont)
  • Altitude point bas : 430m (Cimetière et Eglise de Fréland)
  • Altitude point haut : 750m (virage en épingle entre le Col et Banbois)
  • Durée de ce jour : 4h10 pauses comprises pour faire la boucle normale (mais sans l’aller-retour entre le parking de la Mairie et l’Eglise). Départ du Col vers 10h30 et retour vers 14h40. Ensuite, je suis reparti pendant 45 minutes faire une petite boucle au dessus du Col, au nord-ouest de celui-ci (de 14h55 à 15h40). Après, je suis encore resté vers le Col jusque vers 17h20.

Je suis d’accord que ces durées sont très élevées au regard de la distance et de la dénivelée peu importantes. Mais comme d’habitude, j’ai pris beaucoup de photos : 555 entre 9h55 et 17h35 (1ère et dernière photos sur la toute).

Ca fait bien plus qu’une photo par minute en moyenne prendant presque 8h !...

Et évidemment, il m’a fallu pas mal de temps après pour faire cette sélection de 85 photos (15% des 555) car il y avait beaucoup de photos très proches ...

D’ailleurs je remercie ma femme qui m’a bien aidé à éliminer certains doublons difficiles à départager.

Ah la passion ! Quand tu nous tiens !... J’espère quand même que je vais réussir à inverser un peu la tendance.

Mais pour l’instant je suis sur une folle trajectoire ascendante. En décembre, j’ai dépassé les 400 photos pour la 1ère fois et puis 591 le 22 décembre avec batterie épuisée, jusqu’à ce record de 765 photos le 21 janvier avec la batterie encore utilisable !...

J’espère que je n’atteindrai plus de tels totaux mais ça promet pour cet été dans les Alpes ...

Mise en garde - Prudence en période de chasse en hiver (novembre - février)

Je n’avais jamais randonné en hiver jusqu’à cette hiver 2016-2017 et je découvre par la même occasion que la randonnée en hiver doit composer avec la chasse.

D’après ce qu’un chasseur a dit à ma femme, la période de chasse s’étale principalement de novembre à février avec un pic en janvier.

Mais apparemment, il n’y a pas de règle absolue.
D’après ce que j’ai vu, les périodes de chasse en fonction des animaux visés et des lieux concernés semblent définies pour chaque saison par des arrêtés locaux (pouvant aller d’arrêtés régionaux à des arrêtés communaux).

En l’occurrence, sur les 5 randonnées que j’ai faites en janvier, j’ai entendu des coups de fusil les 5 fois, même au Champ du Feu. C’est un lieu familial particulièrement fréquenté du Bas-Rhin, mais on y a quand même entendu des coups de fusil retentir au loin dans la vallée de la Bruche.

A l’inverse, sur les 5 randonnées que j’ai faites en décembre, je crois n’avoir entendu aucun coup de fusil. En tout cas, ça ne m’a pas marqué.

Merci d’avance aux personnes qui liraient le compte-rendu de ma sortie de ne pas sauter sur l’occasion pour lancer un débat sans fin pour ou contre la chasse ou sur la cohabitation entre chasseurs et randonneurs.

Là n’est absolument pas mon propos.

Je suis juste tellement dithyrambique sur la Vallée de Kaysersberg et sur ce topo en particulier que je veux juste préciser qu’en hiver, on ne peut pas forcément suivre ce circuit aveuglément.

Il faut avoir à l’esprit qu’il faudra peut-être renoncer au parcours ou le modifier si une chasse a lieu sur le parcours.

En ce qui me concerne sur cette sortie, j’avais la carte IGN du secteur avec moi et j’étais paré à revenir sur mes pas ou à faire un détour à tout instant.

Soyez prêts à faire de même et munissez-vous si possible d’une carte IGN du secteur (il vous suffit de l’imprimer sur le site en cliquant sur le lien "Voir le tracé de l’itinéraire" dans la page du topo associé, puis de sélectionner le mode "IGN" au lieu du mode "Plan" par défaut).

Autre conseil. Les 2 fois où je me suis trouvé à proximité immédiate d’une zone de chasse, les chasseurs avaient posé des panneaux signalant qu’une chasse était en cours sur les chemins permettant d’accéder à la zone de chasse.
A proximité des forêts, évitez-donc de faire du "hors-sentier" car vous risqueriez de ne pas voir les panneaux posés par les chasseurs sur les chemins d’accès et de vous retrouver au cœur d’une zone de chasse ...
Il vaut mieux emprunter des chemins pour voir s’il y a des panneaux qui indiquent une chasse en cours.

Dernier conseil qui m’a été donné par un chasseur rencontré dans sa voiture lors d’une autre randonnée en janvier. Ne portez pas des couleurs qui se fondent avec la nature (vert, marron, blanc, noir), par exemple dans l’espoir de ne pas être repéré par les animaux et de pouvoir en surprendre.
Car vous pourriez être pris pour du gibier par des chasseurs ... Portez au contraire des couleurs voyantes, vives et peu naturelles (rouge, jaune, bleu, rose, mauve, etc ...). Et pour essayer de surprendre des animaux sans être vus, mieux vaut attendre la fin de l’hiver.

Autre Difficulté rencontrée ce jour

Une partie importante du circuit se fait sur des routes goudronnées et la plupart des portions non goudronnées sont quand même empruntées par des véhicules et sont donc au mieux recouvertes de quelques millimètres de neige, si ce n’est complètement dépourvues de neige.

Donc souvent, le circuit n’était pas propice aux raquettes.

Par moments, je pouvais progresser sur des champs sans clôture qui longeaient le chemin. Mais souvent, ce n’était pas possible, comme lorsque le chemin passait en forêt.

Malgré tout, j’ai toujours réussi à me débrouiller, quitte à poser les raquettes délicatement sur quelques millimètres de neige ou à progresser péniblement sur une congère ;o)

C’était laborieux mais j’ai réussi à les garder sur tout le circuit.

Les plus de cette rando

Pour revenir aux risques de devoir renoncer à cause d’une chasse en cours, je pense quand même que ce circuit présente peu de risques de se trouver sur le lieu d’une chasse.
En effet, il n’y a aucune longue traversée en forêt et il y a 1 seul bout de chemin en forêt qui ne soit ni praticable par une voiture ni à côté d’une habitation.
C’est le chemin qui part de l’antenne-relais. Il y a d’abord une traversée de forêt sur environ 100m puis environ 400m en lisière de forêt, ce qui fait environ 500m.
500m c’est peu ... mais c’est justement là que j’ai trouvé du sang dans la neige ... ;o)
Mais quand j’y suis passé c’était le calme absolu donc ça a dû se passer beaucoup plus tôt le matin ou un autre jour.
Et puis au final, j’ai pu suivre le circuit de bout en bout malgré les importantes opérations de chasse qui se sont déroulées ce jour-là.

Depuis le Col de Chamont, on peut voir le soleil se coucher derrière la crête reliant les sommets de la Roche du Corbeau (1146 m) et de la Tête des Faux (1208 m). Et j’en ai bien profité (c’était en partie pour ça que j’avais choisi de me garer au Col de Chamont ce jour).

Autres détails sur ma sortie du 28/01/2017

Il n’y a plus grand-chose à ajouter. J’ai déjà à peu près tout dit (surtout si on y ajoute les commentaires qui accompagnent les photos) ... ;o)

Je vais juste faire un récaptulatif chronologique des différentes étapes marquantes du jour.

10h30. J’arrive au Col. Surprise ... Il y a du monde au col. Ah ... c’est pour une chasse ... Il y a déjà 6 véhicules garés au col. Puis dans la descente je croise une 10aine de vehicules supplémentaires qui montent du côté de Lapoutroie. J’espère que je pourrai faire le circuit quand même ...

11h20. Arrivée vers l’antenne-relais.

11h25. Découverte de la trace de sang dans la neige.

12h45. Passage vers le cimetière et l’Eglise de Fréland. Une chasse très bruyante se déroule dans les bois du versant Nord de la Rochette. On entend surtout les cris des chasseurs (peu de coups de fusil).

13h00. Pause pique-nique au niveau du banc qui se trouve au soleil et en haut de la courte mais raide montée au-dessus de Fréland.

14h10. Sur la route, je croise 6 à 7 véhicules de chasseurs qui se succèdent pendant une 10aine de minutes en provenance du Col de Chamont. Du coup j’ai bon espoir que tous les chasseurs aient quitté le Col de Chamont à mon retour.

14h40. Retour au Col de Chamont. Confirmation. Il n’y a effectivement plus aucun chasseur.

14h55. Départ pour le petit tour bonus au-dessus du Col de Chamont.

15h40. Retour définitif au Col de Chamont.

16h35. Le soleil se pose derrière la Roche du Corbeau.

17h20. Je quitte définitivement le Col de Chamont en voiture mais je vais effectuer quelques arrêts au cours de la descente pour prendre quelques ultimes clichés du photogénique Grand Faudé, mais vu de plus en plus bas.

Dernière modification : 6 février 2017