Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Départ sous la pluie puis grand beau vers 9h30.
Se couvre gentiment au fil de la journée...

Récit de la sortie

Préface

L’Estrop c’est pour nous le dernier grand sommet à gravir dans les Alpes du Sud, j’entends grand sommet pour "point culminant d’un massif".
Notre plus grosse bavante jusqu’à présent avec de la neige profonde à partir du refuge et cela jusqu’au sommet, en gros on aura passés 12h à faire l’A/R par cet interminable vallon.
Voulant prendre l’arête de la Basse au début mais avec la pluie, impossible de la prendre, on était bien obligés de prendre le vallon...

Description de la sortie

6h58 précises, départ du parking final (1240m) sous un ciel couvert mais pas menaçant.

10 minutes plus tard, devant l’arête de la Basse, n’étant pas sûrs de notre coup, on décide de prendre le vallon et cette piste de m.... !

Comme si cela n’était pas suffisant, la pluie fait son apparition, le moral se met dans les chaussettes à ce moment-là.

Heureusement la combe est vite atteinte et un beau sentier s’offre à nous, et le ciel se dégage subitement au même moment.

On en profite pour aller un peu plus vite dans cette partie magnifique et très escarpée.

9h30, le Refuge de l’Estrop est enfin atteint après une montée interminable.

Mais faut pas traîner du tout, l’ascension n’est pas du tout terminée !

C’est alors le début des problèmes et de la galère...

Les 200 premiers mètres sont peu enneigés et nous permettent d’envoyer un petit peu avent de chausser les raquettes.

Une fois les raquettes chaussées, Fred attaque son mauvais quart d’heure : il s’enfonce quand même, son mental s’enfuit...

11h30, on est à peine à 2400m, seulement 400 mètres de D+ faits en 2 heures, on rame et c’est pas prêt de se terminer.

Fred veut abandonner mais je lui explique qu’il n’est pas venu ici pour ne pas faire de sommet, de plus les conditions sont parfaites ; il fait beau, pas de vent et très chaud, finalement après une bonne pause d’un quart-d’heure, il se remet dans le droit chemin et c’est reparti.

Une heure plus tard (12h30), on est à 2600m d’altitude, de plus en plus lents, on décide de prendre un bon thé pour recharger les batteries.

12h45, c’est reparti mais maintenant c’est moi qui commence à ralentir et à avoir les jambes lourdes.

Mais bon on ne peut pas abandonner à 350m du sommet !

13h30 j’arrive sur la rampe sommitale, vers 2800m, la pente est raide, il me faut faire beaucoup de pauses, je rejoins donc vite l’arête puis je finis tranquillement l’ascension sans me soucier de Fred en me disant qu’il prendra son temps.

14h00, ça y’est ! Je foule enfin ce sommet tant convoité, je me mets sur un rocher contre l’antenne sommitale et attends sagement.

Ce n’est que vers 15h00 que Fred finira par arriver au cairn sommital, complètement épuisé mais ayant retrouvé le moral.

On se restaure rapidement, faisons des photos puis on se dit que la descente va être INTERMINABLE !!!

Le Refuge est atteint vers 16h45, une heure de descente entre le sommet et le refuge, soit 5 fois plus rapide qu’à la montée.

Le reste de la descente se déroule, contre toute attente assez bien, peut-être l’adrénaline d’avoir fait le sommet ? En tout cas le sentier est bien roulant, on peut même couper quelques épingles.

17h50, de retour dans la combe, on attaque la partie la plus ennuyeuse, celle de la piste, un véritable enfer, franchement ils auraient pu mettre un parking ici, on gagnerait largement 7km A/R, c’est une perte de temps ce vallon.

Finalement la délivrance arriva à 18h45 lorsqu’on touche le camion, ça aura été une grande aventure et l’on se jure de ne jamais remettre les pieds sur cette piste...

Récapitulatif

  • 7h00 : Départ à la fraîche du parking.
  • 9h30 : Refuge de l’Estrop
  • 11h30 : Altitude 2400m
  • 12h30 : Altitude 2550m
  • 15h00 : Sommet de l’Estrop
  • 18h45 : Retour au parking.
  • En gros, 8h00 de montée + 3h15 de descente = 11h15 sans les pauses !

Débriefing

On a certainement dû faire le mauvais choix en prenant le vallon, l’arête de la Basse aurait été plus raide mais plus sèche.
Elle est aussi plus courte : 8,6km de montée donc 19 en tout, soit 4,5km en moins que par le vallon.

Petit conseil : Dans ces conditions, préférer l’arête de la Basse au vallon, c’est trop long ou alors il faut dormir au refuge.

Vidéo

Dernière modification : 21 juillet 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : Altitude Sans Frontière

Jeune passionné de 17 ans, à 1000% de haute montagne, de rando et d'alpinisme. J'ai découvert la montagne en 2014, avec mon père, je n'avais jamais fait de marche avant et j'ai pris le virus tout de suite : la découverte de la montagne, les arêtes, les couloirs, les glaciers, les pierriers sont mon terrain de jeu. Je suis un amateur de sommets oubliés ou très peu fréquentés (tout ce qui touche au (...)

Randonnée réalisée le 8 mai 2017

Publiée le 12 mai 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 12 mai 2017 à 22h30

    Quel calvaire ! Bravo pour votre persévérance !
    Vous vous en souviendrez longtemps, mais maintenant c’est fait et c’est derrière vous.

  • par Le 13 mai 2017 à 07h35

    Je me souviens d’une "bavante" avec ma fille, l’année dernière, au même endroit et même conditions, elle avait bloquée au col avant la dalle finale.
    ....et c’est vrai que ce chemin est très ennuyeux au final.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !