Roche Percée (520m) par Béon Sortie du 9 mai 2017

Sortie réalisée le 9 mai 2017.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Cumul du topo de Stan et Le Mauriennais pour ce circuit au parcours insolite Dans un univers sombre et vert qui semble nous avaler.

Conditions météo

Nombreux nuages
Rares éclaircies
Bourrasque au sommet de Pierre Chanduraz

Boucle de 12kms400
Dénivelé d’environ 950m
Temps 5 à 6h
Durée 1 jour

Participants : Sylvie , Belli , Gégé

Récit de la sortie

Nous débutons du lavoir du village de Béon ou se trouvent les panneaux de bois âgés, indiquant le départ du circuit vers Chanduraz.
Un petit parking (5 places) est situé en contrebas rue de la Rose.

Dès l’abandon de la large piste en direction de la Roche Percée
le sentier devient vite raide et soutenu dans cette forêt sombre , ou nous ressentons un atmosphère plus qu’étrange.

Les mousses et lichens envahissent ,les troncs d’arbres ,le sol, les pierres et tombent des branches en rideaux ,ce sentier est très glissant contrariant notre rythme.

Rapidement la Roche Percée (vers 530m) s’offre timidement à nous car elle est en partie cachée par la végétation ,c’est seulement lorsque nous sommes dessous que l’on prend conscience de sa taille (13,50m d’envergure).

Encadré au centre de l’arche nous apercevons notre objectif du jour la Pierre Chanduraz(1218m) ou Champ Duraz selon l’orthographe de certains panneaux.

Nous poursuivons le sentier empierré et étroit qui reste soutenu et glissant, un court passage est équipé d’une échelle et d’une chaine qui sert de main courante à gauche car un petit ruisselet s’impose sur quelques mètres.

Le sentier reste raide dans cette combe étroite et sombre ou de rares rayons de soleil percent pour nous offrir des jeux de lumière sur les troncs moussus.

À la grange d’Izena, la poursuite jusqu’au belvédère est aisée par un large chemin. Le sommet de Chanduraz (1218m) est indiqué par un grand point géodésique.

Le panorama est malheureusement gâté par un ciel très nuageux et qui ne met pas en valeur la vue sur le lac du Bourget et le Rhône ,les massifs alentours sont occultés.

Retour par l’alpage vers les ruines sous le radar aérien où l’on trouve un vieux panneau cloué sur un arbre isolé et qui nous indique Béon (2h30) et nous fait quitter la piste pour descendre le pré jonché de jonquilles et qui rejoint l’orée du bois où nous retrouvons le sentier balisé.

La descente, dans la forêt de feuillus est, elle aussi très soutenue et glissante par endroit , puis nous retrouvons un monde de mousse, jusqu’à ce que nous rejoignions la piste du Capitaine Joseph.

En descendant cette large piste nous nous empêtrons dans les fils des Pyrales du buis, qui se tortillent pour traverser en tyrolienne le chemin
pour continuer leur destruction dans ces buis dont certains sont centenaires.

Nous rejoignons le chemin de départ du matin qui nous ramène à Béon.

Dernière modification : 12 mai 2017