Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Temps magnifique, parfait pour les coups de soleil.

Récit de la sortie

Préambule

Parti à la base pour faire l’arête WSW des Avoudrues.
Départ très tôt pour éviter au maximum une neige granitée inconsistante plus tard. Un sac bien lourd avec corde, baudrier, piolet, crampons et tout le reste nécessaire à une rando. Il fait déjà presque chaud (5°C à 5h30), pas un nuage.

Ascension

Montée sans souci jusqu’à presque atteindre les chalets de Salvadon. J’en profite pour bien observer la face Sud des Avoudrues et le dédale de vires, gradins et barres rocheuses qui me permettraient d’atteindre le replat intermédiaire puis le couloir d’accès au col des Grands Fats. Quelques photos mnémotechniques plus tard je grimpe.

Je prends des vires, puis des gradins, d’autres vires, je longe des barres rocheuses... cul de sac. Ah ! Heureusement que j’ai pris des photos. En fait je suis exactement là où j’avais prévu d’aller, mais de loin avec les perspectives écrasées c’est pas si évident de repérer un gradin herbeux passable d’un dévaloir.

Je fais demi-tour, me reperds sur d’autres vires exposées, évite des cailloux qui dégringolent... Je tente le tout pour le tout en grimpant un très raide ressaut rocheux/herbeux, piolet en main et crampons aux pieds dans cette terre glissante, mais un mur de quelques mètres me stoppe. J’espérais y trouver un passage aisé mais ma situation ne me permet pas de déambuler à droite et à gauche pour visiter. Plus les cailloux qui tombent, plus l’heure et demie perdue à visiter le coin... C’est le moment de descendre avant de faire d’autres bêtises.

Le retour sur les chalets de Salvadon est bien plus simple, je trouve directement un itinéraire sûr et facile, et j’en profite pour me percher sur un des rochers qui parsèment le coin. La mort dans l’âme je regarde cette face qui paraît débonnaire et retrouve mes itinéraires. Juste après le mur qui m’a bloqué il y avait la vire salvatrice. Quand ça ne veut pas...

Ascension bis

La matinée est très entamée mais la journée n’est pas fichue. Je suis bien sur mon rocher, à glander au milieu de ces montagnes que j’adore. Je me rappelle quand j’étais enfant où le simple fait de jouer dans les alpages me plaisait, loin de ces envies de sommets par des itinéraires à la [censuré]. Ça me donne des envies de pique-nique auprès d’un lac parmi des vaches et des amis.

Et si je faisais la Pointe de Bellegarde ?
Mais si c’est pour monter et ne pas trouver le passage câblé dans la falaise, que je ne connais pas, ça va me gonfler. Je n’ai jamais fait la Pointe de Sans Bet, n’ayant pas de topo à disposition je regarde un peu la carte.

Il y a des lapiaz, quelques gouffres, et une longue pente de neige qui déjà se transforme en soupe. En revanche, le versant Salvadon est à l’ombre ou en sort tout juste, et quelques rampes permettent d’accéder à la croupe faîtière. Je choisis la rampe la plus éloignée en direction du col de Tré-Cos, la plus large aussi, caractérisée par une écaille de rocher sur sa gauche. La neige est encore dure et les crampons ne sont pas de trop dans la rampe dont l’inclinaison fait entre 30 et 40°. Je ressors au soleil, moins d’une centaine de mètres sous le sommet.

Un dernier effort et je peux profiter du panorama grandiose. Les jumelles fonctionnent à plein régime, si bien que je manque de charbon pour alimenter la bête (les yeux me piquaient). La descente se fait prudemment, la neige est bien molle et je ne veux pas me torde une jambe sur un lapiaz caché sous la neige. La longue descente en forêt est bien venue, le soleil commençant à bien chauffer. Ça aura promené la corde au moins.

Dernière modification : 20 août 2017

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 23 avril 2017

Publiée le 23 avril 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 24 avril 2017 à 17h37

    Belle balade quand même ! Moi, j’aurais quand même attendu un peu plus tard pour cette tentative, pour que la neige fonde, que le ruissellement de fonte cesse et que l’herbe repousse un peu, moins glissante que l’herbe sèche de l’année précédente couchée par la neige...

    Je sais, certains le font à ski...

    Mais je pensais que monter aux Avoudrues par là se faisait par les rampes directement en direction de l’aplomb du sommet, plutôt que de passer par le col des Grands Fats ?

  • par Le 24 avril 2017 à 18h05

    Je m’attendais à trouver bien plus de neige quand même. Elle a bien fondu en deux semaines. Dans les terrains un peu bâtards (graviers/terre/herbe) je préfère la sécurité de la neige même à pieds.

    Les Avoudrues depuis Salvadon peuvent se faire par son arête W (Grands Fats), l’arête E (Bellegarde), et les rampes de la face S.
    Le parcours de l’arête reste moins exposé et est bizarrement moins parcourru.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !