Crêtes du Mont Coin (2539m) de la Croix du berger (2250m) à la "cheminée" du Roc de Charbonnière Sortie du 15 juillet 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Le matin, soleil et nuages. Puis dès la mi-journée, les nuages se sont généralisés, ne laissant place qu’à de très rares éclaircies.

Froid, accentué par la bise glaciale.

4° en fin de matinée sur le parking du Cormet d’Arêches, à l’abri du vent. Guère plus l’après-midi (à cause du faible ensoleillement). Dans les endroits plus élevés et exposés au vent, la température ressentie était probablement négative.

Récit de la sortie

Détails sur la sortie du 15 juillet 2016

Dans le guide rando "Beaufortain" de Philippe Gachet (chez Rando éditions), le Mont Coin par la Croix du Berger (au départ du Cormet d’Arêches) est annoncé comme le sommet "familial" par excellence et constituant la balade familiale idéale.
Ça me semblait donc être une bonne façon de terminer notre séjour à Hauteluce pour nous 4.
Et personnellement je me réjouissais tout particulièrement de profiter des superbes vues illustrées par galipette dans son topo, notamment vers le Crêt du Rey et Combe Bénite au Sud, et vers l’Aiguille du Grand Fond, la Pointe de Presset, le Mont Blanc et la Pierra Menta au Nord.
D’ailleurs, depuis 1 an environ, la photo #6 du topo de galipette (zoom sur le Crêt du Rey) est la photo d’arrière-plan de mon écran de verrouillage. Je la vois plusieurs fois par jour sans m’en lasser !

Voilà pour les attentes. À présent le jour est venu.

Ça commence avec une montée en voiture très pénible. Sur les derniers kilomètres pour accéder au Cormet d’Arêches par le côté du Lac des Fées, la piste est carrossable mais bien défoncée.
Avec notre véhicule de tourisme diesel 2 roues motrices, nous sommes obligés de rouler au pas, souvent à la limite entre la 1ère et la 2ème.
J’avais déjà dû supporter ça la veille pour me garer au Treicol. Je n’aime vraiment pas rouler dans ces conditions.
Mais nous sommes quand même allés jusqu’au parking du Cormet d’Arêches. Cette piste a quand même un bon côté c’est qu’elle est bien large et ne pose donc pas de problème si on croise un autre véhicule. La piste du Treicol est loin d’être aussi large.

Une fois au col, la vue est magnifique et nous fait oublier cette montée en voiture stressante et désagréable.

Nous avons droit à un ciel bien bleu vers l’objectif du jour, en direction du nord.

Par contre, vers le sud, des nuages cachent le sommet du Crêt du Rey.

Et vers le sud-est, on a une vue complètement bouchée par les nuages en direction de la Vanoise.

Allez ! C’est parti. Au début, nous sommes abrités du vent et la sensation de froid est tout à fait supportable.
Mais à l’approche de la Croix du Berger, nous sommes soudainement glacés par le vent du nord.
Moi, j’ai des chaussures de randonnée imperméables (achetées il y a 2 jours) et ma paire de gants. Donc j’arrive à supporter le froid.
Mais ma femme et les filles ont froid aux pieds et aux mains (et elles n’ont pas pris de gants) ...

Peu après la Croix du Berger, nous laissons le chemin qui part à droite en direction de l’est vers le Plan de la Marmotte.
Nous faisons un crochet à gauche en direction du nord-ouest vers 3 petits lacs sympathiques.
Mais le vent se fait toujours plus glacial et la neige commence à être bien présente au sol.

Du coup c’est là que nos filles craquent. Elles refusent de continuer et veulent faire demi-tour.
Ma femme accepte gentiment de me laisser continuer seul pendant qu’elle ramène les filles en pleur et transies de froid.
Personnellement, je ne sais pas trop quoi penser. Comme les filles invoquent parfois des arguments peu convaincants pour nous demander de faire demi-tour, je me demande si elles ne seraient pas en train d’exagérer le froid qu’elles ressentent pour abréger la rando.
Avec ces doutes en tête et la déception de renoncer à cette sortie familiale, je deviens désagréable et probablement injuste. Ma réaction maladroite ne risque pas de les faire changer d’avis et accentue plutôt les pleurs des filles. Bravo pour la psychologie !... ;o(

Dont acte ... Je laisse donc partir mes 3 chéries avec beaucoup de déception. Déception exprimée d’abord sous forme de colère. Colère qui se transforme très vite en tristesse au fur et à mesure qu’elles s’éloignent ... Snif ...
Bon. J’essaie de passer à autre chose en continuant d’explorer un peu autour des 3 jolis lacs.

Ce qui est fou c’est que quand je quitte les 3 lacs et que je me remets en route vers le Plan de la Marmotte, je suis soudain protégé du vent par la face sud du Mont Coin !...
À partir de cet instant et jusqu’à mon retour au parking, il n’y a que quand j’émergerai au Col du Coin que j’aurai encore à subir le vent glacial ...
Donc si on avait continué tous les 4 ensemble, peut-être que les filles n’auraient plus eu de difficulté non plus à supporter le froid.
Quelle ironie du sort ! Mais il valait peut-être mieux que ça se passe ainsi ...

Après le Plan de la Marmotte, j’arrive vers l’endroit où il faut abandonner le chemin qui continue vers le Col du Coin, pour entamer la montée finale vers le Mont Coin.
À cette intersection, je rencontre une randonneuse qui semble expérimentée et qui semble connaître le coin (le coin ! ah ah ...).
Elle me dit qu’à cause de l’enneigement elle préfère renoncer au Mont Coin et se contenter d’aller au Col du Coin pour aujourd’hui.
Il ne m’en faut pas plus pour faire comme elle. Donc après les filles qui renoncent à continuer la rando, c’est moi qui renonce à rallier l’objectif initial.
Mais au moins, en poussant jusqu’au Col du Coin, ça ne sera qu’un demi-échec.
En plus c’est marrant parce qu’hier en allant au Lac d’Amour, j’ai renoncé à pousser jusqu’au Col du Coin à cause du brouillard épais (non seulement ça n’avait aucun intérêt dans ces conditions de visibilité, mais ça aurait même pu être dangereux).
Et aujourd’hui, je renonce au Mont Coin, mais en échange je vais au Col du Coin, auquel j’ai renoncé la veille. Donc finalement, je peux me consoler en pensant que je vais atteindre l’objectif abandonné la veille.

La suite jusqu’au Col du Coin se passe sans difficulté. Il y a juste les derniers mètres qui sont un peu laborieux car le terrain est pentu et glissant (avec un mélange de boue et de soupe).

Au Col, j’imagine très bien comme la vue doit être grandiose par beau temps. Mais je ne peux que l’imaginer, pas le vérifier.

Il y a bien la vue sur l’espèce de forteresse naturelle entourant le beau lac coté 2339 m à gauche.

Mais l’horizon est bouché vers l’Aiguille du Grand Fond, la Pointe de Presset, le Mont Blanc et la Pierra Menta au Nord. J’arrive juste à apercevoir la base de la Pierra Menta ...

Dans la descente, la vue vers le Crêt du Rey et Combe Bénite ne va pas s’améliorer par rapport à la montée en fin de matinée. Notamment depuis le super spot avec la belle gouille au premier plan.

Par contre, côté Tarentaise, la vue va s’ouvrir un peu vers la Vanoise pour les sommets les plus proches, allant à des altitudes jusque vers 2700m. Mais pour les sommets plus élevés comme le Mont Pourri ou la Grande Casse, il faudra se faire une raison.

Au final, la véritable SATISFACTION DU JOUR, aura été d’avoir vu de nombreuses marmottes pendant la descente, notamment au niveau du Plan de la Marmotte, qui porte très bien son nom.
Sur les 10 randonnées que j’ai faites pendant ce séjour de 13 jours à Hauteluce, je n’ai vu des marmottes que 2 fois : à la première et à la dernière randonnées.
Mais c’est incontestablement sur cette rando que j’en ai vu le plus. Et en plus, elles étaient clairement moins farouches.
C’est marrant parce que l’autre randonnée, c’était aussi pour rejoindre un sommet à partir d’un Col et nous avions également renoncé à rejoindre le sommet à cause de la neige ... ;o)
Il s’agissait de l’Aiguille Croche depuis le Col du Joly. Sortie pas encore publiée. Mais j’espère le faire dans pas trop longtemps ...

La Rando en chiffres

  • Participants : 4 personnes (ma femme, nos 2 filles et moi jusqu’au Plan de la Marmotte. Puis moi tout seul jusqu’au Col du Coin)
  • Distance : environ 7 km
  • Dénivelé : environ 290 m cumulés
  • Altitude au départ : 2109 m (Cormet D’Arêches)
  • Altitude point bas : 2109 m (Cormet D’Arêches)
  • Altitude point haut : 2398 m (Col du Coin)
  • Durée de ce jour : 5h00 pile poil, avec les multiples pauses photos. Même avec les nombreux nuages et le faible ensoleillement, je ne peux pas m’empêcher de trouver des choses à photographier à tout va ... Ça doit être dans mon ADN ... ;o)
Dernière modification : 14 mai 2017

Photos « Crêtes du Mont Coin (2539m) de la Croix du berger (2250m) à la "cheminée" du Roc de Charbonnière »

Halte au Lac de St-Guérin. Vue sur le Col de la Louze au centre, entre la Pointe de Riondet et le Grand Mont. Le saupoudrage sur les hauteurs témoigne des chutes de neige des jours précédents. Au 1er plan, vue sur le parking du Cormet d’Arêches qui est désert (nous étions les premiers à nous y garer). Zoom sur le Mont Coin au centre, avec la Croix du Berger à gauche et le Col du Coin à droite. Zoom sur la belle crête enneigée allant du Mont Coin au Roc de la Charbonnière. Zoom sur la crête de la Grande Paréi au centre, avec le Roc de la Charbonnière à gauche et la Pointe de la Portette à droite. Toujours depuis le Cormet d’Arêches, panorama depuis la Croix du Berger jusqu’à la Pointe de la Portette. Ça y est on a commencé l’ascension. En contrebas, on voit le parking du Cormet d’Arêches, avec notre seule voiture. Avec un peu de recul en plus, la Crête du Faillé vient s’ajouter à gauche du tableau. Les mêmes sommets vus d’un peu plus loin. Le Crêt du Rey est presque débarrassé de ses nuages. Vue sur le versant Est du Cormet d’Arêches. La vue vers la Vanoise est bouchée par les nuages. A l’approche de la Croix du Berger, nouveau regard arrière vers la Crête du Faillé à gauche et le Crêt du Rey à droite. Vue sur une gouille située un peu avant d’arriver à la Croix du Berger. Vue sur la même gouille, devant la Pointe de Combe Bénite et et le Crêt du Rey, qui est de nouveau dans les nuages ... ;o( Comme vous pouvez le voir, à cet endroit, on est parfaitement aligné avec la vallée profonde creusée par le Torrent du Cormet d’Arêches, vers le sud-est. Zoom sur la Pointe de Comborsier au centre, avec la Pointe de Riondet à droite. Ma femme prend la pause contre la Croix du Berger. Fenêtre sur Comborsier. Le relief est un peu accidenté aux alentours de la Croix du Berger. On reprend le chemin après la Croix du Berger, en plein vent glacial. La neige est de plus en plus présente au sol. Vue à droite (vers l’est) sur le Plan de la Marmotte. Détour vers la gauche (au nord-ouest) vers les petits lacs. Sur cette photo, on n’en voit que 2, mais il y en a un 3ème à peine plus loin (cf. sur la photo #24). Les filles abandonnent et font demi-tour, accompagnées par ma femme. La cause : le froid glacial. Et contrairement à moi, elles ne sont équipées ni de chaussures imperméables, ni de gants. Et à cause des bâtons, elles ne peuvent même pas mettre les 2 mains dans les poches. Zoom sur mes 3 «amours» qui s’éloignent ... ;o( J’ai poussé un peu plus loin, ce qui m’a permis de voir le 3ème lac, que l’on peut voir à gauche. Ensuite, demi-tour direction le Plan de la Marmotte. Voilà ! En zoomant, on les voit mieux. Il était temps. Encore quelques secondes et je ne les reverrai plus jusqu’à mon retour. Au revoir ... ;o( Vue simultanée sur l’ancien objectif (Mont Coin) à gauche et le nouvel objectif (Col du Coin) au centre. Malgré la météo devenue défavorable, la vue est belle sur la vallée du Torrent du Cormet, dominée par la Roche à Thomas (centre gauche) et la Pointe de Combe Bénite (centre droit). Arrivée au Col du Coin ! Avec le petit lac coté 2339 m derrière. Vue vers la Pierra Menta dans les nuages. Mais seule sa base est vraiment visible ... Plus bas, on distingue le magnifique chemin qui relie le Lac d’Amour et Col du Coin. Vue vers le Mont Coin, complètement à gauche et vers le lac coté 2339 m. Encore un très bel endroit, qui appelle à revenir un jour de beau temps ! Vue «panoramique» depuis le lac coté 2339 m jusqu’à la butte 2346 m derrière laquelle se cache le Lac d’Amour. Un regard de l’autre côté où c’est un peu plus lumineux. Mais le Crêt du Rey est toujours dans les nuages ... Vue vers le Mont Coin et la crête qui y mène. Vu d’ici, on dirait vraiment une forteresse naturelle ! Zoom sur le Mont Coin avec 2 courageux(ses) qui y sont monté. J’ai commencé à redescendre. Regard arrière vers le Mont Coin et le Col du Coin. Zoom sur un marmotton et une marmotte en train de chercher à manger sous la neige. Quand l’une redresse la tête, c’est l’autre qui la tourne ... Dommage ... ;o) Lors du retour par le même chemin. Vue vers Combe Bénite, au centre au 2ème plan. Un peu plus loin. Zoom sur la Grande Rochette, le Roc des Verdons et le Roc du Bécoin, qui dominent la station très étendue de La Plagne. Encore un peu plus loin. Vue un peu plus étendue sur La Plagne. Et toujours les sommets qui la dominent au Sud : la Grande Rochette, le Roc des Verdons et le Roc du Bécoin. Regard arrière vers la crête du Mont Coin, avec le Col du Coin au centre et une petite gouille au 1er plan. La prochaine fois j’essaierai de mieux cadrer !... Sur la photo précédente, on voyait le Mont Coin mais la gouille était coupée. Sur cette photo, on voit la gouille en entier mais pas le Mont Coin !... BRAVO ! ;o) Grande Paréi et Pointe de la Rochette à gauche ; Vanoise au fond au centre ; Pointe de la Combe Bénite à droite. Je me réjouissais de prendre des photos de ce duo photogénique (Pointe de Combe Bénite et Crêt du Rey) ... mais avec du soleil ... dommage ... ce sera pour une prochaine fois j’espère. Zoom sur le Crêt du Rey seul. A peu près le même cadrage que la photo #6 du topo de galipette. Mais avec un résultat bien moins réussi ... 1ère rencontre en revenant au niveau du Plan de la Marmotte. Cet endroit porte très bien son nom. C’est ici que j’ai vu le plus de marmottes pendant tout mon séjour de 2 semaines à Hauteluce en juillet 2016. Deux marmottes regardant dans la même direction. Belle gouille devant mes 2 sommets favoris du jour : Pointe de Combe Bénite et Crêt du Rey. Quel dommage que le 1er plan n’ait pas été ensoleillé !... ;o( Deux marmottons avec une marmotte adulte. Apparemment, elles ne m’ont pas repéré. Merci le zoom 60x. J’ai le temps de les prendre tranquillement avant qu’elles ne me repèrent. Allez ! Encore mon duo favori, malgré le manque de lumière. Cette fois, on a 2 gouilles au 1er plan. Celle d’avant sur la gauche et une 2ème plus petite à droite. Vue sur la Vallée du Ponthurin ou de Peisey Vallandry. Dans les nuages, on a le Mont Pourri à gauche et le Sommet de Bellecôte à droite. Sinon, juste en-dessous, on aperçoit quand même l’Aiguille Grive (2732 m) à l’extrême gauche et la Pointe de Friolin (2678 m) à l’extrême droite. A peu près les mêmes éléments que sur la photo #10 prise le matin : Grande Paréi, Pointe de la Portette, Crête du Faillé, Refuge de la Coire Plan Pichu. Halte au Lac de St-Guérin, comme à l’aller. On voit que la neige a fondu sur la Pointe de Riondet et le Grand Mont.