Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Très beau et chaud la journée. Beaucoup de vent le soir au bivouac. Cela secouait un peu la cabane et -1° à l’intérieur au réveil.

Récit de la sortie

Remerciements :

  • JEAN.C.RIEN et PAUL les auteurs qui nous ont inspirés.
  • David, retraité des chasseurs alpins de Gap pour ses conseils, son enseignement, le prêt du matériel.
  • Fred évidement. Sans son expérience mon premier bivouac n’aurait surement pas été aussi confortable.

Introduction

Frédéric cherchait un coéquipier de dernière minute... Il est minuit, nous sommes réunis dans l’Embrunais à quelques heures du départ. La sortie s’annonce folle...

Pour Fred ça sera les raquettes, pour moi les skis.

Nous sommes montés au Bric de Rubren le premier jour puis nous avons tenté la Tête de Malacoste après une nuit au bivouac Boerio. Nous avons dû nous arrêter au Pas de Malacoste à quelques encablures du sommet (plaques à vent).

Les chiffres :

4 h de sommeil la veille du départ... Mal réveillé ? Ces chiffres comportent 5,4 km de détours imprévus, tout est dans le récit.

  • Distance : 33,6 km
  • Durée : 15H30
  • Dénivelé positif : 2374 D+

JOUR 1

17,1 km pour 1838 D+ en 9h pauses comprises

Nous voilà au départ de Maurin peu après Maljasset, il est 7H15.

Nous choisissons le chemin rive gauche près de l’Ubaye. Rapidement nous trouvons une fine couche de neige et de la glace par endroit, il faut être vigilant. Nous traversons deux énormes coulées de neige dure. On se croirait sur un glacier !

Le Plan de Parouart est magnifique ! Un passage à gué est obligatoire pour poursuivre notre route vers une hideuse et dangereuse traversée, le Ravin de la Salcette.

Une cabane non mentionnée sur la carte nous a perturbé , nous virons à droite et même si on pense que quelque chose est anormal, on y va. Nous voilà assez haut non loin de la fin du ravin de Chabrière. On est mauvais !

Et c’est reparti dans l’autre sens avec des traversées de ravins... Ouf la cabane de la Blave apparaît. Avant notre détour, nous y étions presque ! Ça commence mal.

L’étude de la carte devient une priorité, tout ira bien pour la suite.

Des ponts de neige sont présents sur le Béal de Rubren. Le torrent gronde sous nos pieds, impressionnant !

La traversée du vallon de Rubren est très longue mais le spectacle que nous offre l’endroit nous fait oublier la fatigue.

Nous voilà au pied du Pas de Mongioia. Nous savons que c’est le dernier effort avant la pause au bivouac Boerio. Les conversions deviennent difficiles pour moi, je suis saisie de crampes. Fred est déjà arrivé, il m’encourage pour le finish.

Nous allégeons les sacs au bivouac et après une pause de 10 minutes, nous attaquons le Bric de Rubren au-dessus.

La montée est pénible mais riche. L’erreur de pas serait impardonnable. Roches qui s’effritent, neige pourrie, glace où il faut tailler des marches, quelques pas d’escalade, tout y passe !

Nous voilà au sommet du Bric de Rubren près de 8h30 après notre départ. Pour la descente nous repérons une autre option avec un unique passage dangereux en désescalade. En 30 min à peine nous sommes arrivés au bivouac.

Il est temps de faire "cuire" la neige. Beurk !

Bivouac Boerio :

  • Très confortable, matelas, couvertures, quelques casseroles, même des pantoufles ! Certes usées mais c’est comme à la maison sans le chauffage ni l’eau courante.
  • A l’intérieur : 10 degrés à notre arrivée, -1 degré à notre réveil à 7H30.

JOUR 2

C’est le jour du premier tour des présidentielles 2017... Très loin du plus proche bureau de vote, on est bien !

16,5 km pour 536 D+ en 6h30 pauses comprises

Le vent a beaucoup soufflé cette nuit, le bivouac a un peu tremblé. J’ai pris 2 où 3 bourrasques de neige fine sur le visage qui passaient par une petite fissure mais rien de méchant. La nuit c’est bien passée, mais fraîche...

C’est reparti, il faut descendre le Pas de Mongioia. Quel régal à ski ! Fred descend au pas de course avec ses raquettes.

Nous recherchons ce fameux couloir raccourci pour la Tête de Malacoste. Les plaques à vent au-dessus ne nous inspirent pas confiance. Nous trouvons un autre passage très pentu un peu plus loin.

Nous pensons régulièrement aux auteurs des deux topos de notre sortie qui avaient eu des conditions beaucoup plus difficiles que nous. Nous répétons souvent : "ils sont fous ces vieux, ils ont dû en baver". Mais on vous admire, on vous respecte, merci de nous avoir inspiré ...

Le pied du Pas de Malacoste est en vue. L’approche est facile en restant sur le bord de la crête en prenant garde à ne pas trop s’approcher du bord (présence de plaques à vent).

Nous choisissons l’itinéraire qui nous semble le moins risqué pour atteindre le Pas de Malacoste. Ça sera sur la gauche du grand couloir en longeant le relief rocheux.

La neige ne porte pas à chaque pas. Ceci ne nous était pas arrivé lors de la journée précédente. Nous repensons encore à "nos vieux" qui ont brassé avec courage jusque la-haut. Ceci nous remet un coup de fouet.

Le Pas de Malacoste, nous y sommes !

Une belle plaque à vent est au dessus du supposé couloir d’accès à la Tête de Malacoste. La neige sur ce côté ne nous inspire rien de bon. Nous choisissons d’en rester là, à deux pas de notre deuxième trophée.

La descente est expédiée à vive allure. De retour à l’ancienne carrière nous choisissons de traverser l’Ubaye pour prendre le sentier rive droite cette fois-ci.

Le pont qui permet de suivre le sentier n’existe plus (emporté par une crue). Nous tentons de longer hors sentier toujours rive droite mais nous ne pouvons plus avancer, le dévers est trop important. Nous essayons de créer un pont de pierres mais nos efforts resteront vains... Demi-tour et 2 km de plus au compteur. On en a marre !

Un deuxième pont fait son apparition et nous retrouvons le sentier rive droite. La traversée du Plan de Parouart nous subjugue une nouvelle fois...

Chargés comme des mules, nos épaules sont endolories par ces deux jours de portage. A l’inverse, nos jambes tournent très bien et nous bouclons les 3 derniers kilomètres au rythme de 10 min/km.

Cette sortie est une aventure, j’espère que ce récit vous en convaincra.

"Laisse ton esprit s’évader et tes pieds suivre tes rêves"

VIDEO

Dernière modification : 25 avril 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : https://www.youtube.com/channel/UCJ...

"La montagne nous offre le décor... à nous d'inventer l'histoire qui va avec."

Randonnée réalisée le 22 avril 2017

Publiée le 25 avril 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 25 avril 2017 à 10h43

    "ils sont fous ces vieux, ils ont dû en baver"
    LOL ! Les intéressés (qui ne sont pas plantés dans l’itinéraire, apprécieront !

  • par Le 25 avril 2017 à 11h31

    Jeunes et vieux se mélangent dans la complicité de leur passion commune. Votre récit sympathique m’a fait rire.. lol comme dit Alain. J’ai bien aimé la vidéo aussi. C’est chouette de l’avoir fait. La musique est motivante. Quand au ravin de la Salcette, il est dangereux en hiver, et pas évident en été. On se plante facilement. C’est pourquoi j’ai mis une photo sur le topo avec le bon chemin.
    Bravo les jeunes !!

  • par Le 25 avril 2017 à 12h16

    Ah ce fameux Rubren !!! Déjà une belle bavante en été alors en hiver....
    Bravo et super récit !

  • par Le 25 avril 2017 à 13h21

    Merci à tous.
    Et quand j’y repense, le vendredi 18h je devais le lendemain faire le Bure face sud et les Grottes de la Pare. 12 h plus tard je me retrouve à l’opposé, en Ubaye, à pioncer à 3000m. Magique !

  • par Le 25 avril 2017 à 13h36

    La neige a beaucoup fondue, c’est vraiment dommage de ne pas avoir pu traverser la tête de Malacoste ,la descente sur plan Gandin jusqu’à la cabane de Chabriere est de toute beauté ! je suis heureux de voir que mes parcours font des émules...... bravo a vous

  • par Le 27 avril 2017 à 11h17

    Superbe sortie......et amusante à lire !

  • par anaisLe 27 avril 2017 à 15h27

    Belle bambée dans ce paradis perdu les gars et joli récit !!!

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !